MUSÉES PERSONNELS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Certains artistes ont mis en œuvre une pratique qui tend à modifier nos conceptions de l'art, de la collection, de l'ordre. Cette pratique va, le plus souvent, vers un éloge du foisonnement, de l'accumulation, du bric-à-brac. Ces aventures individuelles valorisent les musées ethnologiques, les musées d'histoire naturelle, les anciens cabinets de curiosités car elles se méfient des musées d'art, hiérarchisés, aseptisés. Elles n'agressent pas les musées d'art ; elles veulent constituer par rapport à eux une sorte de prise de distance ; elles se mettent « à côté ».

Par exemple, à la Documenta 5 (1972), Claes Oldenburg a exposé son Musée-Souris (Mouse Museum) : musée en forme de tête de souris, musée où les innombrables et minuscules objets sont à l'échelle des muridés, musée enfin qui semble offrir l'institution à leur critique rongeuse. S'y mêlent, en une accumulation presque illisible, maquettes des œuvres personnelles d'Oldenburg, jouets, modèles réduits anatomiques, etc. L'artifice et le document y deviennent indiscernables. L'absence d'étiquettes, le bric-à-brac produisent une sorte de musée perdu, d'épave de musée, où les frontières esthétiques et le souci de savoir font ensemble naufrage. Seuls se conservent des vestiges volontairement privés de fonction, de signification, noyés en une sorte de grisaille où tout s'égalise.

Chez d'autres artistes, la production de ce qu'on appelle des musées personnels est au centre de leur travail : à Paris, Christian Boltanski et Annette Messager ; dans les Vosges, Jean-Marie Bertholin ; Thomas Kovachevich travaille à Chicago et Joel Fisher à San Francisco. Ces producteurs d'art (et quelques autres dispersés à travers le monde) ne s'intéressent guère aux musées consacrés à la conservation et à l'exposition de tableaux et de sculptures classiques ou modernes. Ils ne s'y sont pas formés. Ils ne les ont pas fréquentés. Ils ne les détestent ni ne les vénèrent. Ni hostiles ni héritiers face à ce q [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : professeur émérite de philosophie de l'art à l'université Paris-I-Panthéon-Sorbonne, critique d'art, écrivain

Classification


Autres références

«  MUSÉES PERSONNELS  » est également traité dans :

BROODTHAERS MARCEL (1924-1976)

  • Écrit par 
  • Jacinto LAGEIRA
  •  • 834 mots

Dans le chapitre « Un « musée fictif » critique »  : […] L'année 1968 marque un tournant dans son œuvre. L'artiste s'oriente en effet vers un art plus « conceptuel », avec la création d'un musée fictif. Le « Musée d'art moderne/Département des Aigles » a été baptisé d'après un vers de Broodthaers, « Ô mélancolie, Aigre château des Aigles » et l'artiste en est le « directeur ». D'abord créé dans son appartement, ce musée qui n'est composé que de cartes p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marcel-broodthaers/#i_70124

MESSAGER ANNETTE (1943- )

  • Écrit par 
  • Bernard MARCADÉ
  • , Universalis
  •  • 1 910 mots

Dans le chapitre « Les deux A. M. »  : […] L'entrée d'Annette Messager dans le monde de l'art s'est opérée, dès 1970, sous le signe de l'ambivalence, voire de la duplicité en tant qu'artiste et femme. À cette époque, elle avait divisé son petit appartement parisien du XIV e  arrondissement en deux espaces : la salle à manger était consacrée aux travaux d' A.-M. artiste , la chambre à coucher, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/annette-messager/#i_70124

Pour citer l’article

Gilbert LASCAULT, « MUSÉES PERSONNELS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/musees-personnels/