DIEU D'EAU (M. Griaule)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Publié fin 1948, Dieu d’eau se présente comme une chronique des entretiens quotidiens entre un vieil aveugle dogon, Ogotemmêli, et l’ethnologue français Marcel Griaule, lors de la mission ethnographique Niger de 1946. L’ouvrage marque un tournant dans l’œuvre de ce célèbre spécialiste des Dogon du Soudan français (actuel Mali). En interrogeant Ogotemmêli et en mettant en forme son discours, Marcel Griaule ne vise plus l’inventaire exhaustif de la société dogon grâce à l’addition et au recoupement de témoignages oraux, matériels et visuels ; il cherche désormais à accéder au savoir supérieur détenu par un « érudit » local afin de reconstituer par écrit une cosmogonie ou une métaphysique dogon comparable à la mythologie et à la philosophie de la Grèce antique. Récit littéraire et vulgarisateur, Dieu d’eau rompt ainsi avec les stéréotypes péjoratifs sur l’Afrique et devient assez rapidement un best-seller mondial, malgré les critiques de nombreux ethnologues.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : anthropologue, chargé de recherche au CNRS, Institut des mondes africains

Classification

Pour citer l’article

Eric JOLLY, « DIEU D'EAU (M. Griaule) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/dieu-d-eau/