FORMAN MILOŠ (1932-2018)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Milos Forman est né le 18 février 1932 à Časlav (Tchécoslovaquie). Durant la Seconde Guerre mondiale, il reste orphelin : son père, résistant, est assassiné par la Gestapo et sa mère meurt à Auschwitz. L’enfant sera recueilli par son oncle. Après avoir étudié à l’université publique de Poděbrady, il entre à l’école supérieure de cinéma de Prague, où il réalise plusieurs courts-métrages. Dès 1964, il va connaître son heure de gloire, à une époque où le jeune cinéma tchèque, en plein essor, sort des carcans et des règles académiques de la période précédente.

Le caractère intimiste de ses réalisations, son sens aigu de l'observation ainsi que son humour moqueur sont remarqués dès L'As de pique (1963) et Les Amours d'une blonde (1965), lui assurant une place originale au milieu de jeunes cinéastes aussi talentueux que Jasny, Kadar et surtout Vera Chytilova, Ivan Passer et Evald Schorm.

Mais c'est peut-être la direction d'acteurs qui fait l'intérêt principal de Forman : au lieu de comédiens professionnels, il utilise en effet plutôt des gens de son entourage, les dirigeant sur scène « comme dans la vie », et dans des décors qui leur sont familiers. Comme l'écrivait, en janvier 1966, André Téchiné dans Les Cahiers du cinéma : « L'humilité [de Forman] se traduit par les deux seules options du portraitiste discret : l'ironie et la santé. Se révèle par là même ce goût très prononcé pour tel ou tel détail dans la silhouette ou le comportement, mêlant malice et tendresse, confondant une exigence critique avec une confiance délibérée, alliant la proximité à l'adhésion. Il y a chez Forman comme chez Olmi, la persistance d'un héritage néo-réaliste, où la saveur d'un trait empêche la caricature par l'introduction d'une dimension morale. Ce n'est plus un constat mais une chronique libre, vécue et éprouvée. Le rire sarcastique fait d'emblée place au sourire. Et c'est de cette faculté de sourire que nous parle en fin de compte le cinéma de Forman. » Après un dernier film en Tchécoslovaquie (Au feu les pompiers, 1967), une satire du régime communiste, Forman fait un premier séjour aux États-Unis, avec comme projet une adaptation de L’Amérique de Franz Kafka, avant de gagner la France. Il échappe de la sorte à la répression qui suivra le « Printemps de Prague », et s’établit aux États-Unis. Dès son premier film américain, Taking off (1971), son habileté parvient à faire oublier l'artifice de cette observation d'un monde qui n'est pas le sien. Mais le film est un échec commercial. Il se voit ensuite confier le paroxystique Vol au-dessus d'un nid de coucou (1975), plongée dans un hôpital psychiatrique. Le film lui vaut son premier oscar du meilleur réalisateur, tandis que Jack Nicholson et Louise Fletcher remportent respectivement l’oscar du meilleur acteur et de la meilleure actrice. Le film suivant porte à l’écran la comédie musicale hippie Hair (1979), ce qui est déjà, à cette date, un exercice d'archéologie. Le résultat est admirable. Plus inégal, Ragtime (1981), d’après le roman d’E. L. Doctorow, n'en est pas moins une attachante chronique des États-Unis au début du xxe siècle. Par la suite, Milos Forman conduit une carrière de cinéaste international, donnant une version très personnelle du génie de Mozart avec Amadeus (1984, oscar en 1985 du meilleur réalisateur), en partie tourné à Prague. Il adapte à l'écran avec brio l'univers libertin des Liaisons dangereuses (Valmont, 1989), mais le film souffre de la concurrence avec l’autre adaptation du roman de Laclos, sortie six mois plus tôt et réalisée par Stephen Frears. Les deux films qui suivent brossent un tableau de la société américaine, à travers le portrait de l'éditeur de la revue pornographique Hustler (Larry Flynt, 1996, ours d’or 1997 du festival de Berlin) et du comique Andy Kaufman (Man on the Moon, 2000). En 2005, le cinéaste réalise Les Fantômes de Goya, d’après un scénario de Jean-Claude Carrière, puis une comédie musicale tournée en République tchèque en collaboration avec son fils Petr, Dobre placena prochazka (2009).

Milos Forman

Photographie : Milos Forman

On peut voir dans Amadeus (1984), Valmont (d'après Les Liaisons dangereuses, 1989) et Les Fantômes de Goya (2006), une manière de trilogie. L'Europe des Lumières y est montrée de façon contrastée, depuis son zénith avec Mozart jusqu'à son crépuscule avec Goya. Ici, Milos Forman sur le... 

Crédits : AMLF/ The Saul Saentz Company/ AKG-images

Afficher

Milos Forman meurt à Danbury (Connecticut), le 13 avril 2018.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  FORMAN MILOS (1932-2018)  » est également traité dans :

MAN ON THE MOON (M. Forman)

  • Écrit par 
  • N.T. BINH
  •  • 899 mots

La grande réussite de Man on the Moon (1999) résulte de la rencontre entre trois personnalités hors du commun : le réalisateur américain d'origine tchèque Milos Forman, le comédien caméléon Jim Carrey et l'énigmatique Andy Kaufman, superstar de la télévision américaine, pendant les années 19 […] Lire la suite

MARRINER NEVILLE (1924-2016)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 710 mots

Pendant de longues années, Neville Marriner a affiné son métier de violoniste au sein de plusieurs orchestres et de multiples ensembles de musique de chambre. Riche de cette solide expérience, il s’est imposé, à la tête de formations symphoniques de toutes tailles, comme l’un des chefs anglais les plus réputés de sa génération. Neville Marriner naît à Lincoln (Angleterre) le 15 avril 1924. Il entr […] Lire la suite

MORAVEC IVAN (1930-2015)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 781 mots
  •  • 1 média

Ivan Moravec a refusé d’être un bateleur d’estrades. Loin des projecteurs, en dépit des multiples obstacles qui ont parsemé sa route, il a mené une carrière aussi discrète qu’obstinée. Il s’est choisi un répertoire étroit d’où est bannie toute page susceptible de s’abandonner aux facilités de la grandiloquence ou de la virtuosité gratuite . Si ce maître styliste n’a pas été une vedette populaire, […] Lire la suite

SOCIALISTES ART DANS LES PAYS

  • Écrit par 
  • Robert ABIRACHED, 
  • Louis MARCORELLES, 
  • Jean-Jacques NATTIEZ
  •  • 12 584 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « L'école tchécoslovaque »  : […] Le cinéma tchécoslovaque a joué son rôle dans la suite des événements qui aboutirent à l'intervention soviétique d'août 1968 et à la fin prématurée d'une expérience socialiste différente. Jusqu'au début des années 1960, le cinéma tchèque était plus connu pour ses films d'animation où s'illustra Jiří Trnka ( Les Vieilles Légendes tchèques , Le Songe , etc.). Le cinéma de fiction était dominé par M […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Louis COMOLLI, « FORMAN MILOŠ - (1932-2018) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/milos-forman/