MIMRAM MARC (1955- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Pour cet architecte ingénieur né en 1955 à Paris, « le pont n'est pas un simple franchissement ». De fait, Marc Mimram envisage chaque projet sous des angles multiples, grâce à une formation pluridisciplinaire : architecte D.P.L.G. (diplôme par le gouvernement), titulaire d'une maîtrise de mathématiques, d'un D.E.A. de philosophie, il est également ingénieur des Ponts et Chaussées et diplômé de l'université de Berkeley en génie civil. Il a enseigné dans différents établissements : l'École nationale des ponts et chaussées, l'École polytechnique fédérale de Lausanne et l'université de Princeton. Nommé au titre de professeur des écoles d'architecture, il enseigne aujourd'hui à l'école d'architecture de la Ville et des Territoires de Marne-la-Vallée.

Avec la création de la passerelle Solferino à Paris, prix de l'équerre d'argent 1999, Marc Mimram a acquis une renommée internationale.

Ingénieur-conseil à ses débuts, il a travaillé avec des architectes tels qu'Yves Lion, Paul Chemetov, ou encore Rem Koolhaas. Ces derniers contribuèrent au développement de la grande sensibilité de Marc Mimram au contexte particulier qui préexiste à la création d'un bâtiment. C'est le cas de la gare de péage des Éprunes sur l'autoroute A5, livrée en 1994, prix d'architecture du Moniteur : mention spéciale équerre d'argent. Son approche, également influencée par le travail des paysagistes, se retrouve dans le concept de son agence : la cohérence, l'harmonie avec le lieu du projet sont essentielles. Il s'agit également, pour Marc Mimram, de prendre en compte les particularités locales que sont la géographie, l'histoire, le paysage, comme ce fut le cas pour la réalisation du pont Feng Hua de Tianjin (Chine), livré en 2007. Selon Marc Mimram, cette attention au contexte diffère radicalement de « l'histoire du développement des ponts depuis la fin du xixe siècle jusqu'aux années 1970, où l' [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : étudiant-chercheur à l'université de Provence

Classification


Autres références

«  MIMRAM MARC (1955- )  » est également traité dans :

ARCHITECTURE CONTEMPORAINE - Construire aujourd'hui

  • Écrit par 
  • Antoine PICON
  •  • 6 516 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Vers de nouvelles formes de coopération »  : […] Dans l'un et l'autre cas, on le voit, un double mouvement d'aspiration, vers l'amont et vers l'aval, contribue à la déstabilisation d'identités professionnelles qui s'étaient pour l'essentiel constituées à l'époque de la première révolution industrielle. Ces identités reposaient sur un partage des tâches entre architectes et ingénieurs qui avait le mérite de la clarté. Aux premiers la conception g […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-contemporaine-construire-aujourd-hui/#i_50202

INGÉNIEUR ET ARCHITECTE

  • Écrit par 
  • Antoine PICON
  •  • 4 251 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « De nouvelles formes de coopération »  : […] Au moment de la conception du Centre Georges-Pompidou à Paris, au milieu des années 1970, l'ingénieur Peter Rice avait été l'un des premiers à revendiquer une participation plus active à la conception architecturale de l'édifice. Sous la conduite de Henry Bardsley, Jean-François Blassel et Bernard Vaudeville, R.F.R. (Rice Francis Ritchie), le bureau d'études parisien qu'il avait fondé, est resté […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ingenieur-et-architecte/#i_50202

Pour citer l’article

Elsa COSSON, « MIMRAM MARC (1955- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/marc-mimram/