MICROÉCONOMIEÉconomie du bien-être

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Du bien-être individuel au bien-être collectif

Dans le cas d'une personne, la recherche du bien-être le plus élevé consiste à classer les diverses alternatives possibles, puis à choisir celle qui est le plus haut dans ce classement, compte tenu des ressources détenues par la personne. L'issue la meilleure, ou optimale, est définie sans ambiguïté, du moins en théorie. Tel n'est pas le cas lorsqu'on s'intéresse au cas où il y a plusieurs personnes, qui ne classent pas de la même façon les alternatives offertes à la société, dont les ressources sont limitées.

Le théorème d'impossibilité

L'idéal serait d'avoir une règle qui permette de déduire un classement collectif cohérent à partir des classements individuels ; il suffirait alors de choisir l'alternative la plus haute dans ce classement, compte tenu des ressources dont dispose la société, pour résoudre sans contestation possible, le problème du bien-être collectif. En fait, une telle règle n'existe pas. Il y a plus de deux siècles, Condorcet l'avait déjà remarqué à propos du vote (paradoxe de Condorcet). Dans un ouvrage publié en 1951, intitulé Choix collectif et préférences individuelles, Kenneth Arrow le montre de façon générale. Il prouve que la seule règle permettant de déduire un classement collectif cohérent à partir des classements individuels est la règle dictatoriale, qui consiste à prendre pour classement collectif celui d'un individu particulier. On parle à ce propos du « théorème d'impossibilité » d'Arrow. Dans le cas du bien-être, ce résultat découle du fait que les diverses alternatives que l'on cherche à classer se traduisent par des répartitions des ressources différentes entre les membres de la société, chacun préférant celle qui lui procure la plus grande satisfaction. Les intérêts étant contradictoires, du moins en partie, on comprend qu'il ne puisse pas y avoir d'issue consensuelle.

Malgré l'existence du théorème d'impossibilité d'Arrow, la recherche du bien-être collectif demeure – tout comme on continue à voter, malgré le paradoxe de Condorcet. Les critères retenus sont tous critiquables, parce q [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages




Écrit par :

  • : maître de conférences en sciences économiques au laboratoire CRIISEA, universIté de Picardie Jules Verne

Classification


Autres références

«  MICROÉCONOMIE  » est également traité dans :

MICROÉCONOMIE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Stéphane SAUSSIER
  •  • 653 mots

La théorie microéconomique étudie des unités économiques individuelles et leurs interactions. Elle s'intéresse ainsi, par exemple, aux consommateurs et aux producteurs mais aussi aux marchés sur lesquels ils se rencontrent. Elle propose une représentation simplifiée, comme toute théorie, du fonctionnement de la société. Pour réaliser cet objectif, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/microeconomie-vue-d-ensemble/

MICROÉCONOMIE - Théorie microéconomique

  • Écrit par 
  • Edmond MALINVAUD
  •  • 6 000 mots
  •  • 1 média

La théorie microéconomique a pour objet l'étude des comportements économiques individuels et de leurs interactions dans les économies de marché, interactions analysées depuis Léon Walras dans le cadre de l'équilibre général. L'expression théorie microéconomique s'est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/microeconomie-theorie-microeconomique/

MICROÉCONOMIE - Théorie de l'équilibre général

  • Écrit par 
  • Antoine d' AUTUME
  •  • 1 682 mots

La théorie de l'équilibre général étudie l'allocation des ressources dans le cadre d'une économie de marché où règne la concurrence parfaite. Elle met en lumière la manière dont les marchés et les prix assurent la coordination des activités économiques. Se trouve ainsi form […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/microeconomie-theorie-de-l-equilibre-general/

MICROÉCONOMIE - Incitations et contrats

  • Écrit par 
  • Bernard SALANIÉ
  •  • 6 238 mots

De la fin du xixe siècle aux années 1960, la théorie économique a principalement cherché à comprendre la manière dont les prix se forment sur le marché et conditionnent les comportements des consommateurs et des producteurs. Ce long travail a abouti au « modèle d'équilibre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/microeconomie-incitations-et-contrats/

ACHAT POUVOIR D'

  • Écrit par 
  • Stéfan LOLLIVIER
  •  • 5 610 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La théorie microéconomique prise en défaut »  : […] Dans les manuels de microéconomie, la théorie du consommateur fournit une définition de la notion d'indice du coût de la vie. Elle considère un consommateur à deux dates consécutives. Celui-ci choisit son panier de biens selon ses préférences, en fonction des prix et du revenu dont il dispose. À la première date, avec le système de prix en vigueur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pouvoir-d-achat/#i_18517

