HANEKE MICHAEL (1942- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ce qui se montre et ce qui ce cache

Cela a conduit le cinéaste à développer sa réflexion sur le phénomène de la violence, révélateur des fractures du monde actuel. 71 Fragments d'une chronologie du hasard (1994) explore la disparition du lien humain à travers l'histoire d'un étudiant de dix-neuf ans qui tue plusieurs personnes sans mobile apparent. Funny Games se veut davantage une mise en évidence de la violence érigée en principe de plaisir par un certain cinéma. Face aux deux sadiques qui déciment la famille du film, le spectateur prend conscience du danger qu'il y a à accepter la tuerie, ici insupportable, comme une convention de scénario. La Pianiste est une nouvelle approche des phénomènes d'oppression, nourrie par la sensibilité d'Elfriede Jelinek, auteur du roman et Prix Nobel de littérature en 2004. « Dressée » pour devenir l'interprète des grands compositeurs de la grande culture musicale, une femme, interprétée par Isabelle Huppert, croit trouver sa liberté en brisant des tabous sexuels qui la renvoient à un rapport de maître à esclave. Dans ce film, qui fut son plus grand succès public et qui obtint le grand prix du jury au festival de Cannes, Haneke met mieux que jamais à profit ses principes de mise en scène, fondés sur la composition et le temps du plan, souvent prolongé jusqu'à devenir séquence. Dans cette parabole féministe sur la guerre des sexes, le metteur en scène et ses comédiens s'exposent à tous les risques : excès, choix d'un registre indécidable, entre le risible et l'insupportable.

Sombre, mais non dénuée d'une ironie lucide (qui fut essentielle dans son adaptation de Jelinek), l'inspiration d'Haneke s'est tournée, dans Code inconnu (2000), vers la question, plus traditionnelle, des sentiments, de la solidarité, de l'entraide. Avec Caché (2005), il revient à l'observation d'une famille bourgeoise, ici parisienne, dont le confort matériel et moral est soudain menacé par une étrange forme de harcèlement : des cassettes vidéo anonymes arrivent au domicile de ces intellectuels tranquilles, montrant que leur vie est surveillée. Construit comme [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  HANEKE MICHAEL (1942- )  » est également traité dans :

AMOUR (M. Haneke)

  • Écrit par 
  • Michel CIEUTAT
  •  • 1 062 mots

Onzième long-métrage de Michael Haneke réalisé pour le grand écran, Amour ne peut surprendre que ceux qui perçoivent d'abord ce cinéaste sous l'angle de la violence, du pessimisme ou de la froideur intellectuelle. En effet, ce film – qui montre un couple d'octogénaires, lié par une complicité tant amoureuse que culturelle, soudain […] Lire la suite

CACHÉ (M. Haneke)

  • Écrit par 
  • Frédéric STRAUSS
  •  • 959 mots

Des Autrichiens, ses compatriotes, Michael Haneke a souvent décrit une curieuse et désagréable manie. « On me demande toujours, quand je suis à l'étranger, pourquoi les écrivains et les cinéastes autrichiens sont si durs, si pessimistes et déprimants dans leur vision du monde. Mon idée est que les Autrichiens sont passés maîtres dans l'art de cacher s […] Lire la suite

FUNNY GAMES U.S. (M. Haneke)

  • Écrit par 
  • Raphaël BASSAN
  •  • 1 123 mots

Funny Games U.S. (2008) se présente comme une « copie » assez fidèle du film éponyme autrichien de 1997, réalisé par le même Michael Haneke. Pourtant, la période et le pays de l'action ayant changé, c'est un film différent qui en émerge concrètement. Si le cinéaste a cru nécessaire de revenir sur ce précédent tr […] Lire la suite

LA PIANISTE (M. Haneke)

  • Écrit par 
  • Frédéric STRAUSS
  •  • 966 mots

Les trois prix décernés à La Pianiste par le jury du festival de Cannes, en mai 2001, ont salué un film et des acteurs impressionnants (Isabelle Huppert et Benoît Magimel), tout en consacrant une des révélations du cinéma européen des années 1990, l'Autrichien Michael Haneke. À l'œuvre depuis le milieu des années 1970 à la télévisi […] Lire la suite

LE RUBAN BLANC (M. Haneke)

  • Écrit par 
  • Pierre GRAS
  •  • 1 049 mots

Splendeur du noir et blanc, puissance de l'évocation historique, dénonciation de la violence : trois qualités du Ruban blanc, le dixième long-métrage de Michael Haneke, palme d'or du festival de Cannes 2009. Le cinéaste autrichien, qui avait longtemps pris le parti de choquer par sa manière de peindre la violence – jusqu'au rejet p […] Lire la suite

CINÉMA ET OPÉRA

  • Écrit par 
  • Jean-Christophe FERRARI
  •  • 3 255 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Des cinéastes à l'opéra »  : […] Nombreux, on l'a dit, sont les cinéastes qui sont aussi metteurs en scène d'opéra. Visconti est un des premiers, avec La Traviata de Giuseppe Verdi, à importer sur une scène d'opéra, à la Scala en 1955, certains codes et certaines règles de l'expression cinématographique. Il renouvelle ainsi l'art lyrique avec cet opéra ainsi que La Vestale de Gaspare Spontini, La Sonnambula de Vincenzo Bellini […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Frédéric STRAUSS, « HANEKE MICHAEL (1942- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/michael-haneke/