PIALAT MAURICE (1925-2003)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Quand vient la fin

L'histoire d'amour de Nous ne vieillirons pas ensemble (1972) commence au moment où cette histoire même est déjà finie entre Jean (Jean Yanne) et Colette (Marlène Jobert). Comme François, Jean mêle tentatives de « recoller les morceaux » et comportements odieux, provoquant l'irréversible. Par la suite, Loulou (1980), À nos amours (1983), Police (1985) donneront à voir des personnages en situation de déshérence sentimentale, dont le parcours s'achève avec une nouvelle rupture. Situations que démultiplient aussi bien Passe ton bac d'abord (1978) que Le Garçu (1995)... De même lorsque Van Gogh, dans le film éponyme (1991), arrive à Auvers, après l'internement à Saint-Rémy, tout semble joué, malgré les dernières œuvres et la romance avec Marguerite Gachet. Tous ces personnages ressentent un manque, qui ne se réduit pas à la perte d'un paradis perdu, qu'ils n'ont pu qu'imaginer. Le seul paradis décrit longuement est celui où vit le jeune héros du feuilleton réalisé pour la télévision en 1970, La Maison des bois, sur lequel pèse la menace d'un arrachement inéluctable.

Ainsi au seuil de tout film de Pialat, « le mal est fait », constatait Jean Narboni à propos de Passe ton bac d'abord. Ce mal qui, comme dans L'Amour existe, pousse chacun à se sentir rejeté, tenu à l'extérieur de ce qui devrait être le centre de sa vie.

Ce mal originel, jamais désigné, s'apparente à celui que décrit le philosophe Clément Rosset dans des ouvrages qui pourraient acompagner La Gueule ouverte (1974) ou Nous ne vieillirons pas ensemble : Le Principe de cruauté, Logique du pire. Rosset comme Pialat constatent « la nature intrinsèquement cruelle et tragique de la réalité. [...] L'homme est la seule créature connue à avoir conscience de sa propre mort [...], mais aussi la seule à rejeter sans appel l'idée de la mort. » Que Pialat, au lieu de profiter du grand succès public de Nous ne vieillirons pas ensemble, le seul qu'il ait connu avant Police et Van Gogh, ait choisi de filmer la lente agonie d'une femme, atteinte d'un cancer, personnage inspiré de sa propre mère (La Gueule ouve [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

  • : critique et historien de cinéma, chargé de cours à l'université de Paris-VIII, directeur de collection aux Cahiers du cinéma

Classification


Autres références

«  PIALAT MAURICE (1925-2003)  » est également traité dans :

SOUS LE SOLEIL DE SATAN, film de Maurice Pialat

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 990 mots

Auteur franc-tireur venu tard à la réalisation cinématographique, Maurice Pialat (1925-2003) a connu des triomphes (Nous ne vieillirons pas ensemble, 1972), comme des échecs commerciaux, avec des films dont précisément l'échec dans les rapports entre êtres humains constitue le thème obsédant. La sortie, en 1986, de P […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sous-le-soleil-de-satan-maurice-pialat/#i_84137

BONNAIRE SANDRINE (1967- )

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 470 mots

Sandrine Bonnaire est la septième d'une famille modeste de onze enfants. Née à Gannat (Auvergne), le 31 mai 1967, elle passe son enfance à Grigny, dans l'Essonne, où elle obtient un CAP de coiffure. Sa carrière cinématographique naît à son insu un jour de 1982, lorsqu'elle accompagne deux de ses sœurs au casting des Meurtrières . Le projet de Maurice Pialat restera inabouti mais, lorsqu’il réalis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sandrine-bonnaire/#i_84137

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 812 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Le cinéma français »  : […] Dans l'espace occidental, il est le seul concurrent sérieux de son homologue américain. Le soutien étatique et le dynamisme de la production fondée sur la relation privilégiée avec la chaîne de télévision Canal Plus (qui s'est imposée comme le grand argentier du cinéma français) n'expliquent cependant pas tout. Si dans d'autres domaines la France a fait valoir, à tort ou à raison, la prépondéranc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-aspects-generaux-histoire/#i_84137

DEPARDIEU GÉRARD (1948- )

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 2 430 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Penser avec son corps »  : […] Chaque fois renouvelés, ses rôles dessinent un personnage marqué par la puissance corporelle de l'acteur et par une énergie qui le pousse aux extrêmes, mais aussi par la faiblesse et l'angoisse. Claude Régy définit fort bien l'homme inséparable de l'acteur : « Avec Depardieu, ce qui est complètement donné, c'est qu'il y a là un être vivant. [...] C'est quelqu'un qui ne pense pas, c'est quelqu'un q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gerard-depardieu/#i_84137

Voir aussi

Pour citer l’article

Joël MAGNY, « PIALAT MAURICE - (1925-2003) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/maurice-pialat/