DÉRIVATION, linguistique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

1. Formation de nouvelles unités du lexique à partir des morphèmes de base et obtenues par addition, suppression ou remplacement d'un affixe au radical du mot. La dérivation est dite impropre lorsque les mots reçoivent une valeur dérivée nouvelle sans modifier leur forme, mais en changeant de catégorie grammaticale (exemples : le boire et le manger, le pourquoi et le comment). Néanmoins, les perspectives actuelles en linguistique insistent sur l'importance du composant syntaxique dans la procédure de dérivation et minimisent la finalité purement lexicale (accroître le stock des « mots ») qui, jusque-là, était la seule reconnue : tant de flottements terminologiques y étaient impliqués que la grammaire générative apporte une simplification non négligeable en considérant la dérivation comme un ensemble de moyens morpho-phonologiques (nominalisation, adjectivisation par exemple) permettant de passer d'une structure sous-jacente à une phrase réalisée (l'immeuble est, a été, sera construit ⇌ la construction de l'immeuble).

2. Ensemble des procédures automatiques qui, à un symbole initial, associe par des étapes intermédiaires les constituants catégoriels, puis morphologiques, jusqu'à ce que soit engendrée une phrase de la langue. L'application successive des règles ou instructions de cette dérivation est dite terminée quand aucune règle ne peut s'appliquer à un élément de cette suite. On peut toujours associer un indicateur syntagmatique à une dérivation. Une dérivation est dite récursive lorsque l'indicateur syntagmatique comporte un (des) élément(s) auto-dominant(s), autrement dit lorsque l'élément non terminal A peut se réécrire AX.

—  Nicole QUENTIN-MAURER

Écrit par :

Classification


Autres références

«  DÉRIVATION, linguistique  » est également traité dans :

CHAMITO-SÉMITIQUES LANGUES

  • Écrit par 
  • David COHEN
  •  • 2 791 mots

Dans le chapitre « L'énoncé »  : […] On peut répartir l'ensemble des formes en trois classes : les verbes, les nominaux, les particules. Dans un énoncé complet (sujet-prédicat), un nominal peut être sujet ou prédicat. Un verbe peut être prédicat d'un sujet nominal ou constituer par lui-même un énoncé complet. Un énoncé a donc toujours l'un des schèmes suivants : N + N ; V + N ; V (N désignant un nominal avec ses expansions, V un verb […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/langues-chamito-semitiques/#i_6722

ÉNONCIATION

  • Écrit par 
  • Oswald DUCROT
  •  • 7 982 mots

Dans le chapitre « L'inscription de l'énonciation dans la langue »  : […] La linguistique – on vient de le montrer – doit tenir compte de l'énonciation dans la mesure où elle a à donner le moyen de représenter le sens des énoncés. Mais elle doit aussi permettre d'expliquer ce sens, en se fondant sur la signification des phrases et sur les circonstances de la parole. Or il y a des raisons d'admettre également dans cet ensemble d'instructions qui constitue la significatio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/enonciation/#i_6722

ÉTYMOLOGIE

  • Écrit par 
  • Paul ZUMTHOR
  •  • 5 463 mots

Dans le chapitre « Problèmes et directions de recherche »  : […] Étant donné un mot d'une certaine langue, l'étymologiste, pour remonter à son étymon (mot souche, attesté ou reconstitué), doit tenir compte de plusieurs ordres de faits, constituant autant de plans de recherche applicables, selon les cas, à ce mot pris isolément ou (plus souvent) à l'ensemble lexical (« champ ») auquel il appartient. Ces plans concernent, d'une part, les co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etymologie/#i_6722

FRANCE (Arts et culture) - La langue française

  • Écrit par 
  • Gérald ANTOINE, 
  • Jean-Claude CHEVALIER, 
  • Loïc DEPECKER, 
  • Françoise HELGORSKY
  •  • 15 783 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les nouvelles tendances »  : […] Le lexique, comme toujours, se modifie vite et profondément : le français devient une langue encyclopédique. À partir de 1830, les inventions scientifiques et leurs applications font pénétrer dans le français commun des vocabulaires entiers dont beaucoup de termes prennent un sens général ( s'oxygéner , aiguiller ). Plus que jamais, la langue tend à se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-arts-et-culture-la-langue-francaise/#i_6722

LINGUISTIQUE - Théories

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 6 894 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La grammaire chomskienne »  : […] Le terme « grammaire » désigne une théorie des structures linguistiques dont la pièce maîtresse est la syntaxe, distincte d'une part de la morphologie et de la phonologie, et d'autre part de la sémantique. Le but de la grammaire est de rendre compte de toutes les phrases grammaticales (c'est-à-dire syntaxiquement bien formées) et d'elles seules. Pour ce faire, la grammaire a la forme d'un mécanis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/linguistique-theories/#i_6722

LINGUISTIQUE - Domaines

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 5 093 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La morphologie »  : […] La morphologie est l'étude de la formation des mots et de leurs variations. Dans une langue comme le français, certains mots sont simples (« maison »), d'autres sont complexes (« maisonnette »), certains sont invariables (« pour », « et »), d'autres sont variables (« cheval/chevaux »). La variation dans la forme des mots procède de la flexion, lorsque certains éléments non autonomes, appelés dési […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/linguistique-domaines/#i_6722

POLOGNE

  • Écrit par 
  • Jean BOURRILLY, 
  • Georges LANGROD, 
  • Michel LARAN, 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Georges MOND, 
  • Jean-Yves POTEL, 
  • Hélène WLODARCZYK
  •  • 44 181 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « Vocabulaire »  : […] Les procédés d'enrichissement du vocabulaire par dérivation sont très productifs : suffixes pour créer de nouveaux substantifs et adjectifs, préfixes pour les verbes. La formation des mots nouveaux par composition est plus rare et souvent due à des calques à partir de langues étrangères. Outre la dérivation sur les racines polonaises, la langue a emprunté au cours de son histoire des mots à divers […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pologne/#i_6722

SYNTAXE

  • Écrit par 
  • Michel BRAUDEAU
  •  • 1 030 mots

Traditionnellement, les grammairiens occidentaux envisagent l'étude de toute langue sous trois grands aspects : sémantique (ou lexical), morphologique (formation des mots et variations de leur forme), syntaxique (rapport entre les mots). Dans ce cadre, la syntaxe est essentiellement conçue comme l'étude de la combinaison des mots dans la phrase, la « construction des mots ensemble » (Port-Royal). […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/syntaxe/#i_6722

Pour citer l’article

Nicole QUENTIN-MAURER, « DÉRIVATION, linguistique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/derivation-linguistique/