CHÔMAGE - Politiques de l'emploi

  • Écrit par 
  • Christine ERHEL
  •  • 7 266 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Aspects méthodologiques »  : […] L'enjeu central de l'évaluation des politiques de l'emploi est d'identifier et de quantifier l'impact des mesures sur des variables représentant leurs objectifs (emploi, chômage, fonctionnement du marché du travail). Pour les économistes, l'évaluation peut se faire à deux niveaux : au niveau des bénéficiaires des mesures (études microéconomiques), […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chomage-politiques-de-l-emploi/#i_18517

COASE RONALD HARRY (1910-2013)

  • Écrit par 
  • Françoise PICHON-MAMÈRE
  •  • 1 306 mots

Dans le chapitre « La nature de la firme »  : […] Né le 29 décembre 1910 à Middlesex (Grande-Bretagne), Ronald Coase est diplômé de la London School of Economics où il enseigne de 1932 à 1951 en même temps qu'il rédige ses premiers articles, souvent à la frontière du droit et de l'économie. Dans les années 1930, il traverse une première fois l'Atlantique pour interroger les dirigeants de grandes e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ronald-harry-coase/#i_18517

DROIT - Économie du droit

  • Écrit par 
  • Bruno DEFFAINS
  •  • 3 736 mots
  •  • 2 médias

L' analyse économique du droit constitue un mouvement de l'économie vers le droit puisqu'elle se propose d'utiliser les outils de l'analyse économique afin d'étudier des questions relevant de la sphère juridique. Plus précisément, elle peut se définir comme l'application des hypothèses théoriques (rationalité, maximisation de l'utilité, mécanismes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/droit-economie-du-droit/#i_18517

ÉCONOMÉTRIE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FLORENS
  •  • 7 369 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le domaine de l'économétrie »  : […] L'économétrie construit des modèles, c'est-à-dire des schématisations de phénomènes économiques, à l'aide de relations mathématiques. Ces phénomènes peuvent être microéconomiques et concerner des éléments du comportement des agents économiques : on étudie par exemple l'offre de travail des femmes, l'épargne des ménages ou la structure des coûts d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/econometrie/#i_18517

ÉCONOMIE (Définition et nature) - Objets et méthodes

  • Écrit par 
  • Henri GUITTON
  •  • 6 469 mots

Dans le chapitre « Analyse micro-économique et analyse macro-économique »  : […] Il faudrait ici faire appel à la distinction entre analyse micro-économique et analyse macro-économique. La science économique est-elle fondamentalement de type microscopique ou de type macroscopique ? C'est une question qui met en jeu une idée déjà connue des Grecs : pour connaître l'univers, faut-il aller de la partie vers le tout ou, inverseme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie/#i_18517

ÉCONOMIE (Définition et nature) - Objets et méthodes

  • Écrit par 
  • Henri GUITTON
  •  • 6 469 mots

La science économique est difficile à définir. Cela tient, sans doute, à ce qu'elle est beaucoup plus jeune que les autres sciences. Elle fait partie de l'ensemble des sciences sociales qu'on pourrait appeler sociologie, science qui elle-même n'est pas aisée à circonscrire avec précision.La science […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie/#i_18517

EURO

  • Écrit par 
  • Agnès BÉNASSY-QUÉRÉ
  •  • 6 229 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Pourquoi l'euro ? »  : […] Pour comprendre les raisons qui ont conduit à l'unification monétaire en Europe, il est nécessaire de rappeler à quoi sert une monnaie. Une monnaie sert à régler des transactions entre individus (c'est un moyen de paiement) ; de manière connexe, elle sert à libeller les prix des biens et services aussi bien que des créances et des dettes (c'est un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/euro/#i_18517

HECKMAN JAMES (1944- )

  • Écrit par 
  • Françoise PICHON-MAMÈRE
  •  • 893 mots

En récompensant conjointement, le 11 octobre 2000 à Stockholm, James Heckman de l'université de Chicago (Illinois) et Daniel McFadden de l'université de Berkeley (Californie), l'Académie royale des sciences de Suède a distingué des travaux très précis unissant des formulations mathématiques et des techniques statistiques pour construire une analys […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-heckman/#i_18517

