PIGOU ARTHUR CECIL (1877-1959)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Longtemps considéré comme le « maître de Cambridge », principalement entre 1920 et 1930, Arthur C. Pigou compte parmi les défenseurs des thèses économiques classiques pendant cette période. Il poursuit ses études à Harrow, puis au King's College de Cambridge, où il eut comme professeur A. Marshall. Il devait suivre les traces de son maître dans de nombreux domaines : il reprit sa chaire d'enseignement à Cambridge, il participa comme lui aux travaux d'importants comités gouvernementaux.

Bien que Pigou ait semblé attiré par la philosophie et la théologie (il fit paraître, en 1908, un ouvrage intitulé The Problem of Theism), il a surtout laissé une importante œuvre économique. Mais ses orientations éthiques sous-tendent l'ensemble de ses recherches. Si Pigou fut avant tout un théoricien de l'économie, il était animé par un souci humanitaire qui transparaît dans la plupart de ses ouvrages, en particulier dans ceux qui traitent des problèmes du travail (et plus particulièrement de l'emploi) et de la répartition des revenus. Pigou a toujours été extrêmement préoccupé par la question du welfare, c'est-à-dire du bien-être des individus. C'est à ce problème qu'il a consacré son œuvre maîtresse, The Economics of Welfare, dont la première édition est parue en 1920 et qui reprenait (en le modifiant) l'essentiel d'un ouvrage de 1912, Wealth and Welfare.

Son principe de base est que le bien-être d'une société donnée s'accroît lorsque le bien-être de l'un de ses membres diminue moins que celui d'un autre n'augmente. Cet objectif se trouve réalisé principalement dans trois cas : lorsqu'il y a une augmentation du revenu total de la société ; lorsqu'on prélève une fraction du revenu des riches pour le transférer aux pauvres ; lorsque, sur une période de temps, l'inégalité entre les revenus diminue.

Pour lui, le domaine privilégié des interventions publiques est celui de la répartition des revenus et il se montre très favorable à une politique de transferts de richesses. Il s'appuie sur le concept de produit net marginal, qui s'articule avec [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : licenciée en droit, diplômée de l'Institut d'études politiques de Paris

Classification


Autres références

«  PIGOU ARTHUR CECIL (1877-1959)  » est également traité dans :

COÛT SOCIAL

  • Écrit par 
  • Xavier GREFFE
  •  • 4 114 mots

Dans le chapitre « Intervention de l'État ou jeu du marché ? »  : […] Faut-il ou non corriger l'existence des coûts sociaux ou/et compenser les dommages ressentis par certains agents à cette occasion ? Ce problème est fondamental pour l'analyse économique et se retrouve à la base des débats les plus célèbres sur la nécessité ou non de corriger le fonctionnement des marchés ainsi que sur l'intervention de l'État. Pour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cout-social/#i_40032

ÉCOTAXE

  • Écrit par 
  • Franck-Dominique VIVIEN
  •  • 2 342 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les objectifs de l'écotaxe »  : […] Si le but premier d'un système de taxation est de faire entrer de l'argent dans les caisses de l'État ou d'organismes qui financent des dépenses d'intérêt général, la théorie économique entend faire jouer aux écotaxes un rôle crucial dans la reconnaissance et le traitement des nuisances que les agents économiques infligent à l'environnement. En re […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecotaxe/#i_40032

ENVIRONNEMENT - Environnement et économie

  • Écrit par 
  • Sylvie FAUCHEUX, 
  • Christelle HUE
  •  • 6 537 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Vers un dépassement du principe pollueur-payeur »  : […] En termes économiques, les ressources environnementales et naturelles, synthétisées sous le vocable de « capital naturel » (Daly, 1994), peuvent être considérées à la fois comme facteur de production et comme composante de l'utilité ou du bien-être. Les dégradations environnementales ont traditionnellement été traitées, par les économistes, comme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/environnement-environnement-et-economie/#i_40032

ENVIRONNEMENT ÉCONOMIE DE L'

  • Écrit par 
  • Sylvie FAUCHEUX
  •  • 6 152 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le concept d'effet externe »  : […] Arthur Cecil Pigou, en 1920, donne de l'effet externe la définition suivante : « L'essence du phénomène est qu'une personne A, en même temps qu'elle fournit à une autre personne B un service déterminé pour lequel elle reçoit un paiement, procure par là même des avantages ou des inconvénients d'une nature telle qu'un paiement ne puisse être imposé à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-de-l-environnement/#i_40032

IMPÔT - Politique fiscale

  • Écrit par 
  • Jean-Marie MONNIER
  •  • 7 258 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Nouvelles perspectives  »  : […] Même si l'aspiration à la stabilité et à la prévisibilité des règles fiscales est une donnée importante, la politique fiscale doit s'adapter aux transformations économiques et sociales. De nouveaux domaines s'ouvrent donc, mais ils présentent désormais la caractéristique commune de ne pouvoir être appréhendés autrement que dans un cadre internation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/impot-politique-fiscale/#i_40032

IMPÔT - Économie fiscale

  • Écrit par 
  • Jacques LE CACHEUX
  •  • 4 359 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La fiscalité incitative »  : […] Si elles sont souvent considérées comme un effet pervers qu'il convient de minimiser, les distorsions engendrées par la fiscalité peuvent, dans de nombreux cas, être délibérément utilisées par les pouvoirs publics pour orienter les comportements des agents privés. L'économiste anglais Arthur Pigou avait, dès les années 1930, conçu les bases de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/impot-economie-fiscale/#i_40032

MICROÉCONOMIE - Économie du bien-être

  • Écrit par 
  • Emmanuelle BÉNICOURT
  •  • 4 768 mots

En économie, le mot « bien-être » est étroitement associé à l'expression « économie du bien-être », qui elle-même désigne la recherche des moyens à mettre en œuvre pour parvenir à des situations qui sont considérées comme les meilleures possibles pour, et par, la collectivité. Cette branche de l'analyse économique est au cœur même de l'économie po […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/microeconomie-economie-du-bien-etre/#i_40032

THE PROBLEM OF SOCIAL COST, Ronald H. Coase - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Élodie BERTRAND
  •  • 1 129 mots

Dans le chapitre « Le fameux « théorème de Coase » »  : […] Coase critique l'analyse traditionnelle, issue des travaux de l'économiste anglais Arthur Cecil Pigou (1877-1959), selon laquelle les externalités (notion employée en économie pour désigner les effets indirects des activités économiques d'un agent sur le bien-être d'un autre agent) nécessiteraient automatiquement une intervention correctrice de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/the-problem-of-social-cost/#i_40032

Pour citer l’article

Christine BARTHET, « PIGOU ARTHUR CECIL - (1877-1959) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 janvier 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/arthur-cecil-pigou/