DIEU MORT DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La théologie de la mort de Dieu est née dans des cercles protestants d'Allemagne et d'Amérique du Nord. Ses principaux représentants sont : Thomas J. J. Altizer, de l'université d'Emory ; Paul M. Van Buren, de l'université de Temple ; William Hamilton, du séminaire théologique de Colgate-Rochester ; Herbert Braun, de l'université de Mayence. On peut citer également, bien que son intention soit très différente, Gabriel Vahanian, de l'université de Syracuse (N.Y.). Et l'on peut mentionner comme inspirateurs — à des degrés variables — Dietrich Bonhoeffer, Paul Tillich, William Blake, sans négliger les ancêtres que se reconnaissent les « théologiens radicaux » : Hegel, Nietzsche, Wittgenstein.

Au premier abord, cette théologie athée semble jouer sur les mots. « Dieu est mort », proclamait Nietzsche : ce qui invitait chacun à le tuer pour son compte. Ici, au contraire, « Dieu est mort en Jésus-Christ » : sa mort est celle de l'idée de Dieu, car rien ne s'oppose davantage au concept de Dieu souverain que l'impuissance du Tout-Puissant qui meurt. En conséquence, la religion théiste doit disparaître (au besoin, on montre, avec les ressources du positivisme logique et de l'analyse du langage, que le sujet Dieu ne peut entrer dans une proposition sensée) ; il faut lui substituer une théologie conséquente de l'Incarnation, avec une foi sans mythes. Pratiquement, l'éthique chrétienne, la vie pour la justice, à la limite l'engagement révolutionnaire sont la réalité du Dieu vécu, incarné, du Dieu qui « se vide » dans l'immanence de l'histoire (thème de la kénose, du dépouillement), quand l'histoire devient un combat pour une société fraternelle. On retrouve l'intuition mosaïque et prophétique : Dieu est sans visage, sans image ; il n'est que le règne de la justice et de l'amour. Au sein d'une culture sécularisée, la religion est morte ; mais la foi qui change le monde reste possible.

—  Henry DUMÉRY

Écrit par :

  • : professeur de philosophie à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Autres références

«  DIEU MORT DE  » est également traité dans :

DIEU - L'affirmation de Dieu

  • Écrit par 
  • Claude GEFFRÉ
  •  • 7 959 mots

Dans le chapitre « L'objectivisme théologique »  : […] Leur limite est d'entretenir une équivoque sur le mot « Dieu » et donc sur sa mort. On confond la mort du Dieu-concept, d'un Dieu dont on fait la clé de voûte du cosmos et d'une certaine rationalité, avec la mort du Dieu vivant en Jésus-Christ. L'aboutissement logique d'une telle théologie, c'est l'athéisme total. Mais ce mouvement, dit de « la mort de Dieu », n'est que la forme extrême de la cri […] Lire la suite

EXISTENCE PHILOSOPHIES DE L'

  • Écrit par 
  • Jean WAHL
  •  • 6 149 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le « Dieu perdu » »  : […] Comment se fait-il qu'une pensée originairement religieuse, celle de Kierkegaard, se soit transformée en une philosophie non religieuse et même antireligieuse ? À cette observation, on peut répondre que, s'il y a une branche non religieuse et une branche a-religieuse de la philosophie de l'existence, la tendance religieuse persiste toujours, notamment avec Gabriel Marcel. La branche a-religieuse, […] Lire la suite

LE GAI SAVOIR, Friedrich Nietzsche - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 810 mots

Dans le chapitre « Une science nouvelle »  : […] Gai savoir ? Gaya Scienza – die Fröhliche Wissenschaft . Nietzsche trouve la joie encore trop sérieuse. Il lui préfère la gaieté plus affirmative et bondissante, légère. Superficielle, mais « superficielle par profondeur », comme les anciens philosophes grecs. La vérité comme valeur philosophique est soupçonnée, mais la connaissance est célébrée, en ce qu'elle permet de se libérer des illusions n […] Lire la suite

