MYTHOLOGIESLe monde gréco-romain

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le panthéon romain

Le panthéon des dieux romains, même à l'intérieur des religions officielles, résultaient de l'absorption progressive de cultes extérieurs s'ajoutant au vieux fonds italique et parfois même indo-européen de Rome. Non seulement la cité romaine, comme les autres cités gréco-romaines, était hospitalière aux dieux étrangers, mais souvent elle accordait même « la citoyenneté pleine » à telle ou telle divinité étrangère venant de près ou de loin. Par exemple, la religion publique de Rome comprenait plusieurs types de rites, le rite romain, le rite grec, le rite étrusque, auxquels s'ajoutèrent au fil des siècles les coutumes égyptiennes ou syriennes. Nous nous limiterons ici aux divinités romaines traditionnelles, en excluant même la religion grecque, qui transmit pourtant à Rome tout le trésor de sa mythologie. Et nous nous placerons à une époque de stabilité relative, en quelque sorte à l'âge d'or des religions romaines, entre les années 100 avant J.-C. et le milieu du iiie siècle après J.-C., autrement dit à l'époque où la formation de l'Empire et celle des religions de Rome s'achèvent, et avant les grandes mutations du ive siècle. L'ensemble des religions romaines qui s'inscrivent dans ces limites peuvent être définies par trois traits majeurs : ce sont des religions polythéistes, strictement communautaires et ritualistes.

Divinités multiples

Les dictionnaires mythologiques ou les index des sources antiques donnent l'impression que les dieux des Romains étaient innombrables et que leur nombre n'a cessé d'augmenter. Ce sentiment est à la fois exact et trompeur. Car, si les panthéons romains se sont effectivement enrichis sans cesse, le culte des Romains ne consistait pas à adorer n'importe qui et n'importe quoi. Certes, ceux-ci vivaient toujours avec plusieurs divinités, dont le nombre pourtant n'était, dans le culte, jamais illimité. Il était défini et contrôlé strictement ; il dépendait, en outre, d'un cadre social précis. En tant que membre d'une famille, un Romain adorait quelques dieux de la famille et, en tant qu'habitant d'un quartier, ceux du quartier. Comme membre de tel groupe de citoyens ou de telle corporation, il honorait les divinités tutélaires d'un collège d'artisans ou celles de son camp militaire ; enfin, comme citoyen, il rendait un culte sur la place publique aux divinités de la cité. Telle était la situation à Rome et dans toutes les cités d'Italie et des provinces de l'Empire. Additionnées, ces divinités atteignent un nombre vertigineux ; envisagées dans le cadre de la pratique religieuse, elles ne sont, après tout, pas tellement nombreuses.

En tout cas, les dieux étaient toujours une pluralité, mais ils ne se confondaient pas. À l'intérieur d'un groupe religieux considéré, chaque divinité possédait une fonction et un mode d'action propres, précis et uniques, qu'elle exerçait dans différents contextes et qu'elle n'outrepassait pas. Jupiter était le souverain des dieux et des hommes dans la religion publique. Avec ses collègues humains – les magistrats suprêmes et, à partir du début de l'ère chrétienne, l'empereur –, il gouvernait la cité et le monde, mais il ne faisait que cela. Il aurait été incongru de lui demander de faire pousser les céréales. Cette opération était du ressort d'une autre divinité, Cérès, qui ne patronnait d'ailleurs pas non plus tout ce qui touchait à la vie des céréales – et ainsi de suite. En revanche, tous ces dieux se prêtaient main-forte ; mieux même, ils ne pouvaient pas se passer les uns des autres. Solidaires dans leur action et associés dans une même liturgie ou dans une suite de liturgies, les dieux romains formaient des groupements aux contours variables.

Ces systèmes divins étaient exprimés à Rome par le culte, et il ne subsiste que quelques traces fugaces d'une formulation mythologique de ces associations. Parmi le groupement le plus célèbre, la vieille triade dite précapitoline réunissait, en certaines occasions, Jupiter (la souveraineté), Mars (la force guerrière) et Quirinus (la masse productrice de richesses), pour représenter la communauté idéale, suivant un schéma fonctionnel attesté dans d'autres provinces du monde indo-européen. Cette triade archaïque fut relayée à partir du ve siècle avant J.-C. par la triade installée dans le temple du Capitole, la triade capitoline de Jupiter, Junon et [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Les dieux de l'Olympe

Les dieux de l'Olympe
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Héraclès et Cerbère

Héraclès et Cerbère
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  MYTHOLOGIES  » est également traité dans :

MYTHOLOGIES - Dieux et déesses

  • Écrit par 
  • Mircea ELIADE
  •  • 7 933 mots
  •  • 5 médias

On appelle dieux et déesses les êtres surnaturels qui jouent un rôle central dans les religions des peuples dits « primitifs » et dans les religions polythéistes de l'Antiquité (Proche-Orient antique, Grèce, Rome), de l'Asie et de l'Amérique centrale. À côté des dieux et déesses, il existe d'autres figures religieuses, qui parfois jouissent d'un prestige égal ou même supérieur : les héros civilis […] Lire la suite

MYTHOLOGIES - Premiers panthéons

  • Écrit par 
  • Jean BOTTERO, 
  • Yvan KOENIG, 
  • Dimitri MEEKS
  • , Universalis
  •  • 6 982 mots
  •  • 3 médias