INFLATION

  • Écrit par 
  • Jacques LE CACHEUX
  •  • 8 602 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les anticipations rationnelles »  : […] Les hausses simultanées de l'inflation et du chômage dans les années 1970, allaient très vite, dans la plupart des pays industrialisés, mettre un terme à cette croyance dans la stabilité de la courbe de Phillips, certains la voyant même acquérir alors une pente positive, aussitôt baptisée « stagflation » . Mais avant même que les faits ne viennent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inflation/#i_18517

INVESTISSEMENT

  • Écrit par 
  • Richard DUHAUTOIS
  •  • 6 133 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La mesure de l'investissement »  : […] La mesure de l'investissement n'est pas la même selon la perspective adoptée. Au niveau macro-économique, c'est-à-dire en comptabilité nationale, l'investissement des entreprises se mesure par la formation brute de capital fixe (F.B.C.F.). En France, les comptables nationaux de l'I.N.S.E.E. désignent la F.B.C.F. comme « la valeur des biens durable […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/investissement/#i_18517

MACROÉCONOMIE - Théorie macroéconomique

  • Écrit par 
  • Edmond MALINVAUD
  •  • 8 114 mots

Dans le chapitre « Approches purement empiriques »  : […] Simultanément une grande importance fut aussi attribuée à la quantification des grandeurs macroéconomiques et de leurs évolutions conjointes. Dans la seconde moitié du xix e  siècle, la préoccupation fut portée par les écoles historiques anglaise et allemande. Dans la première moitié du xx e , elle anima les programmes de recherche du Français Fra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/macroeconomie-theorie-macroeconomique/#i_18517

MACROÉCONOMIE - Politique économique

  • Écrit par 
  • Antoine d' AUTUME
  •  • 4 871 mots

Dans le chapitre « La place des politiques macroéconomiques »  : […] Les frontières entre les trois objectifs de Musgrave sont poreuses, comme l'ont bien montré les développements, tant théoriques que pratiques, des dernières décennies. Les politiques macroéconomiques sont inséparables du contexte microéconomique dans lequel elles s'inscrivent. Leurs objectifs ont trait à la situation des agents individuels. Leurs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/macroeconomie-politique-economique/#i_18517

MATHÉMATIQUE ÉCOLE ÉCONOMIQUE

  • Écrit par 
  • François ETNER
  •  • 2 774 mots

Dans le chapitre « Les grandes étapes de l'économie mathématique »  : […] En Angleterre, à la fin du xvii e  siècle, William Petty prône l'usage du calcul pour rationaliser l'action publique. Il nomme « arithmétique politique » sa méthode, l'appliquant à ce que l'on appellerait aujourd'hui de l'économie, de la démographie et de la statistique descriptives ( Political Arithmetick , 1690). On doit à ses disciples la loi d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-economique-mathematique/#i_18517

STIGLER GEORGE (1911-1991)

  • Écrit par 
  • Françoise PICHON-MAMÈRE
  •  • 768 mots

Né le 17 octobre 1911 à Renton, dans l'État de Washington, docteur de l'université de Chicago en 1938, le professeur George Stigler a fait toute sa carrière comme enseignant aux universités de l'Iowa (1936-1938), du Minnesota (1938-1946), à Brown University (Rhode Island) en 1946-1947, à Columbia (1947-1958), enfin à Chicago (1958-1981). Il n'a pas […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/george-stigler/#i_18517

THALER RICHARD (1945- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 1 147 mots
  •  • 1 média

L’économiste américain Richard Thaler s’est vu décerner le prix Nobel d’économie en 2017 pour ses travaux sur l’économie comportementale, un domaine de la microéconomie qui applique les découvertes en psychologie et autres sciences sociales à l’étude des comportements économiques. Durant plus de quarante ans et à travers de nombreuses publications, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/richard-thaler/#i_18517

McFADDEN DANIEL (1937-2018)

  • Écrit par 
  • Françoise PICHON-MAMÈRE
  •  • 936 mots

Professeur à l'université de Berkeley (Californie), Daniel McFadden a partagé avec un autre Américain, James Heckman, le prix Nobel d'économie en 2000. L'Académie royale des sciences de Suède récompensait deux spécialistes de la microéconométrie, auteurs de méthodes d'analyse des « échantillons sélectifs » (Heckman) et des « choix discrets » (McFa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/daniel-mcfadden/#i_18517

Voir aussi

Pour citer l’article

Emmanuelle BÉNICOURT, « MICROÉCONOMIE - Économie du bien-être », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/microeconomie-economie-du-bien-etre/