SHOAH LITTÉRATURE DE LA

  • Écrit par 
  • Rachel ERTEL
  •  • 12 489 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « « Des poèmes - documents » (W. Szlengel) »  : […] Mystère de la parole poétique : c'est elle qui fait entendre la voix des victimes. Dans les ghettos et les camps, les autres types de discours se trouvent éclipsés par la prolifération d'écrits et de cris poétiques, venus de poètes ou de personnes que rien ne prédestinait à cette parole. Wladyslaw Szlengel, poète de langue polonaise, pousse son « cri dans la nuit » du ghetto de Varsovie, en 1942, […] Lire la suite

NIHILISME

  • Écrit par 
  • Jean GRANIER
  •  • 4 432 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Dieu est mort »  : […] Le fou qui, dans Le Gai Savoir de Nietzsche, apostrophe les passants, une lanterne à la main, en criant : « Je cherche Dieu ! » et qui, blessé des moqueries de ses auditeurs, leur jette au visage l'accusation : « Nous sommes tous les assassins de Dieu » est un héros nihiliste. Il proclame « la mort de Dieu », c'est-à-dire que « la croyance au dieu chrétien est tombée en discrédit » (V, 271). Cert […] Lire la suite

SENS (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 150 mots

Dans le chapitre « Un monde sans finalités »  : […] Friedrich Nietzsche est sans doute le premier à avoir compris pourquoi les sciences – et les techniques qui en découlent – conduisent inéluctablement au nihilisme . « Que signifie le nihilisme ? Que les valeurs supérieures se déprécient. Les fins manquent ; il n’y a pas de réponse à cette question : “À quoi bon ?” » ( Fragment s posthume s , 1887). L’homme moderne s’est avéré capable, contraire […] Lire la suite

Les derniers événements

Iran. Appel à l'unité de Mir Hossein Moussavi et exécution d'opposants. 1er-28 janvier 2010

la pendaison de deux opposants identifiés comme étant Mohammad Reza Ali Zammani, militant monarchiste, et Aresh Rahmanipour, membre des Moudjahidin du peuple, condamnés en octobre 2009 comme « ennemis de Dieu » pour avoir voulu renverser le régime islamique. Ce sont les premiers opposants exécutés […] Lire la suite

Iran. Attentat meurtrier dans un climat de répression de l'opposition. 13-20 octobre 2009

sur les prisonniers et réclamé l'ouverture d'une enquête. Trois jours auparavant, la justice a condamné à mort trois Iraniens pour avoir participé aux manifestations antigouvernementales après la réélection contestée de Mahmoud Ahmadinejad. Le 18, un attentat-suicide est perpétré à Pishin, dans la province […] Lire la suite

Liban. Attaques contre l'armée. 12-29 août 2008

, un attentat à l'explosif cause la mort de quinze personnes, dont onze soldats. Le 18, le Hezbollah établit un « mémorandum d'entente » avec des personnalités et des associations salafistes – des fondamentalistes sunnites – du nord du pays. Animés par la volonté de « sauvegarder la paix civile […] Lire la suite

États-Unis – Irak. Publication du rapport Baker-Hamilton et exécution de Saddam Hussein. 5-31 décembre 2006

d'avoir commis des attentats. Le 26, la cour d'appel de Bagdad confirme la sentence du Haut Tribunal pénal, rendue en novembre, qui condamnait à mort Saddam Hussein pour avoir fait massacrer, en 1982, cent quarante-huit habitants chiites du village de Doujaïl. « Je m'offre au sacrifice. Si Dieu le tout-puissant […] Lire la suite

France – Iran. Rupture des relations diplomatiques entre Paris et Téhéran. 2-30 juillet 1987

vigoureusement contre cette « agression » et demande à Téhéran des « explications officielles ». Le 14, à Téhéran, le premier secrétaire de l'ambassade de France, Paul Torri, est accusé d'« espionnage » et d'autres délits passibles en Iran de la peine de mort. Paris affirme que ces accusations, totalement […] Lire la suite

Pour citer l’article

Henry DUMÉRY, « DIEU MORT DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mort-de-dieu/