LARIONOV MIKHAÏL FEDOROVITCH (1881-1964)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Peintre, décorateur et chorégraphe russe. À l'école de peinture, de sculpture et d'architecture de Moscou, où il se montre turbulent (1891), Mikhaïl Larionov rencontre Natalia Gontcharova qui, à partir de cette époque, partage son existence. Influencé par l'impressionnisme, par le cubisme et par le futurisme, Larionov devient le créateur du rayonnisme ou toutisme. Déjà célèbre par ses divers manifestes et les nombreuses expositions organisées par lui-même, fondateur des associations de peintres le « Valet de carreau » et la « Queue de l'âne », il est engagé par Diaghilev comme décorateur pour ses Ballets russes (1914) ; il y crée les décors du Soleil de minuit (1915), des Contes russes (1917), du Renard (1922) ; il participe, à l'élaboration de presque tous les ballets de la troupe et initie Léonide Massine à l'art chorégraphique. Installé à Paris avec Natalia Gontcharova, après la disparition de Diaghilev, il signe les décors des ballets : Sur le Borysthène, à l'Opéra de Paris (1933) et Port Saïd au Coliséum de Londres (1935).

Par son œuvre, dont les principes sont résumés dans son Manifeste rayonniste (1913), il peut être considéré comme le précurseur de l'art abstrait. Son sens décoratif et son goût pour le dépouillement plastique eurent une grande influence sur l'art du spectacle au début du xxe siècle.

—  Jane PATRIE

Écrit par :

Classification


Autres références

«  LARIONOV MIKHAÏL FEDOROVITCH (1881-1964)  » est également traité dans :

FUTURISME

  • Écrit par 
  • Jean-Louis COMOLLI, 
  • Claude FRONTISI, 
  • Claude KASTLER
  •  • 5 047 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Le futurisme russe »  : […] Le futurisme russe va connaître son apogée dans les années 1912-1914. À l'origine, on trouve la personnalité de David Bourliouk qui, à partir de 1907, reçoit peintres et poètes dans une propriété du nord de la Crimée (antique Hylée). Une amitié se noue entre Bourliouk et Mikhaïl Larionov, rapprochés par des convictions communes : « À bas le grand art » ; « À bas l'imitation de la nature, l'art e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/futurisme/#i_5097

GONTCHAROVA NATALIA SERGUEÏEVNA (1883-1962)

  • Écrit par 
  • Jane PATRIE
  •  • 259 mots

Natalia Gontcharova, qui, en 1898, est entrée à l'École de peinture, de sculpture et d'architecture de Moscou y rencontre Mikhaïl Larionov et, à dater de cette époque, leur destin et leur œuvre sont indissociables. Après avoir subi les influences de la peinture européenne du début du siècle, tout en adhérant au rayonnisme de Larionov, elle est surtout attirée par l'art populaire russe et l'express […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/natalia-sergueievna-gontcharova/#i_5097

ILIAZD (1894-1975)

  • Écrit par 
  • Régis GAYRAUD
  •  • 949 mots

Iliazd, de son vrai nom Ilia Mikhaïlovitch Zdanevitch, connu comme éditeur de bibliophilie, mais aussi comme poète et critique d'art, est né le 21 mars 1894 à Tiflis, dans une famille mixte polonaise et géorgienne de russification récente. Ces origines complexes et son enfance à Tiflis, cité cosmopolite où se mêlaient l'Orient et l'Occident, expliquent peut-être son adhésion à une conception total […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/iliazd/#i_5097

RAYONNISME

  • Écrit par 
  • Yve-Alain BOIS
  •  • 294 mots

Mouvement qui fut fondé vers 1910 par Mikhaïl Larionov et Natalia Gontcharova, dont les recherches « primitivistes » s'enlisaient. Prônant un retour à l'Orient, il est en fait assez proche, dans ses idées, mais non dans ses réalisations, de la notion, théorisée par Boccioni, d'intersection fictive des plans dans l'espace. Le rayonnisme qui est l'un des multiples aspects de la peinture « abstraite  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rayonnisme/#i_5097

Pour citer l’article

Jane PATRIE, « LARIONOV MIKHAÏL FEDOROVITCH - (1881-1964) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mikhail-fedorovitch-larionov/