PAGNOL MARCEL (1895-1974)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'écrivain au cinéma

Il faut encore observer que cette technique dramatique a beaucoup servi, à partir de 1931, l'auteur de films. Le cinéma, avec sa grande mobilité, ses raccourcis, son indépendance à l'égard du temps et de l'espace, absorbe plus facilement les « scènes à faire » que le théâtre. Mais il est clair qu'un autre souci, plus profond, plus impérieux, a conduit Marcel Pagnol vers l'expression cinématographique. Un bon scénariste doit posséder deux talents pas toujours réunis : il doit avoir à la fois le sens du récit et celui des dialogues ; il doit être en même temps romancier et auteur dramatique. Inversement, un écrivain né aux alentours de 1900, et qui ressentait le désir d'utiliser ces deux techniques, devait fatalement se mettre à écrire pour le cinéma.

On a souvent reproché à Marcel Pagnol d'avoir fait, au cinéma, du « théâtre filmé ». C'est peut-être vrai pour la mise en images de ses deux pièces marseillaises. C'est faux de films comme Angèle, Regain, et encore de La Femme du boulanger. Dans ce dernier, tiré d'un conte de Jean Giono, Marcel Pagnol adopte, une fois de plus, le sujet d'une fable. Un nouveau boulanger s'installe dans un village provençal. (Il pourrait être berrichon ou savoyard.) Au bout de quelques semaines, son épouse, plus jeune que lui, et probablement insatisfaite, s'éprend d'un berger des environs et s'enfuit avec lui. Dès lors, le boulanger cesse de cuire le pain : il ne rallumera son four, dit-il, que lorsque sa femme lui sera revenue. Alors, tout le village se met à la recherche de l'infidèle. Bien entendu, on la retrouve, elle réintègre le logis conjugal, et le pain recommence à dorer dans la boulangerie. Fable amère, on le voit, où la tradition paysanne triomphe, mais sans gaieté. De ce conte, Marcel Pagnol a fait une œuvre admirable, pleine de tendresse, d'amertume et d'humanité. Ici encore, la peinture des caractères (et leur affrontement) prend le pas sur l'histoire. Ici encore, Raimu donne un éblouissant exemple de son immense talent.

En 1957, La Gloire de mon père, premier volume des souvenirs d'enfance, a connu un su [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  PAGNOL MARCEL (1895-1974)  » est également traité dans :

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 812 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « La caméra, appareil d'enregistrement »  : […] À l'autre bout du pays, à Marseille, un autre homme va s'opposer au concert de lamentations des cinéphiles du muet. Méprisé par les critiques, adoré par le grand public, il va, en même temps que Vigo et Renoir, inventer le cinéma parlant, libre, dégagé de toute volonté expressionniste. Avec lui, la caméra redevient ce qu'elle fut pour Louis Lumière : un appareil d'enregistrement. Ce méridional, ho […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-aspects-generaux-histoire/#i_17461

FRANCE (Arts et culture) - Le cinéma

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre JEANCOLAS, 
  • René PRÉDAL
  •  • 11 154 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La vague des réalismes »  : […] Deux lignes de crête s'imposent au-dessus de ce tout-venant. La première est née du mariage réputé impur du cinéma et du théâtre, qu'ont réussi parallèlement Sacha Guitry (1885-1957) et Marcel Pagnol (1895-1974). Le premier a construit ses films ( Le Roman d'un tricheur en 1936, Les Perles de la couronne en 1937) sur une parole brillante (sa voix) qui structure la chaîne des images. Le second, pl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-arts-et-culture-le-cinema/#i_17461

PARLANT (CINÉMA) - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 3 247 mots

1899 États-Unis. Th e Astor Tramp , « picture song » de Thomas Edison. Bande filmée destinée à être accompagnée d'une chanson chantée en salle (derrière l'écran) par des artistes invités. 1900 France. Présentation par Clément Maurice du Phono-Cinéma-Théâtre à l’'Exposition universelle. Au programme, une scène d' Ham l et interprétée par Sarah Bernhardt, une autre de Cyrano de Bergerac avec C […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parlant-cinema-reperes-chronologiques/#i_17461

PARLANT CINÉMA

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 8 151 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le doublage »  : […] Dans le cinéma muet, les personnages et les événements, à la faveur de la rareté du verbe et de l'absence de voix, pouvaient conserver un certain caractère de généralité, d'abstraction, demeurer des essences. Au générique et dans les intertitres, on lisait souvent non des noms propres comme Scarlett, Philip Marlowe ou le père Jules, mais la femme de la ville, le père, le Chinois. Tout cela a chang […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-parlant/#i_17461

RAIMU JULES MURAIRE dit (1883-1946)

  • Écrit par 
  • André-Charles COHEN
  •  • 731 mots

Doté d'une étonnante présence physique, Jules Auguste César Muraire, comédien né à Toulon, fit ses premières armes au music-hall, comme de nombreux artistes de sa génération. Il anima avec succès les revues du concert Mayol avant de devenir une extraordinaire « bête de théâtre » dans Marius , dès la création de la pièce, en 1929. Il imposait son naturel de comédien, à une époque où le jeu était as […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/raimu/#i_17461

RELLYS HENRI BOURRELLY dit (1905-1991)

  • Écrit par 
  • Raymond CHIRAT
  •  • 432 mots

Né en 1905 à Marseille, Henri Bourrelly s'oriente, après de rapides études, du côté de la pâtisserie. Doté d'un physique curieux, honnêtement chafouin, aux yeux d'écureuil tendre, pourvu d'un nez de tapir, il passe du four aux planches, et des troupes d'amateurs à la compagnie Alibert-Vincent Scotto. Il participe ensuite, sur la scène comme à l'écran, à ces opérettes provençales qui égayèrent les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rellys/#i_17461

Pour citer l’article

Jacques BENS, « PAGNOL MARCEL - (1895-1974) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/marcel-pagnol/