DOUGLAS MARY (1921-2007)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mary Douglas est une anthropologue britannique dont les travaux comparatistes sont reconnus parmi les plus novateurs. Fille d’un administrateur colonial de l’Indian Civil Service en poste en Birmanie, elle part en Angleterre dès 1926 pour y réaliser une scolarité au sein de prestigieuses institutions catholiques. L’originalité de sa trajectoire intellectuelle tire sans doute sa source d’une formation religieuse qui l’a rendue attentive aux formes symboliques de la croyance. Elle est également associée à l’influence exercée par son professeur, Edward Evans-Pritchard, dont l’antiorganicisme a notamment contribué à transformer l’appréhension des phénomènes de magie et de religion. Ses travaux la mèneront des objets les plus classiques de sa discipline à des travaux sur l’anthropologie de la consommation et du risque dans les sociétés modernes. Diplômée de l’université d’Oxford, elle travaille pour le British Colonial Office jusqu’en 1947. Elle achève ensuite son doctorat au sein de son université d’origine et devient professeur d’anthropologie sociale à l’University College of London où elle enseignera pendant vingt-cinq ans. Elle part ensuite pour les États-Unis ou elle achèvera sa carrière officielle avant d’être élue Fellow of the British Academy en 1989.

En 1949, Mary Douglas se rend au Congo belge pour y mener une première enquête sur une société matrilinéaire du Kasai : les Lele. C’est notamment par des règles matrimoniales polyandriques que ces populations offrent la possibilité à certaines femmes d’avoir plusieurs maris. Ses premières publications rompent avec les habitudes fonctionnalistes centrées sur l’analyse des institutions permettant aux groupes de maintenir leur cohérence collective. Elles se démarquent aussi de l’idéalisme d’une ethnologie française marquée par Marcel Griaule. Grâce à un intense travail empirique, Mary Douglas entreprend de rendre compte de la pensée Lele. Mais elle s’empare surtout de la discordance entre l’idéel et le réel, de l’écart entre ce que disent les institutions et les pratiques concrètes des individus, du décalage entre les règles implicites et explicites.

L’ouvrage Purity and Danger, paru en 1966, marque un tournant important où s’affirme pour la première fois la dimension comparatiste de sa réflexion. Le texte s’interroge sur le sens des catégorisations, des divisions mentales, par lesquelles les sociétés tentent de rendre le monde intelligible. Il se propose d’analyser les phénomènes rituels dans ce qu’ils imposent comme distinction entre le pur et l’impur, entre le tabou et le dicible. Contrairement au projet structuraliste de Claude Lévi-Strauss, Mary Douglas ne cherche pas à reconstituer des universaux et des intemporels. Elle tente seulement de montrer comment les groupes cherchent à écarter ceux qui ne respectent pas certaines normes ou qui n’entrent pas dans les classifications communément admises. Elle en souligne d’autant mieux les dynamiques de changement induites par ces exclusions et ces réintégrations.

Mary Douglas s’empare à l’occasion d’un enjeu central de l’anthropologie britannique : la distinction entre magie et religion. La première est ordinairement associée à des comportements irrationnels et impropres alors que la seconde serait portée par des attitudes potentiellement orientées par la raison. L’ouvrage considère au contraire que les pratiques de la magie révèlent simplement les expériences du dégoût et du contentement qui organisent implicitement la vie quotidienne alors que la religion exprime les règles explicites par lesquelles s’ordonne le social. Comprendre les logiques de la magie permet donc de mesurer l’ordinaire de la souillure et de la propreté. Cette pratique ne renvoie jamais qu’à la réaffirmation de classifications non dénuées de contradictions, susceptibles de contestations, mais rarement vécues sur le registre de la transgression et du sacré. Cette réflexion, nourrie de concepts empruntés à la psychologie, débouche sur une série de textes prenant pour objet la consommation dans les sociétés modernes. Elle y condamne les approches utilitaristes pour montrer le caractère culturel d’un acte profondément collectif.

Néanmoins, sa réception française est surtout marquée par la parution en 1987 d’un des ouv [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : maître de conférences en science politique à l'université Paul-Valéry, Montpellier

Classification

Autres références

«  DOUGLAS MARY (1921-2007)  » est également traité dans :

ALIMENTATION (Comportement et pratiques alimentaires) - Anthropologie de l'alimentation

  • Écrit par 
  • Dominique FOURNIER
  •  • 6 084 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Interdits alimentaires »  : […] Toutes les cultures n'imposent pas leurs interdits ou prescriptions alimentaires avec la même rigueur. S'il ne manque pas de pouvoirs idéologiques pour proposer un idéal commun, beaucoup concèdent la possibilité d'une adaptation circonstanciée ou, pour le moins, d'une distinction entre les ascètes ou les saints, d'un côté, et le commun des mortels, de l'autre. Les religions juive et musulmane ont […] Lire la suite

CLASSIFICATION, sociologie

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 996 mots

Une classification est une représentation du monde ou d’une partie du monde. Elle est basée sur un principe de division et, le cas échéant, sur un principe de hiérarchie. Dans la préface des Mots et les C hoses (1966), Michel Foucault évoque « une certaine encyclopédie chinoise » dans laquelle « les animaux se divisent en a) appartenant à l’Empereur, b) embaumés, c) apprivoisés, d) cochons de lai […] Lire la suite

CONNAISSANCE

  • Écrit par 
  • Michaël FOESSEL, 
  • Yves GINGRAS, 
  • Jean LADRIÈRE
  •  • 9 092 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'historicisation des catégories kantiennes »  : […] Dans son projet de fonder l'autonomie de la sociologie par rapport à la psychologie et la philosophie, Émile Durkheim apporte une contribution majeure à la sociologie de la connaissance en s'attaquant aux catégories les plus fondamentales de l'entendement et de la sensibilité (temps, espace, nombre, cause, substance, etc.) et de la pensée logique. Jusque-là domaine réservé aux philosophes qui l […] Lire la suite

Pour citer l’article

Éric SORIANO, « DOUGLAS MARY - (1921-2007) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mary-douglas/