BAKOUNINE MICHEL (1814-1876)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le théoricien du socialisme libertaire

Dieu, incompatible avec la liberté de l'homme

Bakounine est sans doute le plus athée des doctrinaires anarchistes. Aussi la Déclaration de l'Alliance bakouninienne débute-t-elle par une profession de foi athée. Tout en reconnaissant que la religion fut nécessaire à l'évolution humaine, Bakounine n'en estime pas moins que le moment est venu de mettre fin à l'« esclavage divin ». « Par la religion, l'homme animal, en sortant de la bestialité, fait un premier pas vers l'humanité, mais tant qu'il restera religieux, il n'atteindra jamais son but, parce que toute religion le condamne à l'absurde et, faussant la direction de ses pas, le fait chercher le divin au lieu de l'humain. » L'esclavage divin est d'autant plus redoutable qu'il justifie et conditionne tous les autres esclavages. C'est Dieu qui est la source de toute autorité humaine, c'est sur Dieu que repose tout pouvoir. Il faut donc nier Dieu, moins parce qu'il n'existe pas que parce que son existence est incompatible avec la liberté de l'homme. « Si Dieu est, l'homme est esclave, or l'homme peut et doit être libre, donc Dieu n'existe pas. »

L'État, danger permanent

L'État apparaissant aux yeux de Bakounine comme le « frère cadet de l'Église », puisqu'il se réclame d'une origine transcendante, sa disparition doit accompagner celle de la religion. L'État n'est donc pas quelque chose d'absolu, de définitif, c'est « une institution historique, transitoire, une forme passagère de la société ». L'État constitue un danger permanent, non seulement pour ceux qui sont gouvernés, mais aussi pour ceux qui gouvernent. Loin d'assurer un ordre profitable à tous, il maintient un semblant d'ordre imposé par une minorité qui en profite pour exploiter la majorité ignorante. Mais, du fait même que cette minorité vit d'exploitation, elle finit nécessairement par perdre ses qualités humaines. « C'est le propre du privilège et de toute position privilégiée que de tuer l'esprit et le cœur des hommes. L'homme privilégié, soit politiquement, soit économiquement, [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Autres références

«  BAKOUNINE MICHEL (1814-1876)  » est également traité dans :

ANARCHISME

  • Écrit par 
  • Henri ARVON, 
  • Jean MAITRON, 
  • Robert PARIS
  • , Universalis
  •  • 13 333 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La Ire Internationale »  : […] Si l'on ne recherche qu'un acte de naissance, il n'y a pas à faire l'histoire de l'A.I.T. Ses premiers congrès subirent des influences proudhoniennes combattues par Marx, qui les jugeait préjudiciables au mouvement ouvrier. Proudhon était mort en janvier 1865 et l'affrontement n'aurait peut-être pas dépassé celui des idées si Bakounine n'avait pris la relève, en adhérant personnellement à l'Inter […] Lire la suite

COMMUNISME - Histoire

  • Écrit par 
  • Annie KRIEGEL
  •  • 13 805 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La Ire Internationale »  : […] À partir de 1860, le trade-unionisme se répand en Angleterre et, partout en Europe, se forment les premiers syndicats parmi les travailleurs qualifiés. La I re  Internationale, dite A.I.T. (Association internationale des travailleurs), est définitivement fondée le 29 septembre 1864, à Londres, par quelques délégués qui approuvent le projet français de créer des sections européennes que dirige un […] Lire la suite

MARX KARL (1818-1883)

  • Écrit par 
  • Étienne BALIBAR, 
  • Pierre MACHEREY
  •  • 8 533 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La fin de l'Internationale »  : […] Avec la Commune de Paris, le « spectre du communisme » s'est matérialisé. L'Internationale apparaît aux gouvernements de toute l'Europe comme l'ennemi à abattre à tout prix. Sur la proposition de Jules Favre, la répression est organisée en commun. Mais, refusant de suivre Marx dans les conséquences de son analyse et rejetant les leçons politiques de la Commune, les représentants du trade-unionism […] Lire la suite

NETCHAÏEV SERGUEÏ GUENNADIEVITCH (1847-1882)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 362 mots

Né dans une famille d'ouvriers, autodidacte, Netchaïev obtient un poste d'instituteur à Saint-Pétersbourg où il fréquente les cercles d'étudiants révolutionnaires. Poursuivi pour ses activités, il se réfugie à Genève où il rencontre Bakounine. Avec l'aide, semble-t-il, de ce dernier, il écrit Le Catéchisme révolutionnaire (1868) : il y développe sa conception de la révolution, comme œuvre de grou […] Lire la suite

NIHILISME

  • Écrit par 
  • Jean GRANIER
  •  • 4 432 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Révolte et nihilisme »  : […] En fait, le nihilisme commence à prendre conscience de soi lorsque D. I. Pissarev déclare la guerre aux institutions et à la culture existantes et lorsque V. G. Biélinski a l'audace d'écrire : « La négation est mon dieu. » Il en découle le refus de toute autorité qui n'émane pas du jugement individuel. Sous l'influence de Max Stirner, le pressentiment de la catastrophe incita les esprits les plus […] Lire la suite

SOCIALISME - Les Internationales

  • Écrit par 
  • Madeleine REBÉRIOUX
  •  • 7 742 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'organisation »  : […] L'A.I.T. se veut le « parti » mondial et non pas une fédération de partis nationaux, qui d'ailleurs n'existent pas encore. Elle s'organise en sections locales, régionales et parfois nationales, soit en recueillant l'adhésion de sociétés ouvrières qui lui préexistent, soit en suscitant des adhésions individuelles ou collectives. Ses structures sont assez centralisées, tout au moins en apparence, po […] Lire la suite

TERRORISME

  • Écrit par 
  • Gérard CHALIAND, 
  • Pierre DABEZIES, 
  • Sylvia PREUSS-LAUSSINOTTE, 
  • Jean SERVIER
  •  • 13 238 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Terrorisme et idéologie »  : […] Le xix e siècle, pour ne parler que de l'époque moderne, a été marqué dans sa première partie par l'affrontement de la France et de l'Angleterre – conséquence d'anciennes rivalités. Nous comprenons ainsi le soutien donné par Hoche, en 1796, aux patriotes irlandais. La seconde moitié du xix e  siècle voit l'émergence et l'affirmation en Europe d'une Allemagne unifiée sous la domination prussienne, […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Henri ARVON, « BAKOUNINE MICHEL - (1814-1876) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-bakounine/