BUTOR MICHEL (1926-2016)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Aux antipodes

En considérant le travail formel comme un moyen de modifier notre conscience des choses, Michel Butor se situait aux antipodes de l'idée convenue de « nouveau roman » et de roman de l'individu. La seconde série romanesque entreprise par Michel Butor, et qui, sous le titre générique Le Génie du lieu, regroupe, outre le titre homonyme (1958), Mobile (1962), Où (1971), Boomerang (1978), Transit (1992) et Gyroscope (1996), allait rendre ce projet tout à fait évident. Ce qui était préfiguré par Réseau aérien (1962) a pris de l'extension : il s'agit de saisir, imaginairement, la planète. Le bassin méditerranéen, d'où l'Occidental voulut régenter le monde, est une simple oasis. La circularité de la Terre doit nous entraîner à toujours penser le lieu où nous sommes en relation avec ses antipodes. Le projet de Michel Butor implique une curiosité universelle, pour les climats, les modes de vie, les savoirs. Il implique également une sensibilité extrême à la signification des différences. Ainsi l'œuvre se nourrit-elle, certes, des textes littéraires, mais tout autant des annuaires, des catalogues de grands magasins, des textes politiques tenus pour canoniques. Du coup, le personnage romanesque n'est plus au premier plan ; il devient le lieu de croisement d'une multitude de voix, celles des différents groupes auxquels il appartient. Le roman butorien n'élimine pas la notion de psychologie, simplement il ne la considère ni comme première ni comme autonome : elle est un conglomérat de faits de société. Un individu est défini par l'interaction d'une série d'événements (parmi lesquels ceux du langage).

Cette vision amplifiée des choses, ce renversement des idées courantes (la planète explique le territoire individuel ; Babel, la langue maternelle ; l'Autre, ma propre personne), prend, pour se représenter dans le roman, une figure particulière, celle de l'exclu social, l'Égyptien à Paris dans Passage de Milan, les Noirs dans L'Emploi du temps et Degrés. Étant hors du système, ils permettent de le penser. Tel est aussi le devoir de l'écrivain. Il lui faut se décentrer : [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : écrivain, professeur honoraire à la faculté des lettres de Fribourg (Suisse)

Classification

Autres références

«  BUTOR MICHEL (1926-2016)  » est également traité dans :

IMPROVISATIONS SUR BALZAC (M. Butor)

  • Écrit par 
  • Alain CLERVAL
  •  • 1 014 mots

Il n'existe pas de solution de continuité entre l'œuvre poétique, la fiction et l'étude critique dans l'œuvre de Michel Butor. Sa démarche s'inspire toujours de la volonté d'inscrire son propos, d'ordre narratif ou poétique, dans un cadre précisément délimité. Une géométrie rigoureuse enserre la réalité descriptive ou psychologique dans un schéma qui pe […] Lire la suite

MOBILE, Michel Butor - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 1 112 mots
  •  • 1 média

Lorsqu'il publie Mobile en 1962 chez Gallimard, dans une collection blanche redimensionnée pour l'occasion dans un grand format presque carré, Michel Butor est pour ainsi dire un auteur à succès. En dépit ou peut-être en raison des polémiques qu'il a suscitées, le « nouveau roman » a fini par rencontrer un public. L'institution litté […] Lire la suite

LA MODIFICATION, Michel Butor - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Didier WAGNEUR
  •  • 1 195 mots
  •  • 1 média

Troisième roman de Michel Butor, La Modification a obtenu le prix Théophraste Renaudot en 1957. Cette distinction faisait suite au prix Fénéon et au prix des critiques qui avaient été attribués à deux romans d'Alain Robbe-Grillet, respectivement Les Gommes en 195 […] Lire la suite

