STALINIENNES PURGES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Difficilement dissociables du stalinisme dans la mesure où elles en constituent la structure significative, les purges staliniennes ont connu plusieurs vagues de dimensions et de significations différentes. Elles ont été pour Staline le moyen de s'assurer le pouvoir absolu. Plongeant le pays dans un climat de terreur et de suspicion policière, elles détruisaient toute possibilité d'extension d'une opposition au sein et hors du parti ; en attribuant les échecs dus à la politique du secrétaire général à des boucs émissaires, elles justifiaient les mesures de Staline ; enfin, elles faisaient disparaître non seulement les acteurs de la révolution d'Octobre, dont la seule existence portait ombrage au maître du Kremlin, mais aussi les apparatchik, ses pairs, qui auraient voulu s'émanciper de sa tutelle. Les premiers procès préfabriqués, celui des ingénieurs de l'« affaire Chakhty », celui du « parti industriel », celui du « bureau fédéral menchevik », font leur apparition dès la fin des années vingt (1928-1931). Ils sont suivis d'arrestations massives : la collectivisation forcée s'accompagne de la déportation de millions de familles paysannes qualifiées de koulaks. Mais le coup d'envoi de ce qu'il est convenu d'appeler la grande purge se situe au lendemain de l'assassinat de Kirov, le 1er décembre 1934, un acte isolé que Staline mit à profit sans tarder. L'explication immédiate du déclenchement de la grande purge réside dans la conjoncture : malgré le radicalisme des méthodes mises en œuvre pour la collectivisation et l'industrialisation, on assistait à un échec partiel. Au sein du bureau politique, une jeune équipe stalinienne, Kirov en tête, s'apprêtait à entreprendre une action visant à destituer Staline. Dès lors, le mécanisme des purges va s'accélérer sous l'égide du N.K.V.D. (commissariat du peuple aux Affaires intérieures). Il se situe à plusieurs niveaux : les grands procès des vieux dirigeants bolcheviques en sont la facette publique et le véritable début ; Kamenev et Zinoviev, rendus moralement responsables de l'assassinat de Kirov, sont les principaux accusés du premier grand procès de Moscou (1936), [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  STALINIENNES PURGES  » est également traité dans :

AKHMATOVA ANNA (1889-1966)

  • Écrit par 
  • Michel AUCOUTURIER
  •  • 2 549 mots

Dans le chapitre « De la Révolution à la Seconde Guerre mondiale »  : […] En 1935, le fils unique d'Akhmatova, Lev Goumiliov, alors âgé de vingt-trois ans, est pris dans le raz de marée d'arrestations et de déportations arbitraires qui déferle sur la Russie : puis ce sera son mari, l'historien d'art N. N. Pounine, qu'elle ne reverra jamais. Elle partage alors la détresse de millions de ses compatriotes, foule anonyme qu' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anna-akhmatova/#i_42699

ANTISÉMITISME

  • Écrit par 
  • Esther BENBASSA
  •  • 12 225 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'Europe de l'Est »  : […] des mêmes mécanismes de haine en dépit du génocide commis pour ainsi dire la veille. De son côté, Staline exploite dès 1946 cet antisémitisme populaire, en ordonnant l'élimination des membres du Comité antifasciste juif, qui débute avec l'assassinat du célèbre acteur de théâtre yiddish Salomon Mikhoels à Minsk, en janvier […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antisemitisme/#i_42699

BABEL ISAAC (1894-1940)

  • Écrit par 
  • Zsuzsa HETÉNYI, 
  • Shimon MARKISH
  •  • 1 935 mots

principalement à Moscou, tout en s'absentant souvent et longtemps pour parcourir la Russie et pour aller à l'étranger, où sa femme, sa mère et sa sœur avaient émigré. Il sera arrêté tout à la fin des « grandes purges », et ce n'est que depuis 1988 que l'on connaît la date exacte de son exécution indiquée : le 27 janvier 1940 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/isaac-babel/#i_42699

BLÜCHER VASSILI KONSTANTINOVITCH (1890-1938)

  • Écrit par 
  • Michel HOANG
  •  • 786 mots

Issu d'un milieu de paysans, Blücher, qui exerce de multiples petits métiers, est emprisonné de 1910 à 1913, vraisemblablement pour incitation à la grève […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vassili-konstantinovitch-blucher/#i_42699

BUBER-NEUMANN MARGARETE (1901-1989)

  • Écrit par 
  • Alain BROSSAT
  •  • 1 032 mots

Margarete Gross est née le 21 octobre 1901 à Potsdam (Brandebourg), dans une famille aisée. Son père, brasseur, était un conservateur bon teint, sa mère était plus libérale. Adolescente, Margarete s'oriente tôt vers les Jeunesses communistes. Son premier mariage, avec Rafael Buber, fils du philosophe juif Martin Buber, dont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/margarete-buber-neumann/#i_42699