Irréductibles l'une à l'autre, les mythologies des deux plus anciennes civilisations de l'Antiquité, la mésopotamienne et l'égyptienne, peuvent être pourtant sinon comparées, à tout le moins rapprochées à plusieurs titres. Elles apparaissent toutes deux sur les bords de grands fleuves dont les rythmes ou les caprices fournissent la trame de nombre de leur récits ; ce sont des mythologies de gens d […] Lire la suite

MYTHOLOGIES - Dieux des peuples "barbares"

  • Écrit par 
  • Régis BOYER, 
  • Pierre-Yves LAMBERT
  • , Universalis
  •  • 8 019 mots
  •  • 1 média

Contrairement aux mythologies mésopotamienne, égyptienne ou grecque, les mythologies des Celtes, des Germains, des Baltes et des Slaves ne nous sont connues qu'indirectement. Faute d'écriture, ces vastes ensembles linguistiques et culturels établis à l'ouest et au nord de l'Europe […] Lire la suite

GAULE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE, 
  • Jean-Jacques HATT
  •  • 26 412 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Mythologie »  : […] Les comparaisons que l'on a pu faire entre le plus complet et le plus expressif des monuments religieux de la période indépendante, le chaudron de Gundestrup, et les plus anciens documents gallo-romains (le pilier des Nautes de Paris, la triade de Saintes, le pilier de Mavilly) ont permis de restituer un cycle mythologique gaulois. Le récit légendaire ainsi reconstitué met en scène une grande dée […] Lire la suite

CELTES

  • Écrit par 
  • Christian-Joseph GUYONVARC'H, 
  • Pierre-Yves LAMBERT, 
  • Stéphane VERGER
  •  • 15 895 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La mythologie »  : […] La mythologie gauloise ne nous est connue, dans les sources antiques, que par des bribes : témoignages et réminiscences parfois mal interprétés par les écrivains anciens. Les Grecs parlent, assez vaguement, du passage d'Héraklès à Alésia et de son union avec la fille d'un roi Bretannos, Celtine, qui lui donne un fils, Celtos (ou Galatès), éponyme de la race celtique. Tite-Live, plus précis, évoqu […] Lire la suite

LIVRET, musique

  • Écrit par 
  • Jean-Michel BRÈQUE, 
  • Elizabeth GIULIANI, 
  • Jean-Paul HOLSTEIN, 
  • Danielle PORTE, 
  • Gilles de VAN
  •  • 10 877 mots

Dans le chapitre « Émotion et magie »  : […] L'opéra se nourrit ainsi de figures symboliques, que l'éloignement dans le temps a transformées en mythes, et qui sont donc aptes à incarner – magnifiées par le décor, le chant et la musique – les idées-forces que le librettiste tient à exprimer. C'est cette distance qui sublime ce qui fut simple geste ou simple sentiment d'homme et le fait échapper à un quotidien sans grandeur. Un fait divers at […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - La religion grecque

  • Écrit par 
  • André-Jean FESTUGIÈRE, 
  • Pierre LÉVÊQUE
  •  • 20 054 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La période mycénienne »  : […] C'est un bouleversement complet qu'entraîne la conquête de la Grèce par les Grecs, Indo-Européens qui apportent avec eux un héritage spirituel profondément différent de celui de la Méditerranée préhellénique : leur religion patriarcale privilégie les dieux par rapport aux déesses et honore essentiellement non les divinités chthoniennes (de la terre), mais les dieux ouraniens (du ciel). C'est alor […] Lire la suite

FRAZER JAMES GEORGE (1854-1941)

  • Écrit par 
  • Nicole BELMONT
  •  • 3 467 mots

Dans le chapitre « Le « Rameau d'or » »  : […] L'essentiel de la gloire dont a joui Frazer provient de son grand ouvrage Le Rameau d'or ( The Golden Bough ), qui révéla à un public nombreux une discipline encore jeune, l'anthropologie sociale, mais aussi et surtout l'univers étrange et fascinant des croyances, des coutumes, des rituels et des mythes des peuples primitifs. La genèse de l'œuvre s'étend sur presque toute la période productive de […] Lire la suite

BESTIAIRES

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD, 
  • Daniel POIRION
  •  • 10 712 mots
  •  • 11 médias

Le premier trait qui distingue la représentation animalière des représentations végétales ou humaines est son ancienneté et la précocité surprenante de son apparition. Le répertoire de l'art préhistorique est en effet tout entier constitué d'animaux. Mais le thème apparaît dans le vocabulaire décoratif de tous les arts. Il convient de distinguer « l'art animalier » représenté dans presque toutes […] Lire la suite

LÉDA, iconographie

  • Écrit par 
  • Martine VASSELIN
  •  • 1 181 mots
  •  • 1 média

Dans la Bibliothèque d'Apollodore d'Athènes (~ 180), dans l' Hélène d'Euripide, les Fables d'Hygin et les Dialogues de Lucien, on trouve plusieurs versions de la légende des amours de Zeus déguisé en cygne et de Léda, épouse du roi Tyndare de Lacédémone. Selon la version la plus répandue, le fruit de ces amours fut deux œufs d'où éclorent les Dioscures Castor et Pollux et Hélène et Clytemnestr […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

John SCHEID, Giulia SISSA, Jean-Pierre VERNANT, « MYTHOLOGIES - Le monde gréco-romain », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mythologies-le-monde-greco-romain/