NÉGUENTROPIE

Ce terme a été créé, semble-t-il, par le mathématicien et physicien français Léon Brillouin (1956, Science and Information Theory). Il l'a proposé pour remplacer les expressions d'« entropie négative » ou « entropie changée de signe », employée à peu près simultanément, mais indépendamment, par Norbert Wiener et Erwin Schrödinger. Ce dernier, dans un livre important (What is Life ?, 1945), avait mis en avant la possibilité physique de processus à « entropie négative » pour tenter de préciser les différences entre les processus thermodynamiques physiques et les processus vitaux. L'entropie avait été définie par Rudolf Clausius de telle manière qu'une destruction physique, de quelque ordre que ce soit, apparaisse, par une convention d'écriture, comme positive. Pour prendre en compte alors les phénomènes de structuration du réel, on devait les affecter d'un signe négatif. Subjectivement, de tels phénomènes apparaissaient ainsi comme liés à une négativité intrinsèque. C'est pourquoi certains auteurs avaient proposé pour les processus à entropie négative des dénominations qui apparaissent immédiatement positives, telle « syntropie » proposée par L. Fantappie (1944) et qui n'a pas été retenue. C'est effectivement le terme de néguentropie ou non-entropie (contraction de l'anglais negative-entropy) qui s'est imposé pour désigner une réalité physique précise sur le plan formel, mais lourde de problèmes d'interprétation.

Selon la thermodynamique classique, un système physique pourvu d'une certaine quantité d'énergie (mécanique, électrique, chimique, etc.) et d'un ordre global régissant ses micro-états ne peut évoluer spontanément que vers un état d'équilibre thermique homogène. Cet état signifie que le système est devenu indifférent à ce qui l'entoure, et qu'il a atteint un désordre maximal. Ses micro-états sont indifférenciés à l'échelle globale. Le déterminisme régissant l'univers comme un système isolé semble celui d'une loi de désorganisation progressive des structures matérielles qui le composent.

Il devenait dès lors quasi impossible de penser à l'intérieur d'un même déterminisme physique, et selon une même te [...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

Classification


Autres références

«  NÉGUENTROPIE  » est également traité dans :

BRILLOUIN LÉON (1889-1969)

  • Écrit par 
  • André GUINIER
  •  • 838 mots

Théorie de l'information. Léon Brillouin a introduit la notion de néguentropie, c'est-à-dire l'entropie changée de signe : pour diminuer l'entropie d'un système isolé, il faut lui fournir de la néguentropie. Il a prouvé l'équivalence de la mesure de la néguentropie et de la quantité d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leon-brillouin/#i_18955

TEMPS

  • Écrit par 
  • Hervé BARREAU, 
  • Olivier COSTA DE BEAUREGARD
  •  • 14 773 mots

Dans le chapitre « Information et entropie »  : […] , chap. 3). La définition technique d'une information est la même que celle d'une entropie changée de signe (ou néguentropie : « moins » le logarithme d'une probabilité). Bien que sa définition soit récente, il est clair après coup que le concept d'information est depuis le début impliqué en calcul des probabilités : déjà Pascal, Fermat et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/temps/#i_18955

Pour citer l’article

Alain DELAUNAY, « NÉGUENTROPIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 octobre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/neguentropie/