COMMUNISME - Histoire

  • Écrit par 
  • Annie KRIEGEL
  •  • 13 808 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La Seconde Guerre mondiale et la fin de l'I.C. »  : […] montée de ce qu'elle reconnaît tardivement comme son pire ennemi, le nazisme allemand. Peu après, l'assassinat de Kirov décuple la violence du terrorisme d'État. Ce sont des émigrés, notamment allemands, italiens, hongrois, polonais et bulgares, sans pouvoir autonome de décision et sans défense devant l'arbitraire, qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/communisme-histoire/#i_42699

COMMUNISME - Mouvement communiste et question nationale

  • Écrit par 
  • Roland LOMME
  •  • 21 018 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Centralisme démocratique et hégémonie de la nation dominante »  : […] Turkestan n'est qu'une organisation régionale du Parti communiste russe » et procède dans ses rangs à une vaste purge des éléments nationalistes, qui aboutit à l'exclusion de Sultan Galiev en 1923. Celle-ci consacre, selon Alexandre Bennigsen et Chantal Lemercier-Quelquejay, « la rupture entre les bolcheviks, tous solidaires pour une fois, et les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/communisme-mouvement-communiste-et-question-nationale/#i_42699

GÉORGIE

  • Écrit par 
  • Christophe CHICLET, 
  • Régis GAYRAUD, 
  • David Marshall LANG, 
  • Kalistrat SALIA
  • , Universalis
  •  • 15 748 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'incorporation à l'U.R.S.S. »  : […] Staline et Ordjonikidzé, tous deux géorgiens, vont soviétiser le pays sans ménagement. L'Église est persécutée et les militants nationalistes exécutés par milliers. Les mencheviks, qui avaient dirigé le pays pendant l'indépendance et nationalisé les grandes entreprises, sont également victimes des purges. En mars 1923 vient […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georgie/#i_42699

GORKI MAXIME (1868-1936)

  • Écrit par 
  • Michel NIQUEUX
  •  • 2 716 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le retour en U.R.S.S. »  : […] l'attitude de Staline à l'égard de l'opposition politique (Boukharine, Kamenev, Radek). Mais la mort suspecte, en 1934, de son fils Maxime, né en 1897, puis l'assassinat de Kirov, qui ouvre la voie à l'élimination des « vieux bolcheviks », mettent fin à ces espoirs : Gorki est de facto assigné à résidence, fût-elle dorée, ses contacts avec l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maxime-gorki/#i_42699

IAGODA GUENRIKH GRIGORIEVITCH (1891-1938)

  • Écrit par 
  • Georges HAUPT
  •  • 196 mots

Commissaire du peuple à l'Intérieur de 1934 à 1936, Iagoda est l'un des principaux artisans du déclenchement des grandes purges des années trente. Fils d'artisan, il travaille dans un bureau de statistiques et adhère au P.O.S.D.R. (Parti ouvrier et social-démocrate russe), à Nijni-Novgorod en 1907. Arrêté et exilé en 1911, mobilisé en 1915, il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guenrikh-grigorievitch-iagoda/#i_42699

IEJOV NIKOLAÏ IVANOVITCH (1895-1940)

  • Écrit par 
  • Georges HAUPT
  •  • 240 mots

Issu d'une famille pauvre, Nikolaï Ivanovitch Iejov adhère au Parti bolchevique après 1917. Jusqu'à la fin des années vingt, il est permanent du parti dans le Kazakhstan. Son ascension débute en 1929 : il grimpe rapidement les échelons. Vice-commissaire du peuple à l'Agriculture, il est chargé l'année suivante des sections cadres et affectations du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nikolai-ivanovitch-iejov/#i_42699

KIROV SERGUEÏ MIRONOVITCH KOSTRIKOV dit (1886-1934)

  • Écrit par 
  • Georges HAUPT
  •  • 378 mots

L'assassinat, le 1er décembre 1934, de Kirov, c'est-à-dire de celui-là même qui était considéré comme le dauphin de Staline, donna le coup d'envoi aux grandes purges staliniennes (procès de Moscou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kirov/#i_42699

KOMSOMOL

  • Écrit par 
  • Charles URJEWICZ
  •  • 761 mots

à Staline. La période stalinienne voit l'achèvement du processus qui fait du Komsomol une courroie de transmission dépourvue de toute autonomie. Des milliers de ses membres disparaissent au cours des purges des années 1930. À partir de 1931, ses congrès s'espacent de plus en plus, aucun n'étant tenu entre 1936 et 1949 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/komsomol/#i_42699

