MOLOTOV VIATCHESLAV MIKHAÏLOVITCH SKRIABINE dit (1890-1986)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Molotov, l'un des principaux personnages de l'entourage de Staline, fut son lieutenant et son bras droit pendant des décennies. Issu d'une famille bourgeoise, Molotov adhère au bolchevisme à la fin de 1906 et milite parmi les étudiants et les lycéens. En 1912, il devient secrétaire de rédaction de la Pravda à Saint-Pétersbourg et fait alors la connaissance de Staline, qui en est le rédacteur en chef. Membre du bureau du comité central à la fin de 1916, il dirige à nouveau brièvement la Pravda en l'absence de Staline. Nommé secrétaire du comité central du Parti communiste ukrainien en 1920, il devient membre et secrétaire du comité central du Parti communiste russe en 1921, membre de l'Orgburo et suppléant au bureau politique (il sera titulaire en 1925). Homme d'appareil dévoué à Staline, il remplace Boukharine à la tête du Komintern en 1929, et Rykov à la présidence du Conseil des commissaires du peuple en 1930, poste qu'il occupe jusqu'en 1940. Il est étroitement associé aux grandes purges staliniennes. À la veille du pacte germano-soviétique dont il sera l'artisan, il remplace Litvinov au poste de commissaire du peuple aux Affaires étrangères, poste qu'il occupera pendant dix ans. Dès lors, il participe à toutes les négociations diplomatiques : conférence de Téhéran en 1943, Yalta, San Francisco, Potsdam en 1945, conférence de la paix à Paris, puis sessions de l'Assemblée générale des Nations unies. Nommé premier vice-président du Conseil des ministres en 1946, il ne fait pas partie du nouveau secrétariat du comité central, signe d'une certaine disgrâce. Attaqué en juin 1955 pour son attitude inflexible envers Tito, il doit alors démissionner (1956) du poste de ministre des Affaires étrangères, qu'il détenait depuis la mort de Staline. En 1957, il est accusé d'être à la tête du groupe « antiparti » opposé à Khrouchtchev au sein du bureau politique et perd toutes ses fonctions. Ambassadeur soviétique en république populaire de Mongolie, puis représentant soviétique à l'Agence internationale de l'énergie atomique à Vienne, il est accusé au XXIIe congrès en 1961 de complicité dans les crimes de Staline et exclu du parti en 1962. Il est réintégré en 1984.

—  Claudie WEILL

Écrit par :

Classification

Autres références

«  MOLOTOV VIATCHESLAV MIKHAÏLOVITCH SKRIABINE dit (1890-1986)  » est également traité dans :

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - République démocratique allemande

  • Écrit par 
  • Georges CASTELLAN, 
  • Rita THALMANN
  •  • 19 312 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Création du Parti socialiste unifié »  : […] À partir du printemps de 1946, le climat international se détériora : l'Allemagne devenait progressivement un enjeu de la rivalité entre l'U.R.S.S. et les Anglo-Saxons. Molotov en juillet 1946, Byrnes, en septembre, se prononçaient l'un et l'autre en faveur de la reconstruction d'une Allemagne unifiée et démocratique ; mais il était clair que les deux hommes ne donnaient pas le même sens au mot […] Lire la suite

FINLANDE

  • Écrit par 
  • Régis BOYER, 
  • Maurice CARREZ, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Yvette VEYRET-MEKDJIAN
  •  • 22 473 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Dans la tourmente de la Seconde Guerre mondiale »  : […] Dès avril 1938, les dirigeants soviétiques avaient pris de discrets contacts avec les autorités finlandaises pour obtenir que, en cas d'attaque par une tierce puissance, la Finlande vînt en aide à l'U.R.S.S. Au printemps de 1939, ils proposèrent de louer ou d'échanger plusieurs îles du golfe de Finlande pour assurer la défense de Leningrad. Le refus du gouvernement finlandais amena durant l'été un […] Lire la suite

GERMANO-SOVIÉTIQUE PACTE (1939)

  • Écrit par 
  • Georges-Henri SOUTOU
  •  • 573 mots
  •  • 1 média

Les raisons d'être du pacte de non-agression conclu le 23 août 1939 entre l'Allemagne et l'U.R.S.S. prêtent à discussion. Les archives allemandes saisies après la guerre permettent de reconstituer les faits et de comprendre les visées de Hitler. Celles de Staline sont d'autant plus difficiles à définir qu'il mène parallèlement une négociation avec la France et l'Angleterre en vue d'une alliance d […] Lire la suite

