LARIONOV MIKHAÏL FEDOROVITCH (1881-1964)

Peintre, décorateur et chorégraphe russe. À l'école de peinture, de sculpture et d'architecture de Moscou, où il se montre turbulent (1891), Mikhaïl Larionov rencontre Natalia Gontcharova qui, à partir de cette époque, partage son existence. Influencé par l'impressionnisme, par le cubisme et par le futurisme, Larionov devient le créateur du rayonnisme ou toutisme. Déjà célèbre par ses divers manifestes et les nombreuses expositions organisées par lui-même, fondateur des associations de peintres le « Valet de carreau » et la « Queue de l'âne », il est engagé par Diaghilev comme décorateur pour ses Ballets russes (1914) ; il y crée les décors du Soleil de minuit (1915), des Contes russes (1917), du Renard (1922) ; il participe, à l'élaboration de presque tous les ballets de la troupe et initie Léonide Massine à l'art chorégraphique. Installé à Paris avec Natalia Gontcharova, après la disparition de Diaghilev, il signe les décors des ballets : Sur le Borysthène, à l'Opéra de Paris (1933) et Port Saïd au Coliséum de Londres (1935).

Par son œuvre, dont les principes sont résumés dans son Manifeste rayonniste (1913), il peut être considéré comme le précurseur de l'art abstrait. Son sens décoratif et son goût pour le dépouillement plastique eurent une grande influence sur l'art du spectacle au début du xxe siècle.

—  Jane PATRIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

Classification


Autres références

«  LARIONOV MIKHAÏL FEDOROVITCH (1881-1964)  » est également traité dans :

FUTURISME

  • Écrit par 
  • Jean-Louis COMOLLI, 
  • Claude FRONTISI, 
  • Claude KASTLER
  •  • 5 050 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Le futurisme russe »  : […] et poètes dans une propriété du nord de la Crimée (antique Hylée). Une amitié se noue entre Bourliouk et Mikhaïl Larionov, rapprochés par des convictions communes : « À bas le grand art » ; « À bas l'imitation de la nature, l'art est création » ; « À bas le mysticisme, la religiosité symboliste » ; « À bas la tradition artistique occidentale […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/futurisme/#i_5097

GONTCHAROVA NATALIA SERGUEÏEVNA (1883-1962)

  • Écrit par 
  • Jane PATRIE
  •  • 259 mots

Natalia Gontcharova, qui, en 1898, est entrée à l'École de peinture, de sculpture et d'architecture de Moscou y rencontre Mikhaïl Larionov et, à dater de cette époque, leur destin et leur œuvre sont indissociables. Après avoir subi les influences de la peinture européenne du début du siècle, tout en adhérant au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/natalia-sergueievna-gontcharova/#i_5097

ILIAZD (1894-1975)

  • Écrit par 
  • Régis GAYRAUD
  •  • 949 mots

Mikhaïl Le Dentu, avec lesquels il tirera de l'ombre le primitif géorgien Pirosmani, il se lie à Gontcharova et à Larionov, dont il transcrit les idées en co-rédigeant leurs manifestes et en publiant en 1913 le premier ouvrage à leur sujet. La même année, il participe à l'exposition La Cible, signe avec Larionov le manifeste […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/iliazd/#i_5097

RAYONNISME

  • Écrit par 
  • Yve-Alain BOIS
  •  • 294 mots

Mouvement qui fut fondé vers 1910 par Mikhaïl Larionov et Natalia Gontcharova, dont les recherches « primitivistes » s'enlisaient. Prônant un retour à l'Orient, il est en fait assez proche, dans ses idées, mais non dans ses réalisations, de la notion, théorisée par Boccioni, d'intersection fictive des plans dans l'espace. Le rayonnisme qui est l'un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rayonnisme/#i_5097

Pour citer l’article

Jane PATRIE, « LARIONOV MIKHAÏL FEDOROVITCH - (1881-1964) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 août 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mikhail-fedorovitch-larionov/