Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

METCHNIKOV ILIA ILITCH ou ÉLIE (1845-1916)

Ilia Metchnikov

Ilia Metchnikov

Zoologiste et immunologiste d’origine russe, Ilia (ou Ilya) Ilitch Metchnikov, francisé en Élie Metchnikoff, est surtout connu pour avoir montré l’existence de l’immunité cellulaire, plus tard appelée « immunité innée » ou « immunité non spécifique ». Il s’est opposé à ceux qui, comme Paul Ehrlich, ont soutenu que l’immunité était une propriété du liquide sanguin (immunité dite humorale, acquise ou spécifique). En attribuant à ces deux scientifiques, en 1908, le prix de médecine ou physiologie, le comité Nobel concilie ces deux théories.

Un zoologiste darwinien

Né en 1845 dans la province de Kharkov (aujourd’hui Kharkiv en Ukraine), Ilia Metchnikov entre au lycée dans cette ville et se passionne pour la biologie, encouragé par sa mère. Il étudie ensuite la zoologie à l’université, toujours à Kharkov, puis commence ses pérégrinations dans l’Europe savante des universités et des stations marines (Héligoland, Göttingen, Naples et sa célèbre station marine, Giessen, Munich, Messine). Il y fera des observations capitales sur les invertébrés marins dont il devient un spécialiste.

Nommé professeur à l’université de Saint-Pétersbourg en 1869, il devient professeur titulaire de zoologie et d’anatomie comparée à l’université d’Odessa dès l’année suivante. Les stations marines sont en pleine expansion dans le monde depuis la fin des années 1850 : elles permettent aux zoologistes d’étudier sur les invertébrés des phénomènes difficiles à aborder chez les vertébrés et de construire une biologie nouvelle dans une perspective comparative. Ces séjours jouent dans la carrière de Metchnikov le même rôle que le tour du monde à bord du Beagle pour Darwin : Metchnikov collecte des faits, des observations, dont il tirera plus tard une grande synthèse.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : maître de conférences en épistémologie et histoire des sciences, université de Bordeaux

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Ilia Metchnikov

Ilia Metchnikov

Autres références

  • PHAGOCYTOSE ET IMMUNITÉ INNÉE

    • Écrit par Gabriel GACHELIN
    • 234 mots
    • 1 média

    On peut dire que, après la découverte de l'immunisation induite préventive (Jenner, 1796), la découverte de l'immunité cellulaire par le savant d'origine ukrainienne Ilia Metchnikov (1845-1916) a constitué la deuxième étape importante dans la mise en place de l'immunologie...

  • DÉCOUVERTE DES DÉFENSES IMMUNITAIRES DES INSECTES

    • Écrit par Gabriel GACHELIN
    • 660 mots

    Ilia (Élie) Metchnikov démontre, en 1882, la capacité des cellules intestinales de l’étoile de mer à ingérer et détruire des particules étrangères, dont les microbes. Il appelle ces cellules des « phagocytes ». Ce phénomène, la phagocytose, est universel ; c’est une réponse...

  • IMMUNOLOGIE

    • Écrit par Joseph ALOUF, Pierre GRABAR
    • 5 262 mots
    • 8 médias
    Un autre aspect des phénomènes immunologiques est né en 1881 lorsque un zoologiste russe, E. Metchnikoff (1845-1916), travaillant à Messine (Italie), a montré que les cellules mobiles des larves d'étoiles de mer entourent en peu de temps un objet étranger (il s'agissait d'épines de roses). C'était...
  • MEMBRANES CELLULAIRES

    • Écrit par Gabriel GACHELIN
    • 5 792 mots
    • 9 médias
    ...divers, leur nourriture : on parle de pinocytose, phénomène non spécifique. En 1886, lors de son séjour au laboratoire de biologie marine de Messine, Elie Metchnikoff observe que des cellules de l'intestin d'une étoile de mer sont capables de fixer des particules, puis de les internaliser : on parle...
  • MICROBIOME ET SANTÉ

    • Écrit par Chih-Jung CHANG, Yun-Fei KO, Hsin-Chih LAI, Jan MARTEL, David OJCIUS, John D. YOUNG
    • 6 510 mots
    • 4 médias

    Notre corps abrite une communauté complexe de milliards de microbes, surtout des bactéries, mais aussi des virus, levures et protozoaires, un nombre à peu près équivalent à celui des cellules humaines. Dans des conditions normales, cette population vit en équilibre avec l’organisme et joue plusieurs...

Voir aussi