Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

GRIAULE MARCEL (1898-1956)

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

Ethnologue, écrivain et reporter

Du début des années 1930 jusqu’au milieu des années 1940, Marcel Griaule entretient des liens étroits et souvent contradictoires avec la littérature et les médias, comme beaucoup de ses collègues masculins. Ses nombreuses publications – près de cent cinquante pour la période considérée – comprennent aussi bien des écrits ethnographiques relativement austères que des récits de voyage colorés ou des articles de presse engagés. En 1935, entre la parution de son livre sur les jeux éthiopiens et la soutenance de sa thèse sur les masques dogon, Griaule est d’ailleurs le lauréat du prix littéraire Gringoire pour son livre Les Flambeurs d’hommes, version romancée et flamboyante de sa première mission éthiopienne de 1928-1929. Ces connexions entre ethnographie, littérature et journalisme s’expliquent non seulement par la proximité des premiers ethnologues français avec les avant-gardes littéraires et artistiques, mais aussi par le goût de ces chercheurs de terrain pour les aventures lointaines.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : anthropologue, chargé de recherche au CNRS, Institut des mondes africains

Classification

Pour citer cet article

Eric JOLLY. GRIAULE MARCEL (1898-1956) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 13/03/2017

Autres références

  • DIEU D'EAU (M. Griaule)

    • Écrit par
    • 971 mots

    Publié fin 1948, Dieu d’eau se présente comme une chronique des entretiens quotidiens entre un vieil aveugle dogon, Ogotemmêli, et l’ethnologue français Marcel Griaule, lors de la mission ethnographique Niger de 1946. L’ouvrage marque un tournant dans l’œuvre de ce célèbre spécialiste des...

  • AFRIQUE NOIRE (Arts) - Aires et styles

    • Écrit par , , , et
    • 15 151 mots
    • 2 médias
    ...longtemps frappé les visiteurs par la hardiesse de son architecture, la vitalité de ses rites, la beauté de son art et de ses manifestations culturelles. Leur « découverte » scientifique en 1931 par la mission Dakar-Djibouti dirigée par Marcel Griaule, et les nombreuses publications qui ont suivi...
  • ANTHROPOLOGIE

    • Écrit par et
    • 16 158 mots
    • 1 média
    ...le mythe, la cosmogonie comme systèmes de représentation du monde et de la personne : J. Guiart et P. Métais se tournaient vers le monde océanien ; M.  Griaule et son école (G. Dieterlien, D. Paulme, D. Zahan) découvraient les populations de la zone sahélienne et les célèbres Dogons, qui, par leurs mythes,...
  • ANTHROPOLOGIE RÉFLEXIVE

    • Écrit par
    • 3 448 mots
    ...n'aient pas réfléchi à leurs conditions d'enquête ni qu'ils en aient ignoré la dimension subjective. Des anthropologues tels que Bronislaw Malinowski ou Marcel Griaule ont ainsi attiré l'attention sur cette « part personnelle » dans le processus d'enquête, mais sans pour autant lui accorder une véritable...
  • BAMBARA

    • Écrit par
    • 2 611 mots
    • 2 médias

    Bambara est certainement l'un des ethnonymes les plus célèbres d'Afrique de l'Ouest, sans qu'il ait jamais pour autant désigné une population strictement identifiable et aisément délimitable sur le terrain. Sa notoriété, au contraire, est à la mesure de la grande diversité de ses usages. Il y a toujours...

  • Afficher les 13 références