MODES MUSICAUX

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le mode en Asie et en Afrique

Où trouver des modes ?

La notion de mode n'existe pas dans tous les pays d'Asie et d'Afrique. David Morton et Jacques Brunet, respectivement spécialistes de la musique de Thaïlande et de celle du Cambodge, n'ont trouvé dans ces pays rien qui puisse être comparé à un mode.

Dans l'état actuel de la documentation, la même remarque peut être faite pour ce qui concerne la musique de plusieurs pays du Sud-Est asiatique : Birmanie, Laos, Malaisie, Philippines. À Java, le patet étudié par Mantle Hood est considéré par l'auteur comme un mode. Les cinq tiao (kong, chang, kio, tche, yu), cités souvent par les Occidentaux comme les cinq modes, ne sont en fait que des « aspects d'octave » de l'échelle pentatonique sans demi-tons. C'est-à-dire que, sur chacun des degrés de la gamme pentatonique (fa, sol, la, do, ré), on forme un mode, soit : sol, la, do, ré, fa – la, do, ré, fa, sol – do, ré, fa, sol, la – ré, fa, sol, la, do. Il en est de même pour les jo coréens et les chō (ou sempo) japonais. Les d̄i&êdodot ;u vietnamiens sont bien des modes car, en dehors des échelles, ils présentent d'autres particularités comme la hiérarchie des degrés, l'éthos des modes. Lorsqu'on considère les notions de rāga (Inde), dastgâh ou avâz (Iran), maqām (pays turco-arabes, y compris ceux de l'Afrique du Nord, de l'Égypte), on est en présence de modes présentant certains caractères communs et d'autres propres à chaque concept. Dans des pays africains islamisés, en dehors du Maghreb et de l'Égypte, en Mauritanie par exemple, Charles Duvelle et Michel Guignard ont trouvé les modes dans les notions de el-bhar.

Caractères fondamentaux

Prenant comme exemples le rāga (Inde), le dastgâh ou avâz (Iran) et le maqām (pays arabes, Turquie), on étudiera leurs caractères spécifiques, afin d'en dégager les critères principaux communs à ces trois notions et les critères secondaires propres à chacune d'elles. Ensuite, on cherchera si les autres notions de mode qui ont été mentionnées ci-dessus peuvent être définies par les critères retenus.

Premier caractère : il existe, dans tous les cas, une échelle modale déterminée, avec une structure particulière

Pour le « rāga »

Cette échelle, avec un minimum de cinq notes – les rāga à trois ou quatre sons sont des exceptions –, présente une pente ascendante āroha qui peut être semblable à la pente descendante avahora (par exemple, pour le rāga Bhūpali :

– āroha : sa ri ga pa dha sado ré mi sol la do– avaroha : sa dha pa ga ri sado la sol mi ré do)

ou en être différente (par exemple, pour le rāga Bihāga :

– āroha : sa ga ma pa ni sa do mi fa sol si do – avaroha :

Les sept svara de l'échelle n'ont pas de hauteur absolue et ne correspondent pas aux sept notes de la gamme tempérée.

L'octave est divisée en vingt-deux shruti inégaux, un shruti étant un intervalle inférieur à un demi-ton, mais ne correspondant pas nécessairement au tiers ou au quart de ton.

Dans la tradition de l'Inde du Nord, les échelles sont classées en dix principaux types appelés thāt (selon Pandit Bhatkhande).

Le tableau montre les cinq caractères secondaires suivants :

That de l'Inde du Nord

Dessin : That de l'Inde du Nord

tabl. 1 – Échelle des dix « that » traditionnels de l'Inde du Nord 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

– La note de base sa considérée comme la tonique, ainsi que la note pa qui est à la quinte de sa, ne peuvent être altérées et sont toujours présentes dans la grande majorité des rāga.

– Lorsque le pa est absent, le ma (4te au-dessus de sa) doit être présent ; par exemple, l'échelle du rāga Malkaus est la suivante : sa ga ma dha ni sa (do mi fa la si do).

– La note ma peut être tivra (diésée), les autres notes peuvent être komal (bémolisées).

– Comme la note sa doit être constamment entendue pendant l'exécution musicale, chaque note jouée ou chantée forme avec le sa un intervalle variable ; on entend assez souvent l'intervalle de quarte augmentée, ce diabolus in musica.

– La structure des échelles dans la musique de l'Inde du Nord est la suivante dans la majorité des cas :

mais on rencontre aussi la structure :

Dans la tradition de l'Inde du Sud, les rāga, dont les échelles ont sept notes avec des pentes ascendantes et descendantes semblables, sont classés en soixante-douze types différents : les soixante-douze melakarta. Il existe deux grands groupes : Purva melakarta , avec tous les rāga dont le degré ma est shuddha (fa bécarre) ; Uttara melakarta, avec tous les rāga dont le degré ma est prati (fa dièse).

