Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PLANCK MAX (1858-1947)

La découverte de la formule du rayonnement

Le sommet de la carrière scientifique de Planck se situe donc en 1899-1900, lorsqu'en s'appliquant aux problèmes de l'actualité, en esprit indépendant et profondément informé de l'importance de la notion d'entropie pour tout ce qui concerne l'énergétique, il découvre une formule possible d'interpolation entre les indications déduites de résultats expérimentaux :

uν désigne la densité d'énergie attribuable à la radiation de fréquence ν, c la vitesse de la lumière, T la température absolue et h une constante. Cette formule s'est révélée rapidement satisfaisante. Et la valeur de h, nouvelle constante physique, a été plus tard plusieurs fois précisée (6,625 × 10—34 J.s).

Mais toute l'importance de la découverte de Planck, présentée pour la première fois le 14 décembre 1900 au cours d'une séance de la Société allemande de physique à Berlin, ne consiste pas dans une opération formelle ou dans l'habileté mathématique. Elle réside surtout dans l'interprétation révolutionnaire de la signification physique de la constante h. Planck lui donna dès l'abord le nom de quantum élémentaire d'action, à la fois parce qu'elle a les dimensions d'une action (énergie multipliée par un temps) et parce qu'elle n'intervient en définitive que par multiples entiers. C'était bien introduire une composition granulaire là où tous les physiciens pensaient que la continuité était reine.

Conscient de la difficulté de cette révolution, Planck s'efforça pendant plusieurs années « d'ajuster le quantum élémentaire d'action, d'une manière ou d'une autre, au cadre de la physique classique ». Il avait l'intention de déduire la théorie du rayonnement de la théorie cinétique et des lois de la mécanique classique, mais, à la fin, il a dû accepter des concepts atomistiques. Un certain rôle a été joué, semble-t-il, par Boltzmann à qui Planck avait communiqué un de ses essais en le soumettant à son appréciation. Boltzmann lui répondit qu'il ne pourrait jamais faire une théorie vraiment correcte sur la thermodynamique statistique du rayonnement sans introduire un élément de discontinuité encore inconnu dans le processus de rayonnement. Planck déclare dans son autobiographie que ses tentatives, quoique vaines, lui apparaissaient sous un jour tout différent de celui qui frappait ses collègues : « Je savais désormais en toute certitude, écrit-il, que le quantum élémentaire d'action joue dans la physique un rôle beaucoup plus important que je n'étais porté à le pressentir au début, et cette acquisition me fit clairement sentir la nécessité d'introduire des méthodes radicalement neuves de calcul et de raisonnement dans le traitement des problèmes atomiques. »

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Max Planck - crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Max Planck

Autres références

  • QUANTUM DE PLANCK

    • Écrit par Bernard PIRE
    • 204 mots
    • 1 média

    Le 14 décembre 1900, Max Planck (1858-1947), professeur de physique à l'université de Berlin, propose, lors d'une séance de la Société allemande de physique, une vision radicalement nouvelle du rayonnement des corps portés à haute température. Deux mois plus tôt, il avait explicité la distribution...

  • ATOME

    • Écrit par José LEITE LOPES
    • 9 140 mots
    • 13 médias
    ...la description des processus atomiques exigerait un changement encore plus radical des idées issues de la physique classique a été la découverte par Planck, en 1901, d'une nouvelle constante universelle, le quantum d'action h, et des quanta d'énergie. Formulée pour résoudre le problème de...
  • ATOMIQUE PHYSIQUE

    • Écrit par Philippe BOUYER, Georges LÉVI
    • 6 651 mots
    • 1 média
    ...petites longueurs d'onde, car elle prévoyait une croissance infinie de l'énergie rayonnée (catastrophe ultraviolette) Pour remédier à cette incohérence, Max Planck imagina, ce qu'il croyait n'être qu'un artifice de calcul, que l'énergie ne pouvait exister que sous forme de quanta d'énergie ...
  • CAUSALITÉ

    • Écrit par Raymond BOUDON, Marie GAUTIER, Bertrand SAINT-SERNIN
    • 12 987 mots
    • 3 médias
    « Cette dualité entre lois dynamiques et lois statistiques est étroitement liée, observe Max Planck, à l'opposition entre macrocosme et microcosme. » La recherche d'une explication causale des phénomènes ne va pas disparaître sous l'effet du développement de théories physiques recourant au ...
  • ÉNERGIE - La notion

    • Écrit par Julien BOK
    • 7 543 mots
    • 4 médias
    L'idée du quantum d'énergie a été introduite par Planck en 1901 pour expliquer le rayonnement du corps noir. L'hypothèse fondamentale de Planck était la suivante : la matière ne peut interagir avec un rayonnement de fréquence ν qu'avec absorption ou émission d'un nombre ...
  • Afficher les 10 références

Voir aussi