GUERRE FROIDE

  • Écrit par 
  • André FONTAINE
  •  • 10 892 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « La mort de Staline et l'armistice de Corée »  : […] Le dictateur soviétique succombe, le 5 mars 1953, à une congestion cérébrale. Une « troïka » de trois membres – Malenkov, dauphin désigné, Molotov, chef de la diplomatie, et Beria, chef de la police – s'installe au pouvoir. Son premier souci est de détendre la situation, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur. D'où les décisions prises en faveur de l'armistice, de la baisse des prix, de la reprise d […] Lire la suite

STALINE JOSEPH VISSARIONOVITCH DJOUGACHVILI dit (1879-1953)

  • Écrit par 
  • Nicolas WERTH
  •  • 6 453 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le fonctionnement de la dictature stalinienne »  : […] L'accès à une documentation profondément renouvelée par l'ouverture des archives soviétiques a permis aux historiens de mieux comprendre le fonctionnement de la dictature stalinienne. Les documents aujourd'hui accessibles (protocoles du Politburo, correspondance de Staline avec ses plus proches collaborateurs) montrent comment, dans les années 1930, Staline modifia et détourna à son profit exclus […] Lire la suite

U.R.S.S. - Histoire

  • Écrit par 
  • Nicolas WERTH
  •  • 22 667 mots
  •  • 55 médias

Dans le chapitre « L'URSS dans les relations internationales »  : […] Dans une Europe en proie à la montée du militarisme des puissances fascistes, l'URSS stalinienne pratique une politique nationaliste de grande puissance, qui débouche, en août 1939, sur le pacte germano-soviétique, véritable partage de l'Europe orientale entre les deux dictatures. Le VI e  congrès du Komintern (17 juillet-1 er  septembre 1928) constitue une étape importante dans la définition de l […] Lire la suite

Les derniers événements

Russie. Dénonciation du « révisionnisme » occidental par Vladimir Poutine. 18 juin 2020

de Munich de septembre 1938, défend le pacte de non-agression Molotov-Ribbentrop d’août 1939 et rejette sur « les autorités polonaises » la responsabilité du partage du pays entre l’Allemagne et l’URSS. Les accusations de Vladimir Poutine à l’égard des Occidentaux au sujet de la guerre se multiplient […] Lire la suite

France. Manifestations policières après une attaque à Viry-Châtillon. 8-26 octobre 2016

Le 8, dans la cité de la Grande-Borne, à Viry-Châtillon (Essonne), deux véhicules de police sont attaqués par une dizaine de jeunes armés de pierres, de barres de fer et de cocktails Molotov. Quatre policiers sont grièvement blessés. Dans la nuit du 17 au 18, quelques centaines de policiers […] Lire la suite

France. Manifestations liées à l'offensive israélienne à Gaza. 13-31 juillet 2014

propalestiniens qui l'organisent en dépit de son interdiction par la préfecture de police. Le 20, une autre manifestation propalestinienne interdite, à Sarcelles (Val-d'Oise), est marquée par l'attaque de commerces appartenant à la communauté juive. Une synagogue est visée par un cocktail Molotov […] Lire la suite

France. Climat de trêve et renforcement de la répression en Corse. 1er-25 septembre 2003

(Haute-Corse) sont interpellés lors d'un déploiement de forces spectaculaire, dans le cadre de l'enquête sur le jet d'un cocktail Molotov contre la gendarmerie du village dans la nuit du 3 au 4. En réaction, des militants nationalistes, dont Jean-Guy Talamoni et Edmond Simeoni, posent des cadenas […] Lire la suite

U.R.S.S. Manifestations nationalistes dans les Républiques baltes et en Moldavie. 23-31 août 1989

ferme mise en garde contre la montée de l'« hystérie nationaliste » dans les Républiques baltes. Le 27, l'agitation nationaliste s'étend à la République de Moldavie, arrachée à la Roumanie et passée elle aussi sous contrôle soviétique à la suite du pacte Molotov-Ribbentrop d'août 1939. Trois cent […] Lire la suite

Pour citer l’article

Claudie WEILL, « MOLOTOV VIATCHESLAV MIKHAÏLOVITCH SKRIABINE dit (1890-1986) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/molotov/