MUSÉES PERSONNELS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Certains artistes ont mis en œuvre une pratique qui tend à modifier nos conceptions de l'art, de la collection, de l'ordre. Cette pratique va, le plus souvent, vers un éloge du foisonnement, de l'accumulation, du bric-à-brac. Ces aventures individuelles valorisent les musées ethnologiques, les musées d'histoire naturelle, les anciens cabinets de curiosités car elles se méfient des musées d'art, hiérarchisés, aseptisés. Elles n'agressent pas les musées d'art ; elles veulent constituer par rapport à eux une sorte de prise de distance ; elles se mettent « à côté ».

Par exemple, à la Documenta 5 (1972), Claes Oldenburg a exposé son Musée-Souris (Mouse Museum) : musée en forme de tête de souris, musée où les innombrables et minuscules objets sont à l'échelle des muridés, musée enfin qui semble offrir l'institution à leur critique rongeuse. S'y mêlent, en une accumulation presque illisible, maquettes des œuvres personnelles d'Oldenburg, jouets, modèles réduits anatomiques, etc. L'artifice et le document y deviennent indiscernables. L'absence d'étiquettes, le bric-à-brac produisent une sorte de musée perdu, d'épave de musée, où les frontières esthétiques et le souci de savoir font ensemble naufrage. Seuls se conservent des vestiges volontairement privés de fonction, de signification, noyés en une sorte de grisaille où tout s'égalise.

Chez d'autres artistes, la production de ce qu'on appelle des musées personnels est au centre de leur travail : à Paris, Christian Boltanski et Annette Messager ; dans les Vosges, Jean-Marie Bertholin ; Thomas Kovachevich travaille à Chicago et Joel Fisher à San Francisco. Ces producteurs d'art (et quelques autres dispersés à travers le monde) ne s'intéressent guère aux musées consacrés à la conservation et à l'exposition de tableaux et de sculptures classiques ou modernes. Ils ne s'y sont pas formés. Ils ne les ont pas fréquentés. Ils ne les détestent ni ne les vénèrent. Ni hostiles ni héritiers face à ce qui, jusqu'ici, a été reconnu comme artistique. Indifférents. Étrangers.

Ce que la culture dominante en Occident nomme des chefs-d'œuvre, ils ne le copient pas, ne l'agressent pas, ne le ridiculisent pas. Ils ne veulent pas le connaître. Ils n'ont pas commerce avec lui. Ils ne reproduisent nul Cézanne et ne posent nulle moustache sur les lèvres de la Joconde.

Dans Les Voix du silence, André Malraux affirmait que la vision de tout artiste important s'organise à partir des tableaux et statues de ses prédécesseurs ; que sa pratique s'appuie sur des pratiques artistiques antérieures, les intégrant ou s'y opposant. Ce n'est plus toujours vrai aujourd'hui. Certains producteurs d'art préfèrent fréquenter les musées ethnologiques. Et ce qu'ils y regardent le moins, ce sont sans doute les statues. Nous ne sommes plus à l'époque où l'art d'Occident cherchait (avec Derain, Matisse ou Picasso) à utiliser forces et formes des sculptures et masques d'Afrique et d'Océanie. Aujourd'hui, bien des artistes sont fascinés par ce qui se situe, dans les conceptions dominantes de l'Occident, au plus loin de l'esthétique. Un immense polissoir néolithique ; un araire africain ; le lourd costume rituel d'une société d'initiés ; une coudée de coton tissé, enroulée, qui, au Cameroun, peut servir d'unité de compte dans les échanges ; des ex-voto grecs ou allemands (qui montrent des morceaux de corps, qui morcellent le corps) ; des armes raffinées ou sommaires ; un crochet kleppur qui, en Islande, permet de hisser les morues sur un bateau ; un minuscule miroir magique qui, au Maroc, doit rendre les maris fidèles, etc., tous ces objets séduisent le producteur d'art, le fascinent par leur complexité ou leur déroutante simplicité, par leurs fonctions multiples. Une forme ou une matière (du coton, de la pierre, des herbes) y apparaissent comme monnaie, comme instrument magique (véhiculant la toute-puissance du désir), comme moyen de prestige, d'agression ou de manipulation, comme image de corps (morcelé ou non). L'objet qui fascine n'est pas nécessairement un objet inutile. La recherche artistique n'est pas forcément liée à cette notion vague de désintéressement que valorise l'idéalisme.

Plaît aussi à ces producteurs d'art l'accumulation d'objets « exilés » que constitue un musée ethnologique. Trésor d'épaves. Mémoire de mondes perdus. Information fl [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite de philosophie de l'art à l'université Paris-I-Panthéon-Sorbonne, critique d'art, écrivain

Classification

Autres références

«  MUSÉES PERSONNELS  » est également traité dans :

BROODTHAERS MARCEL (1924-1976)

  • Écrit par 
  • Jacinto LAGEIRA
  •  • 834 mots

Dans le chapitre « Un « musée fictif » critique »  : […] L'année 1968 marque un tournant dans son œuvre. L'artiste s'oriente en effet vers un art plus « conceptuel », avec la création d'un musée fictif. Le « Musée d'art moderne/Département des Aigles » a été baptisé d'après un vers de Broodthaers, « Ô mélancolie, Aigre château des Aigles » et l'artiste en est le « directeur ». D'abord créé dans son appartement, ce musée qui n'est composé que de cartes p […] Lire la suite

MESSAGER ANNETTE (1943- )

  • Écrit par 
  • Bernard MARCADÉ
  • , Universalis
  •  • 1 910 mots

Dans le chapitre « Les deux A. M. »  : […] L'entrée d'Annette Messager dans le monde de l'art s'est opérée, dès 1970, sous le signe de l'ambivalence, voire de la duplicité en tant qu'artiste et femme. À cette époque, elle avait divisé son petit appartement parisien du XIV e  arrondissement en deux espaces : la salle à manger était consacrée aux travaux d' A.-M. artiste , la chambre à coucher, aux activités d' A.-M. collectionneuse . Ce qui […] Lire la suite

Les derniers événements

4-30 mai 2020 Belgique. Mise en place d'un déconfinement progressif.

Les musées, les marchés en plein air, les salons de coiffure et autres professions de contact peuvent reprendre leurs activités. Les mariages et les enterrements peuvent désormais se dérouler en présence de trente personnes. Le 20, les ministres de la Santé, de l’Emploi et du Budget s’engagent à suspendre les deux arrêtés royaux contestés par le personnel soignant et à ouvrir une concertation sociale sur le métier d’infirmier. […] Lire la suite

2-30 avril 2020 France. Annonce du plan de déconfinement.

La majorité des commerces pourra rouvrir, tandis que les cafés et restaurants, les salles de spectacles et les grands musées resteront fermés, et les grands rassemblements interdits jusqu’en septembre. La reprise de l’activité se fera progressivement, en privilégiant le télétravail et les horaires décalés de façon à ne pas engorger les transports publics, dans lesquels le port du masque sera obligatoire. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Gilbert LASCAULT, « MUSÉES PERSONNELS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 juillet 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/musees-personnels/