RUDE FRANÇOIS (1784-1855)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Sculpteur français. Bien qu'accepté par ses contemporains, Rude vécut une existence discrète, à l'abri des honneurs et des polémiques de la vie artistique de son temps, et c'est du moins l'image que ses premiers historiens ont donnée de l'artiste.

Né à Dijon, grand prix de Rome en 1812, Rude n'alla jamais en Italie, les séjours des pensionnaires à l'Académie de Rome ayant été alors suspendus. En 1815, il partit rejoindre le peintre Sophie Frémiet, émigrée avec sa famille, à Bruxelles ; il y demeura jusqu'en 1827. De retour en France, il participa à différents Salons artistiques la même année. Jamais élu à l'Académie des beaux-arts, il n'enseigna pas non plus à l'École des beaux-arts, mais dirigea un atelier privé de grande réputation où se formèrent des sculpteurs de talent.

L'art de Rude se rattache aux principes néo-classiques définis au début du siècle. Rude les interpréta toutefois dans le sens d'une observation rigoureuse de la nature et d'un respect de la spécificité du modèle, les menant ainsi à l'encontre des tendances idéalisantes de la sculpture néo-classique. Il reprit également des sujets antiques qui sont les sujets populaires de son époque. La sculpture reste pour lui un art didactique, qui doit éterniser dans une forme plaisante un sentiment ou une idée. Dans cette perspective, l'Antiquité propose des sujets mythologiques et historiques animés par des personnages dont les caractères et les actions sont compris par tous. Rude sut toutefois faire exprimer à la sculpture des idées de son temps. On rencontre cette volonté dans l'un des programmes les plus importants de son époque, la décoration de l'Arc de triomphe de l'Étoile, qui devait être une magistrale leçon d'histoire et de patriotisme traduite dans la pierre. Pressenti à l'origine pour exécuter les quatre bas-reliefs, Rude n'en réalisa qu'un, Le Départ des volontaires en 1792 (dit La Marseillaise, 1835-1836), œuvre célébrée par tous et qui connut un succès durable. Dans cette image au style large et au pathos affirmé, Rude dépeint avec une puissance dramatique la marche collective de la nation en des termes inconnus de la sculpture de son temps.

Rude pratiqua presque tous les genres en faveur à son époque, à l'exception de la petite sculpture d'appartement. Les genres monumentaux l'attirèrent surtout. Il fut particulièrement à son aise dans la statue-monument, l'hommage que le xixe siècle a rendu à l'homme célèbre, ancien ou moderne. Mais il n'innove pas dans la conception du genre, Jeanne d'Arc (primitivement pour le jardin du Luxembourg à Paris ; musée des Beaux-Arts, Dijon), Monge (Beaune), Général Bertrand (Châteauroux), Maréchal Ney (Paris). Il choisit de représenter ses personnages dans la vérité du costume moderne et les associe le plus souvent à un accessoire ou à une mimique expressive, évocateurs de leur légende. Le talent de Rude apparaît dans la construction anatomique précise et dans la gestuelle subtile qu'il prête à ses personnages. Rodin a analysé comment ces traits provoquent chez le spectateur l'illusion d'une durée discursive, quand le geste les déploie dans l'espace. Ses œuvres commémoratives à caractère funéraire, Cavaignac (cimetière Montmartre, Paris), le Réveil de Napoléon (Fixin, Côte-d'Or), furent immédiatement célébrées. Plus qu'aucun autre sculpteur de son siècle, à l'exception de Barye, Rude fonda son art sur une connaissance précise de l'anatomie. Il délaissa les canons déduits des mesures prises sur les statues antiques pour les chercher dans le modèle vivant. Jamais l'exécution de ses œuvres n'est étroite ou étriquée. Peu occupée d'effets de texture, sa facture large et soutenue s'attache aux effets d'ensemble.

Napoléon s'éveillant à l'Immortalité, F. Rude

Photographie : Napoléon s'éveillant à l'Immortalité, F. Rude

François RUDE, Napoléon s'éveillant à l'Immortalité, bronze. Fixin, France. 

Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Californie, Berkeley (États-Unis)

Classification

Autres références

«  RUDE FRANÇOIS (1784-1855)  » est également traité dans :

ROMANTISME

  • Écrit par 
  • Henri PEYRE, 
  • Henri ZERNER
  •  • 22 151 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « L'allégorie »  : […] Le Radeau de la Méduse est une œuvre isolée. Il n'y a guère que Goya qui, avec ses célèbres Dos de Mayo et Tres de Mayo (Prado, Madrid), s'exprime dans le même registre, aussi directement et avec autant de puissance. En général, les peintres de grandes compositions ont été obligés de soutenir leur inspiration en recourant soit à l'allégorie, soit à la littérature. L'allégorie a parfois bien servi […] Lire la suite

MARSEILLAISE LA

  • Écrit par 
  • Guillaume MAZEAU
  •  • 2 973 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le chant de la résistance républicaine »  : […] Sous l’Empire (1804-1815), La Marseillaise est interdite, au profit du Chant du d épart ou de Veillons au salut de l’Empire , un hymne révolutionnaire créé en 1791. La   Marseillaise devient alors, et pour longtemps, un chant d’opposition. Sous la Restauration (1814-1830), conformément à la volonté de Louis XVIII de « renouer la chaîne des temps », elle est également proscrite. On lui préfère l […] Lire la suite

Les derniers événements

12-30 mars 1985 États-Unis – U.R.S.S. Reprise des négociations américano-soviétiques à Genève

François Mitterrand qui, selon son porte-parole, « écoute avec intérêt » les explications américaines sur l'I.D.S. Charles Hernu, avant de donner une réponse à la proposition de participer aux recherches sur l'I.D.S., estime nécessaire une concertation européenne. Le 28, aux États-Unis, la Chambre des représentants approuve définitivement la construction […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacques de CASO, « RUDE FRANÇOIS - (1784-1855) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-rude/