MONUMENTS AUX MORTS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Monument aux morts, Fontaine-le-Comte (Vienne)

Monument aux morts, Fontaine-le-Comte (Vienne)
Crédits : O. Hayes

photographie

Monument aux morts, Chabanais (Charente)

Monument aux morts, Chabanais (Charente)
Crédits : Gilles Beauvarlet, 2008/ Région Poitou-Charentes, inventaire général du patrimoine culturel

photographie

Le Poilu victorieux, Saint-Benoît (Vienne)

Le Poilu victorieux, Saint-Benoît (Vienne)
Crédits : O. Hayes

photographie

War Memorial Clock Tower, Blenheim, Nouvelle-Zélande

War Memorial Clock Tower, Blenheim, Nouvelle-Zélande
Crédits : S. Black/ Robert Harding World Imagery/ Corbis

photographie


Le cadre officiel

Il n’existe pas d’obligation légale d’ériger un monument, mais la loi du 25 octobre 1919 sur la « commémoration et la glorification des morts pour la France au cours de la Grande Guerre » y incite par l’institution d’une subvention de l’État, laquelle sera supprimée en 1925. Le barème de la subvention est calculé, d’une part, en fonction du nombre de soldats morts par rapport à la population totale de la commune et, d’autre part, en fonction inverse de la richesse de la commune, et il est plafonné à 25 p. 100. Ce pourcentage s’applique uniquement au budget mis à disposition par la commune, et non aux dépenses totales, parfois largement couvertes par des souscriptions publiques. La part, somme toute très modeste, de la subvention de l’État ne permet donc pas vraiment aux préfectures de faire pression sur les communes pour peser sur la décision.

Quoi qu’il en soit, tout monument érigé à titre d’hommage public doit faire l’objet d’une autorisation ministérielle, selon l’ordonnance du 10 juillet 1816 ; pour alléger les démarches, cette procédure de contrôle et d’autorisation est transférée en 1920 aux préfets. Les préfectures sont donc informées et doivent donner leur accord aux projets qui leur sont soumis. Ceux-ci sont acceptés tels quels pour la plupart, mais la commission artistique départementale peut aussi donner un avis favorable sous réserve de modifications ; les refus sont rares.

La loi de séparation des Églises et de l’État de 1905 interdit les signes et emblèmes religieux sur les monuments publics – c’est d’ailleurs le seul point sur lequel préfectures et communes insistent explicitement quand le monument doit être érigé sur la place publique. La portée politique de tels symboles ne saurait être négligée. Si le monument se trouve dans le cimetière, les motifs chrétiens sont tolérés, en raison de leur caractère plus funéraire que religieux. Pour cette même raison, l’autorisation est élargie en 1924 à tous les monuments aux morts, indépendamment de leur emplacement, validant ainsi un état de fait.

Malgré une volonté manifeste d’encadrement [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

  • : enseignant-chercheur à l'université de Tübingen, Allemagne

Classification


Autres références

«  MONUMENTS AUX MORTS  » est également traité dans :

COMMÉMORATION DE L'ARMISTICE DU 11 NOVEMBRE 1918

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 504 mots

Comme plusieurs autres pays, la France commémore le 11 novembre, date de la signature de l’armistice qui mit fin à la Première Guerre mondiale, en 1918. Ce jour-là, elle rend hommage aux soldats morts au combat pendant ce conflit. Observée pour la première fois de façon discrète en 1919, la commémoration de l’armistice fait l’objet d’une cérémonie officielle dès le 11 novembre 1920 : l’État franç […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/commemoration-de-l-armistice-du-11-novembre-1918/#i_56231

MAILLOL ARISTIDE (1861-1944)

  • Écrit par 
  • Antoinette LE NORMAND-ROMAIN
  •  • 1 548 mots

Dans le chapitre « Après 1900 : sculpteur »  : […] En 1900, Maillol avait commencé sa première grande figure, une Femme assise qui prendrait plus tard le nom de Méditerranée . En 1902, il acheva un premier état encore très proche du modèle posé par sa femme, mais, disait-il, « l'art ne consiste pas à copier la nature » (Puig). Aussi reprit-il la statue dont le modèle définitif fut exposé au Salon d'auto […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aristide-maillol/#i_56231

Voir aussi

Pour citer l’article

Oonagh HAYES, « MONUMENTS AUX MORTS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/monuments-aux-morts/