MONGOLIE, République mongole

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
Nom officielMongolie (MN)
Chef de l'ÉtatUkhnaagiin Khürelsükh (depuis le 25 juin 2021)
Chef du gouvernementLuvsannamsrai Oyun-Erdene (depuis le 27 janvier 2021)
CapitaleOulan-Bator
Langue officiellemongol
Unité monétairetugrik (MNT)
Population3 388 000 (estim. 2021)
Superficie (km2)1 564 100

De l'indépendance de la Mongolie-Extérieure en 1911 à la proclamation de la République populaire en 1924, puis à la généralisation de la collectivisation à la fin des années 1950, jusqu'au rejet du communisme et de la tutelle soviétique en 1990 et à la proclamation de la République de Mongolie (Mongol uls, littéralement « Nation mongole ») en février 1992, la route a été tortueuse. Et les étapes, qui avaient paru d'éclatants succès à l'époque communiste, sont remises en question depuis la démocratisation du régime en 1990. La révélation des errements et des crimes des dirigeants communistes va de pair avec la glorification d'un haut passé national khalkha (du nom de l'ethnie majoritaire dans le pays), redécouvert et même recréé, et de l'adulation de Gengis-Khan, devenu le génie tutélaire de la nation.

Mongolie : carte physique

Carte : Mongolie : carte physique

Carte physique de la Mongolie. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Mongolie : drapeau

Dessin : Mongolie : drapeau

Mongolie (1940 ; modif. 1992). Dans le guindant de ce drapeau rouge, bleu et rouge, un soyonbo jaune. Sur ce très ancien symbole mongol, on peut reconnaître de haut en bas la flamme du progrès, le soleil et la lune de la vie éternelle, puis deux triangles (avertissement à l'ennemi) et deux... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Cadre naturel

La République mongole (ancienne République populaire de Mongolie, ou R.P.M.) et la Région autonome de Mongolie-Intérieure (R.A.M.I.) appartiennent à un même ensemble tectonique : une pénéplaine usée qu'un soulèvement au Pliocène (fin du Tertiaire) ou au Pléistocène (début du Quaternaire) a portée à une altitude élevée, tout en provoquant un rajeunissement de l'érosion. Ainsi, en Mongolie, le niveau absolu moyen est de 1 580 mètres et l'horizon habituel consiste en mamelons arrondis aux pentes douces que coupent de brusques failles. Comprimée, lors de ce mouvement, entre la plate-forme de l'Inde et celle de la Sibérie, la haute Asie s'est plissée sur ses bords en de longues chaînes, parallèles d'ouest en est, et qui, gauchies à la rencontre du môle sérindien à l'ouest et du môle sinien à l'est, enferment comme dans une cuvette les hautes plaines mongoles. En Mongolie, le point le plus bas (à l'est du pays) est situé à 552 mètres au-dessus du niveau de la mer et le plus élevé (dans les chaînes occidentales) à 4 653 mètres.

Chevaux en Mongolie

Photographie : Chevaux en Mongolie

Homme menant ses chevaux dans la plaine mongole. À l'arrière-plan, l'habitat traditionnel des nomades mongols, larges tentes rondes ou ger

Crédits : Michel Setboun/ The Image Bank/ Getty Images

Afficher

Cette confrontation, jointe à l'éloignement des mers et à la présence d'un anticyclone au nord-ouest, donne aux régions mongoles leurs caractères propres : un climat sévèrement continental, aux amplitudes diurne et annuelle excessives (90 0C d'amplitude absolue) ; des précipitations restreintes, dont la quasi-totalité tombe en averses brutales durant l'été (à Ulan-Bator, par exemple, 381 mm en 1943, dont 108 en juillet, mais 137 mm en 1944 pour l'ensemble de l'année) ; un air sec, dont les effets sont accentués par l'ensoleillement élevé et de violents vents permanents ; enfin, un réseau hydraulique qui n'est raccordé aux océans que sur son pourtour (au nord, bassin tributaire de l'Arctique, avec le Selenge – ou Selenga – et son affluent l'Orkhon ; à l'est, bassin tributaire du Pacifique, avec l'Onon et le Kherlen – ou Kerülen – au nord et le fleuve Jaune au sud), tandis que son centre est constitué en bassins fermés, soit lacustres, soit dépourvus d'eaux superficielles.