Purva melakarta

Diaporama : Purva melakarta

tabl. 2 – Purva melakarta 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Chaque groupe est subdivisé en six sous-groupes appelés chakra. Pour simplifier, on peut remplacer les notes : sa, ri, ga, ma, pa, dha, n [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

That de l'Inde du Nord

That de l'Inde du Nord
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Purva melakarta

Purva melakarta
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Dastgah et avaz iraniens

Dastgah et avaz iraniens
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Maqamat de base

Maqamat de base
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 5 médias de l'article

Écrit par :

  • : directeur de recherche au C.N.R.S., président et directeur des études du Centre des études de musique orientale

Classification

Autres références

«  MODES MUSICAUX  » est également traité dans :

AMBITUS

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 177 mots

Tessiture d'une mélodie ou étendue de l'échelle sonore — du grave à l'aigu — à l'intérieur de laquelle se déploie une mélodie. L'ambitus sert aussi à différencier le mode authente (ou authentique) du mode plagal, en plain-chant grégorien. En effet, les modes authentes sont ceux qui, à l'époque byzantine, correspondaient au dorien ( ré ), au phrygien ( mi ), au lydien ( fa ) et au myxolydien ( sol […] Lire la suite

ATONALITÉ

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES, 
  • Michel PHILIPPOT
  •  • 4 388 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La dissolution du système tonal classique »  : […] Le système modal (ancien) et le système tonal (classique) sont fondés sur une véritable hiérarchie des degrés de la gamme, hiérarchie dans laquelle la note dite tonique (celle qui donne son nom au ton) joue le rôle principal. Une autre note, le cinquième degré de la gamme (par exemple, sol dans la tonalité d' ut ), dite dominante, était également très importante. L'enchaînement de l'accord const […] Lire la suite

COLORATION, musique

  • Écrit par 
  • Antoine GARRIGUES
  •  • 1 057 mots

Dans le chapitre « La coloration mélodique et harmonique »  : […] Dans l'Antiquité, on ne parlait pas de couleur mélodique, mais le choix des hauteurs était associé à des états. Ces modes ou ces échelles de notes, c'est-à-dire une succession d'intervalles à laquelle la mélodie se conforme, produisaient des sensations différentes. C'est Platon qui est à l'origine de cette théorisation. En effet, il établit des correspondances entre les modes, les genres poétique […] Lire la suite

CONTINUITÉ, musique

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 527 mots

En musique, la notion de continuité s'appuie sur deux visions du temps qui peuvent apparaître contradictoires : dynamique dans la musique dite occidentale, statique en ce qui concerne les musiques orientales. Mais ce paradoxe n'est qu'apparent puisque la continuité est avant tout recherche d' unité , thématique et formelle. Que celle-ci fasse appel au système tonal ou au système modal ne change r […] Lire la suite

GAMME

  • Écrit par 
  • Michel PHILIPPOT
  •  • 5 067 mots

Il est difficile de donner du mot « gamme » une définition qui soit à la fois exacte et complète, tant sont diverses les notions que ce vocable recouvre et variés, au cours des époques, les objets qu'il désigne. D'une manière générale, on peut dire qu'une gamme serait l'ensemble des intervalles, égaux ou non, qui divisent une octave. Si l'on veut adopter une terminologie rigoureuse, on devrait d […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Théâtre et musique

  • Écrit par 
  • Jacques CHAILLEY, 
  • François JOUAN
  •  • 5 725 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Modes, genres et instruments »  : […] Le v e  siècle, celui de Périclès, est pour la musique grecque aussi brillant que pour les autres arts. Du moins, les témoignages contemporains l'affirment-ils ; car de cet art fugitif il ne reste rien. Contrairement à ce qu'on a cru longtemps, il n'y avait encore à l'époque classique ni théorie ni notation, ou du moins, si une notation existait, comme on commence à le pressentir, il ne pouvait s' […] Lire la suite

HARMONIE

  • Écrit par 
  • Henry BARRAUD
  •  • 6 433 mots
  •  • 14 médias

Le mot « harmonie » vient des lointains les plus reculés de la Grèce antique. Mais le sens que lui donnaient les Grecs n'est pas du tout celui qu'il revêt en musique polyphonique moderne (« moderne » devant s'entendre d'une période étroitement limitée à quatre siècles environ). Encore que la notion d'harmonie ait appartenu tout d'abord moins au domaine de la technique qu'à celui de la philosophie […] Lire la suite

HORS-TEMPS ET EN-TEMPS, musique

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 377 mots

À la fin de 1963 et au début de 1964, alors qu'il séjourne à Berlin, Iannis Xenakis étudie de nouvelles catégories musicales relatives à la composition, les cribles et les notions de hors-temps et de en-temps. Il expose ses idées dans son article « La Voie de la recherche et de la question » (publié dans Preuves , n o  177, pp. 33-36, 1965) : « Il faut distinguer deux natures : en-temps et hors-te […] Lire la suite

JAZZ MODAL

  • Écrit par 
  • Eugène LLEDO
  •  • 403 mots

À partir de la fin des années 1950, des jazzmen adoptent une démarche dans laquelle la modalité prévaut sur la tonalité. Tous les courants du jazz vont peu à peu être concernés par cette approche. Le jazz modal ne peut pas vraiment être considéré comme un courant à part entière ; il s'agit plutôt d'une approche dans l'improvisation promue dans les années 1950 par le compositeur, batteur, pianiste […] Lire la suite

MÉLODIE

  • Écrit par 
  • Henry BARRAUD
  •  • 4 131 mots
  •  • 1 média

La mélodie est l'élément premier de la musique. Premier en ce qu'il en est la manifestation la plus spontanée et la plus naturelle, conjointement avec le rythme, dont on ne peut se passer et qui lui est en quelque sorte consubstantiel – encore qu'il puisse y avoir rythme sans mélodie, mais non mélodie sans rythme. Car c'est ce dernier qui découpe en valeurs différentes la durée dans laquelle s'é […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

 TRAN VAN KHÊ, « MODES MUSICAUX », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/modes-musicaux/