LE MÉTÉOROLOGUE (O. Rolin) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Norbert CZARNY
  •  • 1 329 mots

Dans le chapitre « « Un homme d’autrefois » »  : […] temps ». Il vivait à Moscou avec son épouse et leur fille quand, en janvier 1934, il s’est trouvé happé dans l’engrenage des purges. Interrogé au siège de la Loubianka par les agents de la Guépéou, il est alors forcé d’avouer sa participation à un obscur complot. On le condamne et l’envoie aux îles Solovki, non loin du cercle polaire. Cet ancien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-meteorologue/#i_42699

MONGOLIE, République mongole

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN, 
  • Marie-Dominique EVEN
  •  • 7 773 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La politique de la table rase (1928-1940) »  : […] Nommé maréchal en 1936, il prend la tête du nouveau ministère de l'Intérieur mongol d'où il mène, de septembre 1937 à mars 1939, sous le contrôle des Soviétiques, de grandes purges qui entraînent l'exécution de nombreux leaders politiques, dont Amar, et de dizaines de milliers de personnes : moines, émigrés bouriates, kazakhs ou de Mongolie- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mongolie-republique-mongole/#i_42699

OUZBÉKISTAN

  • Écrit par 
  • Edward ALLWORTH, 
  • Arnaud RUFFIER, 
  • Julien THOREZ, 
  • Anne TOURNEVILLE
  • , Universalis
  •  • 7 650 mots

Dans le chapitre « Pouvoirs russe et soviétique »  : […] Le traumatisme causé en Ouzbékistan par les purges politiques communistes des années 1930 entraîna de lourdes pertes, en particulier au sein de la classe relativement peu nombreuse de l'intelligentsia et des dirigeants ouzbeks. La Seconde Guerre mondiale apporta un surcroît de changements culturels marqués, car les autorités […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ouzbekistan/#i_42699

PLISSETSKAÏA MAÏA (1925-2015)

  • Écrit par 
  • Agnès IZRINE
  •  • 894 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une enfance à l’ombre des soviets »  : […] Maïa Plissetskaïa entre à l’école du Bolchoï en 1934, mais son destin bascule le 30 avril 1937. Son père est arrêté lors des grandes purges staliniennes sous l’inculpation « d’ennemi du peuple », puis exécuté l’année suivante. Sa mère est déportée dans un goulag au Kazakhstan avec son plus jeune fils, Azari, alors âgé de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maia-plissetskaia/#i_42699

PREOBRAJENSKI EVGUENI ALEXEÏEVITCH (1886-1937)

  • Écrit par 
  • Yves SUAUDEAU
  •  • 927 mots

Né dans une famille de petits fonctionnaires, Preobrajenski connaît, dès le lycée, les cercles d'études marxistes. Militant et bolchevik à dix-huit ans, il participe après 1907 à la lutte clandestine. Arrêté, il intervient lorsque Kerenski, son avocat, qui sera en 1917 chef du gouvernement provisoire, veut le disculper ; envoyé au bagne, il demeure […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/evgueni-alexeievitch-preobrajenski/#i_42699

RÉALISME SOCIALISTE

  • Écrit par 
  • John BERGER, 
  • Howard DANIEL, 
  • Antoine GARRIGUES
  •  • 3 530 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Applications et conséquences »  : […] à leur nombre, un des secteurs les plus persécutés de la population russe. Sur les sept cents écrivains qui participèrent au premier congrès des écrivains en 1934 – et dont plus de 70 p. 100 étaient âgés à l'époque de moins de quarante ans – seulement cinquante vivaient encore en 1954 pour participer au deuxième Congrès des écrivains. Beaucoup d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/realisme-socialiste/#i_42699

SHOAH LITTÉRATURE DE LA

  • Écrit par 
  • Rachel ERTEL
  •  • 12 492 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « « Des poèmes - documents » (W. Szlengel) »  : […] écrits dans la lutte contre le nazisme, ont eu peu de temps pour mesurer les répercussions de l'extermination. Assassinés pour la plupart d'entre eux en 1952 lors des purges staliniennes, ils ont laissé des lamentations poignantes sur l'anéantissement des communautés dans « les fosses profondes, la glaise rouge » (Samuel Halkin) d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-de-la-shoah/#i_42699

STALINE JOSEPH VISSARIONOVITCH DJOUGACHVILI dit (1879-1953)

  • Écrit par 
  • Nicolas WERTH
  •  • 6 455 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le « Petit Père des peuples » »  : […] », dont il craint qu'il ne lui porte ombrage. En 1948-1949, Staline dirige une vaste opération de purge contre la direction du Gosplan et l'appareil du Parti communiste de Leningrad. L'« affaire de Leningrad » coûte la vie à des centaines de cadres du parti accusés de « comploter avec les titistes dans le but de renverser […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/staline/#i_42699

