MOKUAMI KAWATAKE (1816-1893)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'un des meilleurs écrivains du xixe siècle et l'un des trois plus grands hommes de théâtre du Japon, avec Zeami et Chikamatsu. Né à Edo (Tōkyō) dans une modeste famille de petits commerçants de la ville basse (Shitamachi), il avait de naissance la vivacité, la spontanéité, l'ironie et l'humour un peu gros des personnages de Shikitei Samba ou de Jippensha Ikku. Nourri de cette culture vigoureusement populaire qu'illustrent les romans de ces deux auteurs, Mokuami se trouve jeté, au moment de sa maturité, dans le tourbillon de l'occidentalisation de l'ère Meiji (1868-1912). La seconde moitié de son œuvre reflète ce bouleversement et constitue un précieux témoignage sur la façon dont le Japonais moyen vécut la « Rénovation ».

Mokuami a laissé plusieurs centaines de pièces de kabuki, appartenant à tous les genres : chorégraphies, adaptations de ou de kyōgen, drames historiques à grand spectacle (jidai-mono) et drames bourgeois (sewa-mono). Ces derniers genres sont de loin les plus intéressants, car les personnages pris dans le petit peuple de Shitamachi sont d'une vérité étonnante. On a parfois surnommé Mokuami le « poète des voleurs », car il semble avoir eu un faible pour les mauvais garçons qui fréquentaient le Yoshiwara, le quartier des plaisirs d'Edo ; ce sont de joyeux drilles, buveurs, bagarreurs, chapardeurs, trousseurs de filles et détrousseurs de passants, meurtriers parfois aussi, mais comme par accident : dans ce cas, ils finiront mal pour que la morale soit sauve. Autour de ces drôles, somme toute sympathiques, gravite un monde de boutiquiers, de pêcheurs, d'artisans, de samouraïs déchus, de patrons d'auberge, de courtisanes et de geishas, bref tout le petit peuple d'Edo, industrieux et débrouillard, libre dans ses propos et volontiers frondeur, amateur de subtiles entourloupettes et de grosses farces, celui-là même que Shikitei Samba observait aux bains publics ou chez le barbier.

Après 1868, Mokuami nous montre ce même milieu en cont [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'Institut national des langues et civilisations orientales

Classification


Autres références

«  MOKUAMI KAWATAKE (1816-1893)  » est également traité dans :

JAPON (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques ORIGAS, 
  • Cécile SAKAI, 
  • René SIEFFERT
  •  • 20 416 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le siècle d'Edo (1750-1850) »  : […] Capitale administrative des shōgun Tokugawa, Edo, la ville nouvelle de l'Est (future Tōkyō, « capitale de l'Est »), était vite devenue un pôle d'attraction qui, dès la fin du xvii e  siècle, pouvait rivaliser avec Ōsaka, la métropole commerciale. Peu à peu tout le Japon se mettait à la mode d'Edo, et la littérature suivit le mouvement : à quelque […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-arts-et-culture-la-litterature/#i_18164

THÉÂTRES DU MONDE - Le théâtre japonais

  • Écrit par 
  • René SIEFFERT, 
  • Michel WASSERMAN
  •  • 6 944 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La maturité »  : […] Dès cette époque, les spectacles (drames historiques, arguments dansés ou scènes de la vie populaire) sont présentés dans de vastes salles où l'invention scénographique et l'ivresse des machines se donnent libre cours : tandis que le hanamichi , long prolongement scénique qui traverse le parterre, conduit les comédiens au milieu même de leur public, la scène tournante, les tr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatres-du-monde-le-theatre-japonais/#i_18164

Pour citer l’article

René SIEFFERT, « MOKUAMI KAWATAKE (1816-1893) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mokuami/