Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PIGOU ARTHUR CECIL (1877-1959)

Longtemps considéré comme le « maître de Cambridge », principalement entre 1920 et 1930, Arthur C. Pigou compte parmi les défenseurs des thèses économiques classiques pendant cette période. Il poursuit ses études à Harrow, puis au King's College de Cambridge, où il eut comme professeur A. Marshall. Il devait suivre les traces de son maître dans de nombreux domaines : il reprit sa chaire d'enseignement à Cambridge, il participa comme lui aux travaux d'importants comités gouvernementaux.

Bien que Pigou ait semblé attiré par la philosophie et la théologie (il fit paraître, en 1908, un ouvrage intitulé The Problem of Theism), il a surtout laissé une importante œuvre économique. Mais ses orientations éthiques sous-tendent l'ensemble de ses recherches. Si Pigou fut avant tout un théoricien de l'économie, il était animé par un souci humanitaire qui transparaît dans la plupart de ses ouvrages, en particulier dans ceux qui traitent des problèmes du travail (et plus particulièrement de l'emploi) et de la répartition des revenus. Pigou a toujours été extrêmement préoccupé par la question du welfare, c'est-à-dire du bien-être des individus. C'est à ce problème qu'il a consacré son œuvre maîtresse, The Economics of Welfare, dont la première édition est parue en 1920 et qui reprenait (en le modifiant) l'essentiel d'un ouvrage de 1912, Wealth and Welfare.

Son principe de base est que le bien-être d'une société donnée s'accroît lorsque le bien-être de l'un de ses membres diminue moins que celui d'un autre n'augmente. Cet objectif se trouve réalisé principalement dans trois cas : lorsqu'il y a une augmentation du revenu total de la société ; lorsqu'on prélève une fraction du revenu des riches pour le transférer aux pauvres ; lorsque, sur une période de temps, l'inégalité entre les revenus diminue.

Pour lui, le domaine privilégié des interventions publiques est celui de la répartition des revenus et il se montre très favorable à une politique de transferts de richesses. Il s'appuie sur le concept de produit net marginal, qui s'articule avec la définition du bien-être. Le maximum de bien-être total est réalisé lorsque les produits marginaux des facteurs de production sont égaux dans tous leurs emplois. Mais il faut distinguer, à cet égard, entre les produits marginaux privés et les produits marginaux sociaux, cette dernière construction conceptuelle prenant en compte l'ensemble des ressources par les personnes privées. Or, c'est l'égalisation de ces produits marginaux sociaux qui conduit à un état de bien-être maximal.

C'est entre 1913 et 1941 que Pigou publie ses études sur le chômage (Unemployment, 1913 ; The Theory of Unemployment, 1933 ; Unemployment and Equilibrium, 1941). Or, c'est en réaction aux thèses défendues par Pigou que Keynes élabore sa célèbre Théorie générale de l'emploi, de l'intérêt et de la monnaie (1936). Par la suite, ces deux auteurs développent des conceptions très opposées sur l'ensemble de ces questions, et également sur le problème de l'équilibre économique général. Pigou construira alors une analyse, fondée sur les principes de l'école classique, maintes fois reprise depuis et connue sous le nom d'« effet Pigou » ; il examine l'effet d'un mouvement de baisse des prix sur la valeur de la monnaie. En conclusion, il exprime l'idée qu'il serait possible de réaliser les conditions du plein-emploi en laissant suffisamment baisser salaires et prix nominaux.

— Christine BARTHET

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : licenciée en droit, diplômée de l'Institut d'études politiques de Paris

Classification

Pour citer cet article

Christine BARTHET. PIGOU ARTHUR CECIL (1877-1959) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références

  • COÛT SOCIAL

    • Écrit par
    • 4 126 mots
    ...les laissera subsister au prix d'un système de compensation des dommages ainsi entraînés. La position la plus traditionnelle est ici celle d'Arthur C.  Pigou, aux yeux de qui l'existence d'un coût social était une condition suffisante pour déclencher l'intervention de l'État, le principe étant de poursuivre...
  • ÉCOTAXE

    • Écrit par
    • 2 357 mots
    • 4 médias
    ...faire jouer aux écotaxes un rôle crucial dans la reconnaissance et le traitement des nuisances que les agents économiques infligent à l'environnement. En reprenant les propositions d'Arthur Cecil Pigou qui, dès les années 1920, envisageait cette perspective, les économistes soulignent que la plupart...
  • ENVIRONNEMENT - Environnement et économie

    • Écrit par et
    • 6 559 mots
    • 1 média
    ...bien-être. Les dégradations environnementales ont traditionnellement été traitées, par les économistes, comme des problèmes d'externalité négative. Dans cette perspective, ainsi que l'a analysé Arthur-Cecil Pigou dans les années 1920, elles sont appréhendées comme des coûts « transférés » (ou externalisés)...
  • ENVIRONNEMENT ÉCONOMIE DE L'

    • Écrit par
    • 6 175 mots
    • 1 média
    Arthur Cecil Pigou, en 1920, donne de l'effet externe la définition suivante : « L'essence du phénomène est qu'une personne A, en même temps qu'elle fournit à une autre personne B un service déterminé pour lequel elle reçoit un paiement, procure par là même des avantages ou des inconvénients d'une nature...
  • Afficher les 8 références