GORKI MAXIME (1868-1936)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le second exil

Cette conception volontariste et collectiviste de la vie et de l'histoire explique aussi le ralliement de Gorki aux bolcheviks, auxquels il reprocha d'abord violemment (Pensées intempestives, articles de 1917-1918) d'avoir déclenché prématurément la révolution dans un pays arriéré. Ainsi il accuse le « tandem Lénine-Trotski » de faire une « expérience cruelle » sur le peuple russe, et s'effraie du déchaînement des « instincts zoologiques ». Il s'efforce de sauver de la faim ou de l'arrestation écrivains et savants, défend le patrimoine culturel contre le vandalisme, lance d'ambitieux projets éditoriaux. Excédé par sa « vaine agitation », Lénine lui conseille d'aller soigner sa santé à l'étranger. Gorki finit par partir, le 16 octobre 1921, pour un long exil, d'abord en Allemagne et en Tchécoslovaquie, puis à Sorrente à partir de 1924. Il suit attentivement la vie littéraire soviétique, distribuant conseils et critiques. Ses souvenirs et l'étude du passé nourrissent son œuvre : il écrit La Maison Artamonov (1925), un roman de famille sur l'origine et la dégénérescence d'une dynastie de manufacturiers, et s'attelle en 1925 à un roman-fleuve qu'il ne terminera pas, La Vie de Klim Samguine, dédié à Maria Zakrevskaïa, sa secrétaire et nouvelle compagne. Sur fond d'événements historiques vus à travers le prisme d'un antihéros – un avocat raisonneur – Gorki suit la dissolution de l'intelligentsia libérale de 1879 à 1917.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : professeur de langues et littératures slaves à l'université de Caen

Classification


Autres références

«  GORKI MAXIME (1868-1936)  » est également traité dans :

DONSKOÏ MARK SEMENOVITCH (1901-1981)

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 668 mots

L'un des plus originaux parmi les cinéastes soviétiques est né à Odessa, où son père était ouvrier (la date exacte de sa naissance est inconnue à une ou deux années près). En 1917, la révolution lui « permet de faire des études », comme il le dira plus tard. Après deux années de médecine pendant lesquelles il songe à devenir psychiatre, il opte pou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mark-semenovitch-donskoi/#i_1008

ENFANCE, Maxime Gorki - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel NIQUEUX
  •  • 1 066 mots
  •  • 1 média

Enfance (1913) est le premier volet de la trilogie autobiographique de Gorki (1868-1936), poursuivie avec En gagnant mon pain (1916) et Mes Universités (1923). Déjà célèbre pour ses Récits et croquis (1898), ses pièces de théâtre ( Les Bas-Fonds , 1903), ses romans ( La Mère , 1907) et d'autres œuvres sur la province russe nourries des impres […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/enfance-maxime-gorki/#i_1008

RUSSIE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Michel AUCOUTURIER, 
  • Marie-Christine AUTANT-MATHIEU, 
  • Hélène HENRY, 
  • Hélène MÉLAT, 
  • Georges NIVAT
  •  • 25 103 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'hémorragie de la première émigration »  : […] À la fin de la guerre civile, perdue par les armées blanches, ce sont les trois quarts de l'intelligentsia russe qui fuient. Mikhaïl Boulgakov en fera un tableau amer et sarcastique dans une pièce de 1929 : Beg ( Fuite ). Quant à ceux qui ne fuient pas, on va bientôt les chasser du pays. En août 1922 eut lieu, sur ordre de Lénine, la fameuse expuls […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/russie-arts-et-culture-la-litterature/#i_1008

Pour citer l’article

Michel NIQUEUX, « GORKI MAXIME - (1868-1936) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/maxime-gorki/