Ce serait pourtant une erreur que d'imaginer la Mongolie comme un désert uniformément désolé. Les paysages y sont, au contraire, très différenciés et pittoresques, car la zone montagneuse ou khangai (par opposition au gobi ou cuvettes en cailloutis et sable) occupe les deux tiers du territoire. Subdivisée en cinq régions naturelles (en allant d'ouest en est, le système de l'Altai mongol qui renferme les sommets dominants du pays, la dépression des grands lacs, le vaste massif du Khangai proprement dit, la chaîne du Khentei, les hautes plaines de l'Est), la Mongolie est, dans son ensemble, couverte d'une végétation de steppe ou de steppe forestière (79 p. 100 du territoire), avec des pâturages opulents et, sur les pentes abritées, des bouquets de mélèzes sibériens à feuilles persistantes, de cèdres, de pins et de bouleaux ; la faune y est riche, surtout en animaux à fourrure, et les eaux étonnamment poissonneuses.

Quant au Gobi, qui s'étend sur le sud du pays (et aussi sur une grande partie de la Mongolie-Intérieure), plus qu'un désert uniforme de cailloux et d'affleurements salins (1 p. 100 du territoire total de la République) ou de dunes mouvantes (plutôt en Mongolie-Intérieure, particulièrement en Ordos et en Alashan [ou Alašan]), il se présente comme une steppe désertique parsemée de courts arbustes fibreux, tels que le saksaul ou le sulkhir. Pauvre en faune, il recèle pourtant dans son sol des milliers de restes de reptiles et [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Médias de l’article

Mongolie : carte physique

Mongolie : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Mongolie : drapeau

Mongolie : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Chevaux en Mongolie

Chevaux en Mongolie
Crédits : Michel Setboun/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Culture mongole

Culture mongole
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 9 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  MONGOLIE, République mongole  » est également traité dans :

MONGOLIE, République mongole (chronologie contemporaine)

  • Écrit par 
  • Universalis

Tous les événements politiques (élections, conflits, accords, …) et les faits économiques et sociaux qui ont marqué l’histoire contemporaine du pays jusqu’à aujourd’hui. […] Lire la suite

AÏMAG

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN
  •  • 121 mots

À l'origine, chez les peuples turcs, mongols et parfois toungouso-mandchous, l'aïmag (ou aïmak, ou ayimaq) est une unité sociale plus ou moins étendue qui repose sur la parenté patrilinéaire. À partir du XIII e  siècle, chez les Mongols, c'est une sous-tribu ayant un territoire de nomadisation propre, puis un grand fief et même un khanat. À l'époque moderne, chez les Mongols (en Bouriatie et en Ré […] Lire la suite

AMOUR, fleuve

  • Écrit par 
  • Laurent TOUCHART
  •  • 2 311 mots

Dans le chapitre « Le grand fleuve de l'Extrême-Orient »  : […] Long d'environ 4 400 km (4 384 à 4 444 selon la source considérée), l'Amour draine un bassin de 1 855 000 km 2 . Né dans les plateaux du nord-est de la Mongolie et de la Transbaïkalie russe, le fleuve s'écoule d'abord parallèlement aux grandes fractures, du sud-ouest au nord-est. Après son coude entre la chaîne russe de Toukouringra et le massif chinois du Grand Khingan, il se dirige vers le sud […] Lire la suite

ASIE (Structure et milieu) - Géographie physique

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE, 
  • Jean DELVERT, 
  • Xavier de PLANHOL
  •  • 34 837 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le « socle de Cathay » »  : […] La Chine du Nord et du Nord-Est, ainsi qu'une partie de la Corée, correspond au Bouclier chinois ( Sinian shield ), que nous appellerons « socle de Cathay », constitué de terrains cristallins, micaschistes, gneiss et granites. Les plis ont été usés jusqu'à la racine. Sur ce socle reposent, en discordance, des couches sédimentaires, primaires ou secondaires, très variées, notamment des calcaires et […] Lire la suite

