COMMÉMORATION DE L'ARMISTICE DU 11 NOVEMBRE 1918

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Comme plusieurs autres pays, la France commémore le 11 novembre, date de la signature de l’armistice qui mit fin à la Première Guerre mondiale, en 1918. Ce jour-là, elle rend hommage aux soldats morts au combat pendant ce conflit. Observée pour la première fois de façon discrète en 1919, la commémoration de l’armistice fait l’objet d’une cérémonie officielle dès le 11 novembre 1920 : l’État français rendit en ce jour les honneurs militaires funèbres au soldat inconnu. La dépouille de ce soldat non identifié, choisie pour représenter tous les soldats français morts pour la patrie, fut inhumée sous l’arc de triomphe de l’Étoile, à Paris, et placée trois ans plus tard près d’une flamme du souvenir. Le Royaume-Uni marque lui aussi cette année-là les célébrations en inhumant un soldat inconnu dans l’abbaye de Westminster, à Londres. Les États-Unis suivent l’exemple en 1921, au cimetière militaire d’Arlington (Virginie), bientôt imités par d’autres pays, comme l’Italie et le Portugal, entrés en guerre respectivement en 1915 et 1916.

Depuis 1922, le 11 novembre est en France une fête nationale fériée qui commémore la victoire et la paix. Nouveau culte national rendu aux morts, une cérémonie est désormais organisée devant la tombe du soldat inconnu, marquée notamment par une prise d’armes, le dépôt de gerbes de fleurs et la sonnerie « aux morts ». Ce rituel se répète dans tous les cimetières et mémoriaux militaires de la Grande Guerre, ainsi qu’au pied des monuments aux morts communaux. Le Royaume-Uni, les pays du Commonwealth et d’autres pays d’Europe, ont coutume d’observer deux minutes de silence à 11 heures, heure de la signature de l’armistice.

Depuis 2012, la République française rend également hommage ce jour-là à tous les morts pour la France. De même, les États-Unis consacrent cette journée à tous leurs soldats tombés au combat. D’autres pays, comme le Royaume-Uni, le Canada et l’Australie, la réservent à la mémoire des anciens combattants des deux guerres mondiales.

La commémoration de l’armistice s’est parfois muée en journée du souvenir dédiée aux anciens combattants, notamment au Canada. Au Royaume-Uni, cette journée du souvenir a été fixée au deuxième dimanche de novembre.

Dans les pays du Commonwealth, la fleur du coquelicot est associée aux commémorations de la Première Guerre mondiale en raison du poème In Flanders Fields (1915, « Champs de Flandre ») du médecin et lieutenant canadien John McCrae. On vend ainsi au profit des anciens combattants des coquelicots en papier que l’on accroche au revers de son vêtement, en marque de souvenir. En France, c’est la fleur du bleuet qui prit valeur de symbole, car elle rappelait la couleur (bleu) de l’uniforme neuf des jeunes recrues, surnommées « bleuets » par leurs camarades.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Classification

Autres références

«  COMMÉMORATION DE L'ARMISTICE DU 11 NOVEMBRE 1918  » est également traité dans :

GUERRE MONDIALE (PREMIÈRE) - Mémoires et débats

  • Écrit par 
  • André LOEZ
  •  • 4 507 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Présence de la Grande Guerre »  : […] Dans les années 1920 et 1930, la mémoire de la guerre est quasi omniprésente : par le deuil massif qui frappe, directement ou indirectement, chaque famille ou presque ; par l'érection de monuments aux morts (dans 95 p. 100 des communes françaises) ; par l'investissement des anciens combattants dans l'espace public et leur attachement au pacifisme ; enfin par l'ampleur des productions culturelles q […] Lire la suite

MONUMENTS AUX MORTS

  • Écrit par 
  • Oonagh HAYES
  •  • 3 291 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Cérémonies, modifications et mise en scène  »  : […] Les cérémonies commémoratives, rituels collectifs de deuil, ne sont ni fixées ni standardisées en raison de leur caractère performatif et décentralisé. Métaphoriquement, les monuments aux morts sont l’autel où se déroule un culte républicain, dont les acteurs établissent les modalités. La Marseillaise , une minute de silence, la sonnerie aux morts, l’énumération des noms suivis de la déclamation « […] Lire la suite

Les derniers événements

11 novembre 2020 France. Entrée au Panthéon de Maurice Genevoix.

En ce jour de commémoration de la signature de l’armistice de 1918, le chef de l’État, Emmanuel Macron, préside la cérémonie d’entrée au Panthéon des cendres de l’écrivain Maurice Genevoix, combattant de la Grande Guerre et auteur du recueil Ceux de 14. Emmanuel Macron inaugure à cette occasion six sculptures du plasticien allemand Anselm Kiefer, installées dans le Panthéon. […] Lire la suite

8 novembre 1993 France. Annonce de la fin du dépôt de gerbe sur la tombe du maréchal Pétain

En annonçant que le président de la République fera fleurir, à l'occasion de la commémoration de l'armistice du 11 novembre 1918, trois « lieux de mémoire » pour honorer « les grands chefs de guerre là où ils ont combattu et la mémoire de tous les combattants tombés dans ces lieux », l'Élysée confirme implicitement que François Mitterrand ne fera pas déposer de gerbe sur la tombe du maréchal Philippe Pétain à l'île d'Yeu (Vendée), comme il le faisait tous les 11 novembre depuis 1987. […] Lire la suite

Pour citer l’article

« COMMÉMORATION DE L'ARMISTICE DU 11 NOVEMBRE 1918 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 février 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/commemoration-de-l-armistice-du-11-novembre-1918/