DIEU MORT DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La théologie de la mort de Dieu est née dans des cercles protestants d'Allemagne et d'Amérique du Nord. Ses principaux représentants sont : Thomas J. J. Altizer, de l'université d'Emory ; Paul M. Van Buren, de l'université de Temple ; William Hamilton, du séminaire théologique de Colgate-Rochester ; Herbert Braun, de l'université de Mayence. On peut citer également, bien que son intention soit très différente, Gabriel Vahanian, de l'université de Syracuse (N.Y.). Et l'on peut mentionner comme inspirateurs — à des degrés variables — Dietrich Bonhoeffer, Paul Tillich, William Blake, sans négliger les ancêtres que se reconnaissent les « théologiens radicaux » : Hegel, Nietzsche, Wittgenstein.

Au premier abord, cette théologie athée semble jouer sur les mots. « Dieu est mort », proclamait Nietzsche : ce qui invitait chacun à le tuer pour son compte. Ici, au contraire, « Dieu est mort en Jésus-Christ » : sa mort est celle de l'idée de Dieu, car rien ne s'oppose davantage au concept de Dieu souverain que l'impuissance du Tout-Puissant qui meurt. En conséquence, la religion théiste doit disparaître (au besoin, on montre, avec les ressources du positivisme logique et de l'analyse du langage, que le sujet Dieu ne peut entrer dans une proposition sensée) ; il faut lui substituer une théologie conséquente de l'Incarnation, avec une foi sans mythes. Pratiquement, l'éthique chrétienne, la vie pour la justice, à la limite l'engagement révolutionnaire sont la réalité du Dieu vécu, incarné, du Dieu qui « se vide » dans l'immanence de l'histoire (thème de la kénose, du dépouillement), quand l'histoire devient un combat pour une société fraternelle. On retrouve l'intuition mosaïque et prophétique : Dieu est sans visage, sans image ; il n'est que le règne de la justice et de l'amour. Au sein d'une culture sécularisée, la religion est morte ; mais la foi qui change le monde reste possible.

—  Henry DUMÉRY

Écrit par :

  • : professeur de philosophie à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification


Autres références

«  DIEU MORT DE  » est également traité dans :

DIEU - L'affirmation de Dieu

  • Écrit par 
  • Claude GEFFRÉ
  •  • 7 959 mots

Dans le chapitre « L'objectivisme théologique »  : […] Leur limite est d'entretenir une équivoque sur le mot « Dieu » et donc sur sa mort. On confond la mort du Dieu-concept, d'un Dieu dont on fait la clé de voûte du cosmos et d'une certaine rationalité, avec la mort du Dieu vivant en Jésus-Christ. L'aboutissement logique d'une telle théologie, c'est l'athéisme total. Mais ce mouvement, dit de « la mo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dieu-l-affirmation-de-dieu/#i_4076

EXISTENCE PHILOSOPHIES DE L'

  • Écrit par 
  • Jean WAHL
  •  • 6 149 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le « Dieu perdu » »  : […] Comment se fait-il qu'une pensée originairement religieuse, celle de Kierkegaard, se soit transformée en une philosophie non religieuse et même antireligieuse ? À cette observation, on peut répondre que, s'il y a une branche non religieuse et une branche a-religieuse de la philosophie de l'existence, la tendance religieuse persiste toujours, notamm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophies-de-l-existence/#i_4076

LE GAI SAVOIR, Friedrich Nietzsche - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 810 mots

Dans le chapitre « Une science nouvelle »  : […] Gai savoir ? Gaya Scienza – die Fröhliche Wissenschaft . Nietzsche trouve la joie encore trop sérieuse. Il lui préfère la gaieté plus affirmative et bondissante, légère. Superficielle, mais « superficielle par profondeur », comme les anciens philosophes grecs. La vérité comme valeur philosophique est soupçonnée, mais la connaissance est célébrée, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-gai-savoir/#i_4076

NIHILISME

  • Écrit par 
  • Jean GRANIER
  •  • 4 432 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Dieu est mort »  : […] Le fou qui, dans Le Gai Savoir de Nietzsche, apostrophe les passants, une lanterne à la main, en criant : « Je cherche Dieu ! » et qui, blessé des moqueries de ses auditeurs, leur jette au visage l'accusation : « Nous sommes tous les assassins de Dieu » est un héros nihiliste. Il proclame « la mort de Dieu », c'est-à-dire que « la croyance au dieu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nihilisme/#i_4076

SHOAH LITTÉRATURE DE LA

  • Écrit par 
  • Rachel ERTEL
  •  • 12 488 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « « Des poèmes - documents » (W. Szlengel) »  : […] Mystère de la parole poétique : c'est elle qui fait entendre la voix des victimes. Dans les ghettos et les camps, les autres types de discours se trouvent éclipsés par la prolifération d'écrits et de cris poétiques, venus de poètes ou de personnes que rien ne prédestinait à cette parole. Wladyslaw Szlengel, poète de langue polonaise, pousse son « c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-de-la-shoah/#i_4076

Pour citer l’article

Henry DUMÉRY, « DIEU MORT DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mort-de-dieu/