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Dynamiques régionales

  • Écrit par 
  • Manuelle FRANCK, 
  • Bernard HOURCADE, 
  • Georges MUTIN, 
  • Philippe PELLETIER, 
  • Jean-Luc RACINE
  •  • 24 814 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre «  Asie orientale  »  : […] La partie orientale et nord-orientale de l'Asie est la plus difficile à identifier du continent eurasiatique. Le pays le plus vaste, le plus peuplé et le plus ancien de cet ensemble, la Chine, s'est toujours considéré au centre de l'écoumène, ni à l'est ni au nord-est de quelque chose, fût-ce un continent. En outre, pour ce « Pays du milieu » ( Zhongguo ), le nord-est de l'Asie désigne les provin […] Lire la suite

BOURIATES

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN
  •  • 2 387 mots

Dans le chapitre « La colonisation russe »  : […] Au xvii e  siècle s'amorcent les premiers contacts avec les Russes, lorsque vers 1620-1630 apparaissent les Cosaques partis de leur propre initiative à la découverte de la Sibérie ; viennent ensuite les commerçants attirés par les fourrures, l'or, l'argent, les pierres précieuses, et les paysans en rupture de servage. En 1640 et 1660, pour tenir en main le pays bouriate, les autorités russes y é […] Lire la suite

ČAKHAR ou TCHAKHAR

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN
  •  • 803 mots

Principale tribu des grands khāns mongols du xvi e siècle, les Čakhar (ou Tchakhar ou Chakhar) sont les descendants de Gengis khān. Au début du xvii e siècle, leur souverain, le grand khān Ligdan khān (ou Legdan khān, ou Lingdan khān), dont le règne se situe entre 1604 et 1634, tente de reconstituer la puissance mongole effritée par les rivalités internes. Mais il se heurte au pouvoir grandissan […] Lire la suite

ČOIBALSAN KHORLŌGHĪN (1895-1952)

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN
  •  • 335 mots

Qualifié de « Staline mongol », il repose aux côtés de Sükhe-Bātor, le « Lénine mongol », dans un mausolée dressé sur la place centrale d'Ulān-Bātor, au pied du palais gouvernemental. Issu d'un milieu pauvre, Čoibalsan reçoit une éducation soignée pour son temps et son milieu, d'abord dans une lamaserie puis dans la première école secondaire ouverte en Mongolie (fondée en 1912 à Urga, la capitale, […] Lire la suite

COMMUNISME - Histoire économique des pays communistes

  • Écrit par 
  • Marie LAVIGNE
  •  • 10 454 mots
  •  • 7 médias

L'ensemble des pays appartenant au système socialiste d'économie pouvait se définir, jusqu'à l'effondrement de ce système en 1989-1990, à partir de trois critères principaux. En premier lieu, les activités économiques, tout comme la vie politique, étaient subordonnées aux décisions d'un parti unique, qu'il fût dénommé Parti communiste ou portât un autre nom (Parti socialiste ouvrier hongrois, Par […] Lire la suite

GOBI DÉSERT DE

  • Écrit par 
  • Guy S. ALITTO, 
  • Mikhail Platonovich PETROV
  •  • 2 133 mots
  •  • 1 média

Les géographes européens ont souvent désigné sommairement sous le nom de désert de Gobi une vaste région semi-désertique d'Asie centrale, qui s'étend en Mongolie et en Chine. Le terme mongol gobi désigne de larges bassins fermés, à fond surtout caillouteux, qui abondent dans ces régions. Les massifs dunaires et les étendues sablonneuses y sont dans l'ensemble limités. Le Gobi s'étend au nord jus […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

18 février 1990 Mongolie. Instauration du multipartisme

La création, avec l'aval du pouvoir, du Parti démocratique mongol, issu de l'Union démocratique mongole (U.D.M.) formée en décembre 1989, marque la fin du système du parti unique en république populaire de Mongolie. Le congrès constitutif, qui se tient à Oulan-Bator, en présence de représentants du pouvoir, donne l'occasion aux six cent dix délégués de dénoncer la politique de collectivisation suivie par le Parti populaire révolutionnaire (P. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Françoise AUBIN, Marie-Dominique EVEN, « MONGOLIE, République mongole », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mongolie-republique-mongole/