NETCHAÏEV SERGUEÏ GUENNADIEVITCH (1847-1882)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né dans une famille d'ouvriers, autodidacte, Netchaïev obtient un poste d'instituteur à Saint-Pétersbourg où il fréquente les cercles d'étudiants révolutionnaires. Poursuivi pour ses activités, il se réfugie à Genève où il rencontre Bakounine. Avec l'aide, semble-t-il, de ce dernier, il écrit Le Catéchisme révolutionnaire (1868) : il y développe sa conception de la révolution, comme œuvre de groupes terroristes clandestins qui ont pour rôle de démanteler l'édifice social en éliminant ses dirigeants ; il définit l'attitude du révolutionnaire envers lui-même, ses camarades, la société et les « libéraux de toutes nuances ». Mais surtout il soutient la thèse que le révolutionnaire doit accentuer les souffrances du peuple, afin que celui-ci trouve le courage de se révolter. Le Catéchisme sera l'un des ouvrages de référence des nihilistes russes.

En août 1869, Netchaïev retourne en Russie et, se recommandant de Bakounine, fonde à Moscou le Comité de la vindicte du peuple. Celui-ci est organisé de façon très rigide et une obéissance aveugle est exigée de ses membres. Après avoir assassiné l'étudiant Ivanov, qu'il accuse de trahison, il est obligé de fuir et s'installe en Allemagne. (Dostoïevski s'est inspiré de cet épisode de la carrière de Netchaïev dans son roman Les Possédés.) Puis Netchaïev rejoint Bakounine, mais celui-ci, effrayé de son cynisme et de sa violence, rompt avec lui. Netchaïev se réfugie alors à Londres, où il est mal accueilli dans les milieux révolutionnaires. On le trouve en 1870 à Paris, où il demeure jusqu'au début de la Commune. Il revient alors en Suisse, où il est arrêté et extradé en octobre 1872. Jugé à Saint-Pétersbourg, il est condamné à vingt ans de travaux forcés, peine commuée par le tsar lui-même en détention à vie. Incarcéré à la forteresse Pierre-et-Paul, il parvient à maintenir des relations avec le mouvement populiste Terre et Liberté ; il réussit même à convertir ses geôliers. Il meurt d'épuisement après dix ans d'emprisonnement.

—  Paul CLAUDEL

Écrit par :

Classification


Autres références

«  NETCHAÏEV SERGUEÏ GUENNADIEVITCH (1847-1882)  » est également traité dans :

BAKOUNINE MICHEL (1814-1876)

  • Écrit par 
  • Henri ARVON
  •  • 1 660 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le Titan »  : […] L'activité révolutionnaire de Bakounine répond à un besoin quasi physiologique. « Titan à la tête de lion, avec un superbe hérissement de crinière », il se sent à l'étroit dans une civilisation qui n'est pas faite à la mesure de son tempérament primitif et brutal. « Au fond de la nature de cet homme, dit de lui son ami Herzen, se trouve le germe d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-bakounine/#i_5429

NIHILISME

  • Écrit par 
  • Jean GRANIER
  •  • 4 432 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Révolte et nihilisme »  : […] En fait, le nihilisme commence à prendre conscience de soi lorsque D. I. Pissarev déclare la guerre aux institutions et à la culture existantes et lorsque V. G. Biélinski a l'audace d'écrire : « La négation est mon dieu. » Il en découle le refus de toute autorité qui n'émane pas du jugement individuel. Sous l'influence de Max Stirner, le pressenti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nihilisme/#i_5429

Pour citer l’article

Paul CLAUDEL, « NETCHAÏEV SERGUEÏ GUENNADIEVITCH - (1847-1882) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/serguei-guennadievitch-netchaiev/