ALCHIMIE

  • Écrit par 
  • René ALLEAU, 
  • Universalis
  •  • 13 655 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le langage alchimique »  : […] Dans une étude publiée par la revue Critique , en 1953, Michel Butor a analysé avec beaucoup de clarté les problèmes posés par l'alchimie et son langage : « Tant qu'une transmission orale était la règle, écrit-il, ces livres ont pu être des sortes d'aide-mémoire, chiffrés de façon très simple. Pour avoir un exposé de la suite des manipulations prévues et des transformations cherchées, il suffisai […] Lire la suite

ROMANTISME

  • Écrit par 
  • Henri PEYRE, 
  • Henri ZERNER
  •  • 22 144 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Bilan et survie du romantisme »  : […] On a vainement essayé d'assigner des dates à la fin de la poussée romantique en divers pays d'Europe. On a fait état de diverses condamnations qui ont souligné, dès 1830 ou 1840 selon les pays, les excès, les faiblesses, les ridicules du romantisme. Matthew Arnold a voulu persuader les Anglais de se détourner du byronisme pour lire Goethe, ou pour se mettre à l'école des Grecs ou de la France de S […] Lire la suite

KOERING RENÉ (1940- )

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 306 mots

Né à Andlau (Bas-Rhin) le 27 mai 1940, le compositeur français René Koering étudie le piano et le hautbois à Strasbourg. Très tôt, son intérêt se porte sur la théorie et l'écriture musicales. Dès l'âge de quinze ans, il se penche sur les conceptions dodécaphoniques et sérielles d'Arnold Schönberg. Bien qu'influencé par Béla Bartók et Igor Stravinski, il commence à composer dans un style sériel. E […] Lire la suite

POUSSEUR HENRI (1929-2009)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 3 477 mots

Dans le chapitre « L'aléatoire et « Votre Faust » »  : […] En 1957 et 1958, Pousseur compose Mobile , pour deux pianos, dédié à Pierre Boulez, et qui répond à la fois aux Structures pour deux pianos de ce dernier et au Klavierstück XI de Stockhausen, pièces dans lesquelles ces deux compositeurs, chacun à leur manière, laissaient à l'interprète certaines possibilités de choix dans l'exécution de l'œuvre. Dès cette époque, Pousseur se préoccupe en effet […] Lire la suite

RÉCIT DE VOYAGE

  • Écrit par 
  • Jean ROUDAUT
  •  • 7 143 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La question de l'enjeu »  : […] Cependant, c'est l'enjeu du voyage qui le fonde véritablement, en justifie les descriptions et fait de constructions hasardeuses des systèmes symboliques. La quête de richesse rend essentiels les renseignements précis sur la route de la soie. Plus tard, la volonté de savoir délimite les modes d'interrogation : la réflexion anthropologique des libertins du xvii e  siècle et des philosophes du xvii […] Lire la suite

ROMAN - Le personnage de roman

  • Écrit par 
  • Michel ZÉRAFFA
  •  • 6 221 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les aspects de la personne »  : […] La variance, les accidents, les détours qui caractérisent l'existence des personnages romanesques ont une cause sociologique profonde. Si vaste et divers soit-il, l'univers du roman compte peu de grands de ce monde. La nécessité de parvenir, au sens le plus général du terme, commande presque toujours les conduites du personnage. Il n'a pas un destin, mais une destinée qui est la résultante de deux […] Lire la suite

ROMAN - Le nouveau roman

  • Écrit par 
  • Pierre-Louis REY
  •  • 4 683 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Nouvelles techniques, nouvelle vision du monde »  : […] Les débuts du nouveau roman ne coïncident pas par hasard avec ceux de la « nouvelle vague » (expression employée pour la première fois dans L'Express , à l'automne de 1957, pour désigner une nouvelle génération de cinéastes). Les films de la nouvelle vague présentent entre autres originalités une bande-son où les voix ne sont plus hiérarchisées de manière à permettre une claire écoute des acteurs […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean ROUDAUT, « BUTOR MICHEL - (1926-2016) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 juillet 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-butor/