SANŪSĪ MUḤAMMAD IBN ‘ALĪ AS- (1787-1859)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fondateur du mouvement politico-religieux qui porte son nom, as-Sanūsī (Muḥammad ibn ‘Alī as-Sanūsī al-Khaṭṭābī al-Idrīsī al-Ḥasanī) naquit à al-Wāsiṭa, près de Mostaganem (Algérie), dans une famille qui disait descendre de ‘Alī ibn Abī Ṭālib, cousin et gendre du Prophète. Pourvu d'une formation religieuse déjà poussée et devenu adepte de la confrérie ad-Darqāwiyya, il partit en 1803 environ pour Fès en vue de faire ses études à la célèbre université al-Qarawiyyīn. Il y développa et approfondit ses connaissances juridiques, notamment sous l'influence de la doctrine mālikite ; mais il entra aussi en contact étroit avec les mouvements mystiques et les confréries dont Fès était un centre important. Autorisé à enseigner à l'université, il entreprit la diffusion de son message réformiste ; puis il quitta Fès en 1819 pour un voyage qui le conduisit au Caire, à travers le sud du Maghreb. Au cours de ce voyage, il multiplia les contacts avec les différentes confréries religieuses. As-Sanūsī suivit quelques cours à l'université al-Azhar du Caire et se mit à y enseigner, mais il entra bientôt en conflit avec ses collègues, notamment les plus influents, al-Ḥnayyish et al-Būlāqī.

Déçu par la pauvreté intellectuelle et mystique du Caire, sceptique vis-à-vis du réformisme modernisant du vice-roi Muḥammad ‘Alī, il se rendit en 1825 à La Mecque où, malgré la défaite infligée aux Wahhābites par Ibrāhīm pacha et en dépit de la domination égyptienne, l'influence intégriste de ceux-là demeurait vive en certains milieux. Durant son long séjour à La Mecque, Sanūsī se lia d'amitié avec le salafite Aḥmad ibn Idrīs al-Fāsī (1759-1837), fondateur de la confrérie des Qādiriyya-Idrīsiyya, et devint le disciple le plus proche de ce dernier, savant juriste et mystique réputé. C'est à La Mecque que Sanūsī fonda, en 1837 environ, sa première zāwiya avec des Libyens, des Ḥidjāzites et des Soudanais. L'ordre était alors purement mystique, se fondant sur l'ascèse, la prière et les études religieuses ; mais bientôt il devint un mouvement militant, le fondateur invitant ses disciples à franchir les murs de la zāwiya et à se lancer dans l'action. Lui-même quitta La Mecque en 1841-1842 pour s'installer à Barqa (Cyrénaïque), où ses disciples avaient jeté les fondations de la première zāwiya de l'ordre hors des frontières du Ḥidjāz, az-Zāwiya al-Umm (la zāwiya mère). De Barqa, Sanūsī, six ans après, vint de nouveau à La Mecque à l'occasion du grand pèlerinage annuel et y remporta, avec son mouvement, un grand succès. Tout en ménageant le pouvoir ottoman, il dénonçait la faiblesse de celui-ci et son impuissance à assurer l'intégrité du monde musulman, comme le montrait notamment, selon lui, la conquête de l'Algérie par la France. Par sa théorie de l'imāma qorayshite, il en vint même à contester la légitimité de la souveraineté du calife ottoman sur la communauté musulmane.

Sanūsī se trouva ainsi en butte à l'hostilité de l'orthodoxie conservatrice, dont le chef de file était Muḥammad ‘Alaysh, un des maîtres de l'université du Caire, et qui avait aussi des partisans à La Mecque et à Istanbul. On lui reprochait surtout de prôner l'ijtihād (recours à l'interprétation personnelle du Coran et de la Sunna). Déclaré exclu de l'Islām en 1843 par une fatwā (opinion juridique) de ‘Alaysh, as-Sanūsī quitta La Mecque l'année suivante pour regagner Barqa. De là il transféra à Jaghbūb le centre de son ordre, lequel développa son prosélytisme parmi les populations d'Afrique centrale.

La doctrine d'as-Sanūsī, qui associe la démarche des mystiques (ṭarīqat al-aqṭāb) à celle des maîtres dans les sciences religieuses (ṭarīqat al-‘olamā'), prône, en matière de droit, le retour aux sources premières de la Sharī‘a, le Coran et la Sunna, et le recours à l'ijtihād, mais principalement dans des domaines secondaires ayant trait à la prière. L'œuvre du fondateur de la Sanūsīyya est essentiellement didactique, ordonnée à la formation des adeptes et à leur préparation à l'action militante.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  SANUSI MUHAMMAD IBN 'ALI AS- (1787-1859)  » est également traité dans :

SANŪSIYYA ou SENOUSSIYA

  • Écrit par 
  • Khalifa SOUA
  •  • 578 mots
  •  • 1 média

Fondée en 1837 par Muḥammad ibn ‘Alī as-Sanūsī (1787-1859), la confrérie musulmane de la Sanūsiyya (ordre des Senousis ou Senousites) s'implanta d'abord en Cyrénaïque, par où s'explique son rôle dans l'histoire politique de la Libye, pour étendre ensuite son influence jusqu'en Afrique centrale. À la mort de son fondateur, le mouvement fut dirigé par le fils de ce dernier, Muḥammad al-Mahdī, et eut […] Lire la suite

Pour citer l’article

Khalifa SOUA, « SANŪSĪ MUḤAMMAD IBN ‘ALĪ AS- (1787-1859) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/muhammad-ibn-ali-as-sanusi/