Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

BROODTHAERS MARCEL (1924-1976)

L'œuvre de l'artiste belge Marcel Broodthaers, malgré la fulgurance de son parcours (douze ans) et le peu de retentissement auprès du grand public, apparaît aujourd'hui comme l'une des plus importantes parmi les innombrables bouleversements artistiques nés au milieu des années 1960. Poète, photographe, réalisateur de films, plasticien, ces différentes étiquettes ne conviennent guère à un homme dont le principal projet fut de remettre radicalement en cause le système d'échanges existant entre l'art – comme institution muséographique, politique, économique – et le public.

Un écrivain et artiste hors norme

Né à Bruxelles en 1924, Broodthaers ne fait son entrée dans les arts plastiques que tardivement, en 1964. Dès 1943, cependant, il écrit des poèmes et, au cours des années 1940, fréquente le milieu surréaliste de Bruxelles. Il y rencontre notamment Magritte en 1946, artiste qu'il fréquentera jusqu'à sa mort et qui aura une grande importance pour son propre travail. En 1946 également, il ouvre une librairie dont il fait son « gagne-pain », car il vivait auparavant dans une extrême pauvreté. À partir de 1957, sa situation évolue : il publie son premier recueil de poèmes (Mon Livre d'ogre), se lance dans la photographie et réalise un film en l'honneur de l'artiste Kurt Schwitters (La Clef de l'horloge, 1957). Au début des années 1960, il rédige des textes de critique d'art, notamment sur le pop art américain, mouvement qui l'intéresse particulièrement. En 1963, il décide enfin de « devenir artiste » : il plonge dans du plâtre cinquante exemplaires de son dernier recueil de poèmes, Pense-bête, qui deviennent ainsi une seule œuvre, présentée à la galerie Saint-Laurent (Bruxelles) en avril 1964. Sur le carton d'invitation on peut lire : « Moi aussi, je me suis demandé si je ne pouvais pas vendre quelque chose et réussir dans la vie. Cela fait un moment déjà que je ne suis bon à rien. Je suis âgé de quarante ans. »

Plus qu'une anecdote autobiographique, on trouve là une thématique qui est récurrente dans son œuvre et qui consiste à établir des liens entre les textes et les objets, textes qu'il écrit lui-même, en s'inspirant parfois d'auteurs qu'il admire, tels La Fontaine, Mallarmé... ou Lacan. De 1963 à 1968, il réalise ainsi un certain nombre d'objets, d'assemblages et d'accumulations où sont introduits des matériaux incongrus et comportant une touche surréalisante : coquilles d'œufs posées sur des chaises ou remplissant une pleine armoire, coquilles de moules assemblées telle une peinture monochrome, charbon, briques, fémurs peints aux couleurs de la France ou de la Belgique.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur en esthétique à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne, critique d'art

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ILLUSTRATION

    • Écrit par Ségolène LE MEN, Constance MORÉTEAU
    • 9 135 mots
    • 11 médias
    ...d'écriture. Dès la racine, tout participe d'un même élan. Nombre des esprits créatifs du livre d'artiste seront donc des tenants de la poésie concrète. Ainsi de Marcel Broodthaers, dont la retranscription d'Un coup de dés jamais n'abolira le hasard en 1969 se double d'un sous-titre Image qui vient...

Voir aussi