Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

GRIAULE MARCEL (1898-1956)

L’Assemblée de l’Union française

En 1947, Marcel Griaule est l’unique ethnologue métropolitain à être nommé conseiller de l’Assemblée de l’Union française, dès sa création. Au sein de cette institution dont le rôle est consultatif, il occupe jusqu’à sa disparition en 1956 le poste de président de la commission des affaires culturelles et des civilisations d’outre-mer. Cette nouvelle fonction, exercée en parallèle à ses activités de recherche et d’enseignement, lui permet de promouvoir les cultures africaines en conjuguant carrière scientifique et engagement politique. Partisan d’une tutelle coloniale respectueuse de la diversité des traditions locales, il défend notamment un enseignement en langue maternelle et refuse toute forme d’assimilation ou d’uniformisation, en particulier au niveau législatif. Il s’oppose ainsi à ses collègues conservateurs, proches des lobbies coloniaux, mais aussi aux conseillers africains ou progressistes, favorables à une égalité de tous devant la loi.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : anthropologue, chargé de recherche au CNRS, Institut des mondes africains

Classification

Pour citer cet article

Eric JOLLY. GRIAULE MARCEL (1898-1956) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • DIEU D'EAU (M. Griaule)

    • Écrit par Eric JOLLY
    • 971 mots

    Publié fin 1948, Dieu d’eau se présente comme une chronique des entretiens quotidiens entre un vieil aveugle dogon, Ogotemmêli, et l’ethnologue français Marcel Griaule, lors de la mission ethnographique Niger de 1946. L’ouvrage marque un tournant dans l’œuvre de ce célèbre spécialiste des...

  • AFRIQUE NOIRE (Arts) - Aires et styles

    • Écrit par Claire BOULLIER, Geneviève CALAME-GRIAULE, Michèle COQUET, Universalis, François NEYT
    • 15 151 mots
    • 2 médias
    ...longtemps frappé les visiteurs par la hardiesse de son architecture, la vitalité de ses rites, la beauté de son art et de ses manifestations culturelles. Leur « découverte » scientifique en 1931 par la mission Dakar-Djibouti dirigée par Marcel Griaule, et les nombreuses publications qui ont suivi...
  • ANTHROPOLOGIE

    • Écrit par Élisabeth COPET-ROUGIER, Christian GHASARIAN
    • 16 158 mots
    • 1 média
    ...le mythe, la cosmogonie comme systèmes de représentation du monde et de la personne : J. Guiart et P. Métais se tournaient vers le monde océanien ; M.  Griaule et son école (G. Dieterlien, D. Paulme, D. Zahan) découvraient les populations de la zone sahélienne et les célèbres Dogons, qui, par leurs mythes,...
  • ANTHROPOLOGIE RÉFLEXIVE

    • Écrit par Olivier LESERVOISIER
    • 3 448 mots
    ...n'aient pas réfléchi à leurs conditions d'enquête ni qu'ils en aient ignoré la dimension subjective. Des anthropologues tels que Bronislaw Malinowski ou Marcel Griaule ont ainsi attiré l'attention sur cette « part personnelle » dans le processus d'enquête, mais sans pour autant lui accorder une véritable...
  • BAMBARA

    • Écrit par Jean BAZIN
    • 2 611 mots
    • 2 médias

    Bambara est certainement l'un des ethnonymes les plus célèbres d'Afrique de l'Ouest, sans qu'il ait jamais pour autant désigné une population strictement identifiable et aisément délimitable sur le terrain. Sa notoriété, au contraire, est à la mesure de la grande diversité de ses usages. Il y a toujours...

  • Afficher les 13 références

Voir aussi