PEREY MARGUERITE (1909-1975)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Physicienne et chimiste française, née à Villemomble et morte à Louciennes, Marguerite Perey obtint en 1929 un diplôme de chimiste et fut engagée par Marie Curie, qui fit d'elle sa préparatrice particulière. Les qualités qui avaient déterminé ce choix se déployèrent au cours d'une étude délicate qui conduisit Marguerite Perey à la découverte en 1939 du premier isotope de l'élément correspondant à la case 87 du tableau périodique de Mendeleïev.

Libérée de toutes obligations professionnelles à la suite de cette découverte, Marguerite Perey put, tout en poursuivant ses recherches, achever une licence et soutenir, le 21 mars 1946, une thèse de doctorat sur l'élément 87. Nommée, aussitôt après, maître de recherche au C.N.R.S., elle occupa, dès 1949, à Strasbourg, une chaire de chimie nucléaire. Mais au moment où s'achevait en 1959 la construction du Centre de recherches nucléaires de Strasbourg-Cronenbourg, elle entrait elle-même dans une longue période de souffrances physiques et morales consécutives aux importantes radiations subies vingt ans plus tôt. Elle allait se voir obligée de ralentir, puis de cesser toute activité. De nombreux témoignages d'amitié et un certain nombre de distinctions l'aidèrent a supporter les épreuves. En 1967, elle participe, à Varsovie, à la célébration du centenaire de Marie Curie, puis, deux ans plus tard à Strasbourg, avec ses élèves, à celle du trentième anniversaire du francium. Elle obtient le grand prix de la Ville de Paris en 1960, puis le prix Lavoisier de l'Académie des sciences, ainsi que la grande médaille de la Société chimique de France. Le 12 mars 1962, elle est élue correspondant de l'Académie des sciences, devenant ainsi la première femme à pouvoir participer aux activités de cette assemblée.

Dès le début de son séjour au laboratoire Curie, Marguerite Perey avait été amenée à étudier un élément encore peu connu, l'actinium 227. Ce radioélément naturel accompagne toujours les terres rares dont il est très difficile à séparer en raison de l'analo [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : ingénieur E.N.S.M., conseiller technique à la direction des études et recherches d'E.D.F., président du groupement des acousticiens de langue française

Classification

Autres références

«  PEREY MARGUERITE (1909-1975)  » est également traité dans :

CURIE LES

  • Écrit par 
  • Marcel FRILLEY
  •  • 4 829 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La découverte du polonium et du radium »  : […] La méthode est très simple dans son principe : essayer d'abord de déceler un rayonnement à partir de nombreux minerais. Seuls les minerais d'uranium et de thorium possèdent la propriété d'émettre spontanément des rayons. Mais des résidus de pechblende, d'où l'uranium a été extrait industriellement, sont plus actifs que le minerai d'uranium. Il faut donc entreprendre de séparer chimiquement différe […] Lire la suite

Pour citer l’article

Paul FRANÇOIS, « PEREY MARGUERITE - (1909-1975) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/marguerite-perey/