GAINSBOURG SERGE (1928-1991)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« J'ai du succès mais pas en tant qu'auteur, chanteur, acteur. Uniquement parce que je suis un personnage. Celui qui me voit une fois ne m'oublie pas. » (Serge Gainsbourg en 1965). De Gainsbourg à Gainsbarre, cet auteur, compositeur, interprète et provocateur aura parcouru toutes les modes et tous les styles musicaux, du jazz au rap, en passant par la pop, le rock – progressif et psychédélique –, le funk, les musiques afro-cubaines, le reggae...

« L'Homme à tête de chou »

Le succès n'est pas venu tout de suite pour Serge Gainsbourg, promu vedette de la chanson en 1958, à trente ans, avec Le Poinçonneur des Lilas (grand prix de l'Académie Charles-Cros). L'enfance de Lucien Ginsburg – né dans le ixe arrondissement de Paris le 2 avril 1928 – a été celle d'un fils de juifs émigrés russes. Il croise Fréhel, passe par le lycée Condorcet et, avec ses parents, émigre à Limoges pendant l'Occupation. Plus tard, il suit les cours des Beaux-Arts, travaille aux côtés d'André Lhote et de Fernand Léger, mais comprend que ses toiles ne le feront jamais vivre ; il ne reniera cependant jamais la peinture, sa première vocation. Il obtient par son père une place au cabaret Milord l'Arsouille, où il accompagne Michèle Arnaud (« Elle a été une des chances de ma vie, elle a eu l'intelligence de percevoir en moi un style nouveau. ») et interprète les standards du jazz. Cette vie nocturne d'artiste bohème rive gauche – on pense un peu à Boris Vian, qui d'ailleurs l'apprécie –, il ne s'en défera jamais complètement : c'est rue de Verneuil qu'il choisira d'habiter quand, fortune faite, il emménagera dans une maison du faubourg Saint-Germain, dans laquelle il mourra le 2 mars 1991.

De 1959 à 1963, les premiers 33-tours de Serge Gainsbourg révèlent un auteur-compositeur-interprète de chansons « à texte », assez original pour se démarquer des célébrités du moment (Montand, Bécaud, Brassens...). Une voix chargée de gravité douce, un art de la formule et un regard lucide qui excellent à arracher au monde ses brefs instants de poésie, avec une forme amusée de nostalgie un peu lasse : autant [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  GAINSBOURG SERGE (1928-1991)  » est également traité dans :

CHANSON FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Hélène HAZERA
  •  • 5 012 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'essor des « marginaux » »  : […] Ferré fut le gourou des années 1970. Le cynique Gainsbourg sera celui des années 1980 ; mais le succès l'atteint quand son talent s'amenuise, ses grandes chansons demeurant celles de sa période rive gauche. À la fin de sa carrière, il lance une mode de chansons faites de jeux de mots unis bout à bout qui peu à peu vide le genre de son sens […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chanson-francaise/#i_20610

GALL FRANCE (1947-2018)

  • Écrit par 
  • Véronique MORTAIGNE
  •  • 1 088 mots

Dans le chapitre « La « poupée des yé-yé » »  : […] chanson écrite par son père se vend à plus de deux millions d’exemplaires en France et s’exporte à l’international. Serge Gainsbourg, dont la carrière peine à démarrer, est à l’affût ; il remarque la jeune fille et lui écrit des chansons sur mesure, à commencer par « Laisse tomber les filles » (1964). Ensemble, ils gagnent le grand prix de l’ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-gall/#i_20610

MARSEILLAISE LA

  • Écrit par 
  • Guillaume MAZEAU
  •  • 2 972 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Un chant à la fois rassembleur et clivant »  : […] La Marseillaise semble en décalage avec son temps. Il faudra le scandale provoqué par la version reggae de Serge Gainsbourg en 1979 (Aux armes et cætera) pour mesurer la charge de solennité que beaucoup de Français investissent encore dans leur hymne national. Dix ans plus tard, lors du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marseillaise-la/#i_20610

POP ET ROCK

  • Écrit par 
  • Eugène LLEDO
  •  • 1 258 mots

Dans le chapitre « Avatars de la pop music »  : […] Michel Polnareff (Âme Câline) et Serge Gainsbourg (L'Histoire de Melody Nelson, 1971) arriveront ponctuellement à transcender le genre en français. En Grande-Bretagne, la tendance glam* rock s'impose avec des groupes comme T. Rex ou Roxy Music et avec le chanteur Gary Glitter. L' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pop-et-rock/#i_20610

Pour citer l’article

Michel P. SCHMITT, « GAINSBOURG SERGE - (1928-1991) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/serge-gainsbourg/