MARRINER NEVILLE (1924-2016)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Pendant de longues années, Neville Marriner a affiné son métier de violoniste au sein de plusieurs orchestres et de multiples ensembles de musique de chambre. Riche de cette solide expérience, il s’est imposé, à la tête de formations symphoniques de toutes tailles, comme l’un des chefs anglais les plus réputés de sa génération.

Neville Marriner naît à Lincoln (Angleterre) le 15 avril 1924. Il entre en 1939 au Royal College of Music de Londres où il étudie le violon avec Billy Reed. C’est au Conservatoire supérieur de musique de Paris qu’il vient se perfectionner, dans la classe de René Benedetti. À cette époque, il entame une carrière professorale à l’Eton College (1947-1948) puis au Royal College of Music de Londres (1949-1962) où il enseigne à son tour le violon. Cette activité ne l’éloigne pas de la scène. De 1949 à 1962, il sera le second violon du Martin String Quartet. Il participe au renouveau de la musique ancienne en fondant le Jacobean Ensemble avec le musicologue et claveciniste Thurston Dart. C’est lui encore qui suscite la naissance, en 1949, des London Mozart Players. En 1962, il est violoniste du rang dans le Philharmonia Orchestra avant de devenir, de 1956 à 1968, chef d’attaque du pupitre des seconds violons de l’Orchestre symphonique de Londres. Parallèlement, il forme le Virtuose String Trio. Dès 1956, Neville Marriner lance The Academy of St Martin-in-the-Fields, un ensemble à géométrie variable destiné à donner, dans l’église éponyme du centre de Londres, des concerts à l’heure du déjeuner. Grâce à cette formation, qu’il dirige à l’origine tout en jouant du violon, il va parcourir les univers baroque et classique avec un succès grandissant. Même si, à partir de 1974, il en abandonne à d’autres – Iona Brown, Kenneth Sillito, Joshua Bell ou au pianiste Murray Perahia – la direction permanente, il lui restera fidèle.

Dès 1952, Neville Marriner s’est formé à la direction d’orchestre auprès de Pierre Monteux. Fondateur puis directeur musical de l’Orchestre de chambre de Los Angeles (1969-1979), il est, de 1971 à 1973, chef associé au Northern Sinfonia Orchestra. De 1979 à 1986, il assume la direction musicale de l’Orchestre du Minnesota. Chef permanent de l’Orchestre symphonique de la Radio de Stuttgart (1983-1989), il est aussi, de 2000 à 2002, directeur artistique de la Camerata Hellenica d’Athènes. Régulièrement invité par les plus illustres orchestres à Berlin, Milan, New York, Paris, Tokyo ou Vienne, il se fait applaudir, à partir des années 1980, dans de nombreuses œuvres lyriques signées Mozart, Rossini, Verdi ou Britten.

Neville Marriner nous laisse une impressionnante discographie – plus de 500 enregistrements chez Argo, L’Oiseau-Lyre, Philips ou EMI – dans un vaste répertoire qui s’étend de Purcell à Stravinski. Elle reste essentiellement consacrée à toute la musique du xviiie siècle. Mozart, avec ses concertos, ses symphonies et ses opéras, y occupe une place centrale. C’est donc tout naturellement que Miloš Forman le choisit pour réaliser en 1989 la bande-son de son film Amadeus. Neville Marriner se tiendra à l’écart des positions radicales revendiquées par le mouvement baroque à ses débuts et n’utilisera jamais les instruments anciens. En revanche, il s’inspirera beaucoup de sa pratique : effectifs réduits, souci scrupuleux du texte originel, vitalité des phrasés, goût des couleurs et des textures sonores allégées. Avec le même style élégant et discret, il s’évade fréquemment vers les partitions des xixe et xxe siècles, et s’affranchit souvent des traditions d’interprétation accumulées au fil du temps. Il restera un constant défenseur de la musique anglaise et créera Sonata for Strings de William Walton (1972), Music for Strings (1977) et Métamorphoses (1980) de Richard Rodney Bennett, ainsi que Sinfonia concertante (1983) de Peter Maxwell Davies.

Neville Marriner meurt à Londres le 2 octobre 2016.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Pierre BRETON, « MARRINER NEVILLE - (1924-2016) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/neville-marriner/