TCHÉCOSLOVAQUIE

  • Écrit par 
  • Marie-Elizabeth DUCREUX, 
  • Michel LARAN, 
  • Jacques RUPNIK
  •  • 12 876 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Les grands procès »  : […] C'est la campagne contre la déviation « titiste » qui amena Staline à purger les directions des partis frères. À la suite des procès Rajk en Hongrie, Kostov en Bulgarie ou Dzodze en Albanie, c'est en Tchécoslovaquie qu'eut lieu en 1952 le plus grand des procès de l'ère stalinienne : celui du prétendu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tchecoslovaquie/#i_42699

TCHÉKA-GUÉPÉOU-N.K.V.D.

  • Écrit par 
  • Claudie WEILL
  •  • 582 mots

Créée début décembre 1917, la Vétchéka (Vserossiïskaïa Tcherzvytchaïnaïa Kommissia : Commission spéciale panrusse de lutte contre la contre-révolution et le sabotage, plus connue sous le nom de Tchéka) fut confiée à Félix Dzerjinski. Après les assassinats des dirigeants bolcheviques Volodarski et Ouritski, la décision de déclencher la « terreur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tcheka-guepeou-n-k-v-d/#i_42699

TITO JOSIP BROZ dit (1892-1980)

  • Écrit par 
  • Marie-Paule CANAPA
  •  • 2 927 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'activité dans le P.C.Y. et dans le Komintern »  : […] en lisant L'Humanité, visite le mur des Fédérés. Mais en U.R.S.S. les purges atteignent les communistes étrangers ; en juin 1937, Gorkić est rappelé à Moscou et bientôt liquidé. Tito prend de fait la direction du parti en août 1937, avec le soutien des communistes yougoslaves. L'influence de son principal rival, le Monténégrin Petko Miletić, est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tito/#i_42699

TOUKHATCHEVSKI MIKHAÏL NIKOLAÏEVITCH (1893-1937)

  • Écrit par 
  • Claudie WEILL
  •  • 412 mots

Né dans une famille de propriétaires terriens, officier du régiment de la garde Semenovski, lieutenant pendant la Première Guerre mondiale, Mikhaïl Toukhatchevski est alors fait prisonnier ; il parvient à s'échapper et à regagner la Russie en octobre 1917. En avril 1918, il adhère au Parti communiste (bolchevique) de Russie et participe à la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mikhail-nikolaievitch-toukhatchevski/#i_42699

TROTSKI LÉON (1879-1940) ET TROTSKISME

  • Écrit par 
  • Michel LEQUENNE
  •  • 6 961 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'Opposition de gauche »  : […] Ce tournant suffit pourtant à démanteler l'Opposition qui croit voir là sa propre victoire de facto. Sept ans plus tard, tous ses membres seront assassinés, quelques-uns après des procès truqués, la plupart dans l'ombre. Staline n'est pas encore le maître absolu, mais il n'a déjà plus de pairs dans l'exercice du pouvoir […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/trotski-et-trotskisme/#i_42699

UKRAINE

  • Écrit par 
  • Annie DAUBENTON, 
  • Iryna DMYTRYCHYN, 
  • Lubomyr A. HAJDA, 
  • Georges LUCIANI, 
  • Yann RICHARD
  •  • 37 640 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « De la politique d’ukrainisation à la Renaissance fusillée »  : […] Ceux qui ont survécu l’ont fait au prix de leur talent, de la négation de leurs engagements passés et du renoncement à leurs idéaux (P. Tytchyna, V. Sosura, Y. Yanovsky, M. Rylsky). Rares sont ceux qui ont pu s’échapper à temps (Y. Klen), revenir des camps (B. Antonenko-Davydovytch) ou dénoncer la terreur en s’exilant (I. Bahriany). Le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ukraine/#i_42699

U.R.S.S. - Histoire

  • Écrit par 
  • Nicolas WERTH
  •  • 22 676 mots
  •  • 55 médias

Dans le chapitre « L'U.R.S.S. dans les relations internationales de l'après-guerre »  : […] pour « purger » les directions communistes des pays de l'Europe de l'Est : deux vagues de purges (la seconde fortement antisémite) frappent les dirigeants communistes nationaux (Władysław Gomulka en Pologne, Laszlo Rajk et Janos Kádár en Hongrie, Traïcho Kostov en Bulgarie, Rudolf Slansky en Tchécoslovaquie, Ana Pauker en Roumanie) remplacés par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/u-r-s-s/#i_42699

Pour citer l’article

Claudie WEILL, « STALINIENNES PURGES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 décembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/purges-staliniennes/