MODALITÉ, linguistique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Terme de logique dont la linguistique fait deux emplois relativement distincts : pour A. Martinet, le mot désigne les déterminants grammaticaux du nom et renvoie à la classe des « actualisateurs » défini, indéfini, singulier, pluriel. Cette acception repose sur la distinction saussurienne entre langue et parole : pour devenir des éléments du discours, les noms sont soumis à la nécessité de passer du virtuel au réel ; autrement dit, ce qui est dans la langue tel quadrupède avec ses propriétés, mettons /cheval/, sera, en fonction de la situation où je parle, soit « le cheval » (la classe ou l'individu), soit « un cheval ».

L'autre acception reprend les distinctions de la logique classique, qui ont été déjà analysées par Aristote et, depuis, restent toujours au cœur des problèmes du jugement : lorsqu'un prédicat se trouve affecté d'un élément qui lui est conjoint et qui, sans en modifier le sens, a néanmoins pour effet de faire passer sur lui-même l'assertion principale, on dit que l'énoncé est modalisé. Ainsi, la différence entre « il pleut » et « il doit pleuvoir » tient à ce que, d'un côté, la vérité logique, indépendamment de la réalité de fait, s'oppose, de l'autre, à l'incertitude du locuteur. C'est cette attitude qui constitue la réalité prédiquée et porte l'accent : « Je ne saurais me prononcer, mais il y a de fortes chances pour qu'il pleuve. » L'importance des modalités dans la langue est fondamentale du double point de vue de la description grammaticale (quelles sont les unités morphologiques qui traduisent les modalités ?) et de la construction du modèle (quelle interprétation sémantique donner à ces universaux de pensée mettant en jeu la structure primitive du jugement modalisé ?). La logique retient classiquement les modalités apodi [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  MODALITÉ, linguistique  » est également traité dans :

MODALITÉS, logique

  • Écrit par 
  • Pascal ENGEL
  •  • 7 599 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La notion logico-linguistique de modalité »  : […] Traditionnellement, logiciens et philosophes appellent modalité toute modification d'une proposition par une expression de nécessité, de possibilité, d'impossibilité ou de contingence. Syntaxiquement, les expressions modales sont des fonctions qui, attachées à des phrases, forment des phrases (ainsi « nécessairement » attaché à la phrase « 2 + 2 = 4 » forme la phrase « nécessairement 2 + 2 = 4 ») […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/modalites-logique/#i_44854

NÉGATION, linguistique

  • Écrit par 
  • Robert SCTRICK
  •  • 740 mots

La langue réalise de plusieurs façons l'opérateur logique fondamental qu'on appelle négation et qui a pour propriété essentielle d'inverser la valeur de vérité d'un jugement : le terme de foncteur de vérité monadique (ou singulaire) dont on le désigne parfois signifie qu'à la différence des connectifs il ne s'applique pas à l'union de deux jugements atomiques mais à un seul qu'il fait passer de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/negation-linguistique/#i_44854

NOM, linguistique

  • Écrit par 
  • Robert SCTRICK
  •  • 693 mots

L'une des parties du discours, appelée encore, dans une terminologie fondée sur la logique, « substantif », transposition du nomen substantivum des Anciens par opposition au nomen adjectivum , parce qu'il lui est dévolu de représenter dans la langue la « substance » de l'être, alors que l'adjectif n'en représente que les attributs. Dans une perspective […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nom-linguistique/#i_44854

Pour citer l’article

Robert SCTRICK, « MODALITÉ, linguistique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/modalite-linguistique/