Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MONUMENTS FUNÉRAIRES MOGHOLS (repères chronologiques)

1235 Le mausolée d'Iltutmish, placé derrière le mur qibla de la mosquée Quwwat al-islam, à Delhi, est le plus ancien mausolée musulman en Inde ; en grès rouge de tradition indienne, cet édifice à coupole sur plan carré, avec des trompes d'angle, suit le schéma établi depuis le xe siècle dans l'architecture commémorative islamique.

1325 Le mausolée de Ghiath al-Din̄ Tūghlūq, près de Delhi, ressemble à une forteresse au milieu d'un lac artificiel. Ce caractère de citadelle reste exceptionnel dans l'architecture funéraire.

1526 Venant de Kaboul, Bāber, membre de la famille timouride, réussit à conquérir l'Hindustan et fonde la dynastie des Moghols (ce terme désigne en arabe et en persan les « Mongols »).

1540-1555 Humāyūn, fils et successeur de Bāber, chassé par un gouverneur local, s'enfuit en Perse, à la cour du Shāh Tahmāsp. Ce séjour resserre les liens de la cour moghole avec le monde iranien et influence de manière décisive la culture artistique et littéraire moghole.

1540 Après la mort accidentelle de Sher Khān, usurpateur du trône de Humāyūn, son épouse lui fait construire un mausolée monumental à Sasseram, près de Delhi. L'édifice octogonal, entouré de quatre pavillons, construit sur une terrasse au milieu d'un lac artificiel, évoque l'architecture des palais moghols.

1556-1605 Règne d'Akbar, le « Grand Moghol ». Personnalité à facettes multiples, hommes de lettres tout en étant illettré, profondément musulman tout en se livrant à des spéculations religieuses et mystiques, Akbar exprime, dans son architecture, son aspiration à fondre les héritages hindou et musulman en une synthèse nouvelle.

1565 Tombeau de Humāyūn, à Delhi, commencé par sa veuve et achevé par Akbar. Le tombeau, édifié par un architecte persan, est au milieu d'un jardin orné de bassins et de canaux ; des allées perpendiculaires lui donnent une trame orthogonale. Le mausolée suit la tradition des édifices à coupole sur plan centré ; il est très marqué par l'héritage persan (présence d'un jardin, coupole très élevée, etc.).

1573 Fondation de Fathpūr Sīkrī, ville royale créée par Akbar à l'emplacement de l'ermitage d'un modeste saint, qui lui avait prédit la naissance de son fils, Jahāngīr.

1612 Achèvement par Jahāngīr du tombeau d'Akbar à Sikandra, dont la construction avait été commencée par Akbar lui-même. Ce monument, une pyramide à étages coiffée d'une terrasse, évoque les édifices bouddhiques de l'Inde et s'écarte des traditions iraniennes.

1628 Tombeau d'Itimūr al-Dawla à Āgrā. Nūr Jahān, épouse de Jahāngīr, fait construire ce mausolée en marbre blanc – édifice précieux marqué d'influences persanes – à la mémoire de son père, aventurier et courtisan persan. Cet édifice de taille modeste annonce le Tadj Mahall.

1632-1652 Tadj Mahall, tombeau de Mumtāz Mahall, à Āgrā. L'épouse préférée de Shāh Jahān, petite-fille d'Itimūr al-Dawla, meurt en 1630 ; son époux ordonne un deuil de deux ans, puis la construction d'un ensemble funéraire, qui associe des caractéristiques de l'architecture palatiale à celles de l'architecture commémorative. L'hypothèse d'une participation d'architectes occidentaux a souvent été avancée, mais elle semble se réduire à quelques apports dans la décoration en marqueterie de pierre.

1658-1707 Règne d'Aurangzeb, fils de Shāh Jahān, dont l'intolérance religieuse ne favorise pas la créativité artistique.

1660-1661 Aurangzeb fait construire pour son épouse Rabi'ia Dawrani, à Aurangabad, un mausolée inspiré du Tadj Mahall.

1671 Roshara, sœur d'Aurangzeb, est enterrée à Delhi dans une tombe monumentale qui ressemble à un palais. C'est le dernier monument de ce type de la dynastie moghole, les derniers souverains[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur d'histoire de l'art et d'archéologie islamiques à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Pour citer cet article

Marianne BARRUCAND. MONUMENTS FUNÉRAIRES MOGHOLS - (repères chronologiques) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Voir aussi