HUMPHREY DORIS (1895-1958)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Danseuse et chorégraphe américaine, née le 17 octobre 1895 à Oak Park (Illinois), morte le 29 décembre 1958 à New York, Doris Humphrey est l'une des pionnières de la danse moderne américaine et une innovatrice en matière de technique, de création et de théorie du mouvement chorégraphique.

Doris Humphrey étudie la danse dès son plus jeune âge. C'est une élève douée et passionnée. Après avoir obtenu son diplôme et enseigné pendant quatre ans à Chicago, elle rejoint en 1917 l'école de danse et la compagnie Denishawn (créées en 1915 par Ruth Saint Denis et Ted Shawn) à Los Angeles. Elle y devient rapidement l'une des principales danseuses solistes, et s'essaie à la chorégraphie dès 1920. Sa première création majeure, originellement dansée sur la Sonata tragica d'Edward MacDowell, est présentée en 1925. Cette œuvre possède une rythmique propre si puissante que Ruth Saint Denis la proposera ultérieurement comme la première pièce chorégraphique moderne américaine sans musique. Après une tournée de deux ans en Asie, Doris Humphrey et Charles Weidman, un autre danseur de la compagnie Denishawn, prennent la direction de l'école Denishawn de New York. Ils y resteront jusqu'en 1928, année où ils fondent l'école et la compagnie Humphrey-Weidman, qu'ils dirigeront jusqu'en 1944. Sybil Shearer, Katherine Litz et José Limón figurent parmi leurs disciples les plus célèbres.

La volonté d'Humphrey est de créer des chorégraphies exprimant son individualité et qui soient en phase avec l'Amérique contemporaine. Elle considère le mouvement comme « un arc tendu entre deux morts », selon sa célèbre formule, et théorise l'alternative chute/rétablissement d'une esthétique qui se construit entre l'équilibre parfait de l'immobilité et le déséquilibre fondamental d'une chute incontrôlable. Tout déplacement du centre de gravité du danseur en dehors de sa zone de stabilité doit être compensé par un ressaisissement corrigeant le déséquilibre impulsé pour empêcher la chute et restaurer l'équilibre. Plus le simulacre de chute est ample et audacieux, plus vigoureux sera le rétablissement. De la même manière dont l'espace se révèle un protagoniste fondamental des chorégraphies de Mary Wigman, Doris Humphrey utilise la gravité pour mettre en scène le désir de sécurité de l'être humain (équilibre), confronté à sa volonté de progresser et d'aller de l'avant (déséquilibre). Parmi ses théories novatrices, se trouve aussi l'idée qu'un mouvement n'est pas forcément l'expression d'une impulsion émotionnelle, mais peut produire lui-même du sens.

Les créations chorégraphiques d'Humphrey sont d'abord expérimentales, étayant son approche théorique et tentant de rendre à la danse sa simplicité essentielle de pur mouvement. Water Study (1928) met ainsi en scène sa théorie de l'alternative chute/rétablissement en s'appuyant sur des rythmes non musicaux (ressac, respiration humaine ou rythme cardiaque). Drama of Motion (1930) est une œuvre sans thème, également dansée sans musique. Décrite comme l'une des premières chorégraphies symphoniques, cette composition illustre la doctrine d'Humphrey sur la création de sens par le seul mouvement.

Une fois posées les fondements de son langage chorégraphique, Doris Humphrey produit des œuvres de plus en plus élaborées, débouchant sur une véritable forme d'art théâtral. Une pièce comme Dance of the Chosen (1931, mieux connue ultérieurement sous le titre The Shakers), mêle le son des tambours, à celui de l'accordéon et à des bribes de discours incohérent pour exprimer la nature extatique de la ferveur religieuse d'une secte protestante fanatisée. Dès 1936, sa trilogie New Dance, du nom de son troisième volet, est achevée, mais ne sera jamais dansée sur scène dans son intégralité. Cette composition, souvent considérée comme son chef-d'œuvre, explore les relations humaines à travers la danse dite symphonique. With My Red Fires, second volet de la trilogie, incarne l'amour romantique, thème jusqu'ici réputé inadapté ou inabordable pour la danse moderne. Le premier volet de la trilogie, Theater Piece, sera créé conjointement avec Weidman. Inquest (1944), œuvre engagée sur le mode de la contestation sociale et dans laquelle Doris Humphrey dansera sur scène pour la dernière fois, est une formidable démonstration de sa maîtrise à la fois de l'abstraction et du geste stylisé. Remarquée pour ses chorégraphies de groupe particulièrement réussies, Humphrey dégage la danse moderne du carcan réducteur de l'expr [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Classification

Autres références

«  HUMPHREY DORIS (1895-1958)  » est également traité dans :

BALLET

  • Écrit par 
  • Bernadette BONIS, 
  • Pierre LARTIGUE
  •  • 12 654 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Les pionniers de la danse moderne »  : […] Il existe une danse plus spécifiquement américaine qui dès le début du siècle bâtit sa propre histoire sur le terrain préparé par Isadora Duncan. Cet art est teinté de mysticisme. Ainsi, piétiste, autodidacte, delsartienne, Ruth Saint Denis (1877-1968) se sent une seconde Isis. Ce rêve de l'Orient, où elle n'ira qu'en 1921, la fait danser pieds nus. Épouse de Ted Shawn, elle fonde la Denishawn Sc […] Lire la suite

Pour citer l’article

« HUMPHREY DORIS - (1895-1958) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/doris-humphrey/