MAÑJUŚRĪ ou MAÑJUGHOṢA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans la religion bouddhiste, Mañjuśrī (Douce Majesté) est un bodhisattva dont le culte s'est développé en Inde, en Chine et au Japon et qui est souvent représenté assis sur un lion, à la gauche de Śākyamuni, tandis que Samantabhadra se trouve à sa droite sur un éléphant. Il est coiffé d'une espèce de tiare à cinq pointes ou d'un chignon à cinq mèches (pañcacīra) et présente des affinités avec Pancaśikha et Brahmā Sanamkumāra par la croyance en son éternelle jeunesse. On l'appelle Kumārabhūta (jeune homme, prince héritier).

Mañjuśrī apparaît très tôt dans les sūtra développés du Grand Véhicule. Il a produit la bodhicitta à une période si reculée qu'on ne peut la calculer, alors qu'il était roi ; et il deviendra buddha sous le nom de Samantadarṣin dans son univers Vimalā. Bien que n'étant que bodhisattva, Mañjuśrī peut apparaître sous la forme d'un buddha accompli. Certains textes prétendent, d'ailleurs, qu'il a déjà été buddha et qu'il a déjà obtenu la bodhi et le parinirvāna. Il se manifeste dans toutes les directions, aussi bien dans les univers situés à l'est que dans les univers situés au sud.

Au Népal, Mañjuśrī passe pour être venu de Chine afin de fonder le royaume. En Chine, il est lié étroitement au Wutaishan (mont des Cinq-Terrasses), chaîne de cinq pics qui, située au Shānxi, a attiré, depuis le ive siècle, des foules de pèlerins et sur laquelle ont été offerts des sacrifices par le feu en dévotion à Mañjuśrī. La popularité du grand bodhisattva connut son apogée sous les Tang. Les Chinois étaient si intimement persuadés de la présence de Mañjuśrī au Wutaishan qu'ils finirent par communiquer cette croyance aux Indiens à la fin du viie siècle.

—  Jean-Christian COPPIETERS

Écrit par :

Classification


Autres références

«  MAÑJUSRI ou MAÑJUGHOSA  » est également traité dans :

AVATAMSAKA-SŪTRA

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 513 mots

Texte mahāyāna qui a connu une grande vogue en Chine. D'après la légende, l'Avatamsaka Sūtra (le Sūtra de l'Ornementation fleurie de Buddha, en chinois : Huayanjing ) aurait été prononcé par le Buddha aussitôt après son Éveil, mais si profondes étaient ces paroles qu'aucun des auditeurs ne pouvait en comprendre le sens. Il semble que ce texte n'ait été l'objet d'aucun enseignement spécial ni qu'il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/avatamsaka-sutra/#i_7891

BOUDDHISME (Histoire) - Littératures et écoles bouddhiques

  • Écrit par 
  • André BAREAU
  •  • 6 022 mots

Dans le chapitre « La littérature canonique du bouddhisme tardif »  : […] Bien que des formules rituelles ( mantra ) et des formules « porteuses de science » (magique) ( vidyādhāraṇī  ) aient été souvent incluses dans des sūtra mahāyāniques, c'est seulement à partir du vii e  siècle que sont rédigés des ouvrages ou des recueils exposant méthodiquement les idées et surtout décrivant les pratiques propres à ce genre de bouddhisme. Comme la littérature du Mahāyāna, et pou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bouddhisme-histoire-litteratures-et-ecoles-bouddhiques/#i_7891

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme chinois

  • Écrit par 
  • Jacques GERNET, 
  • Catherine MEUWESE
  •  • 4 721 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Écoles et sectes »  : […] On doit distinguer les écoles savantes qui se constituent dans certains centres monacaux et les sectes qui ont une plus ou moins large audience dans les milieux lettrés ou populaires. Les premières sont directement influencées par la philosophie bouddhique indienne : c'est le cas de l'école idéaliste Vijnānavāda (en chinois faxiang ) que fit connaître à Chang'an le grand maître Xuanzang à son ret […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bouddhisme-les-grandes-traditions-bouddhisme-chinois/#i_7891

BOUDDHISME (Arts et architecture) - Représentations des Bodhisattva

  • Écrit par 
  • Bruno DAGENS
  •  • 1 504 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les Grands Bodhisattva »  : […] Gautama, archétype de tous les Buddha, avant ou après son Éveil, et les Bodhisattva des vies antérieures, humains ou animaux, sont des êtres foncièrement « naturels » et « terrestres », ce que traduit leur iconographie. Il n'en est pas de même pour les Grands Bodhisattva du Mahāyāna, tels Avalokiteśvara ou Mañjuśrī, ou, dans une certaine mesure, Maitreya, commun aux deux Véhicules. Si le bouddhism […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bouddhisme-arts-et-architecture-representations-des-bodhisattva/#i_7891

INDE (Arts et culture) - L'art

  • Écrit par 
  • Raïssa BRÉGEAT, 
  • Marie-Thérèse de MALLMANN, 
  • Rita RÉGNIER
  •  • 49 132 mots
  •  • 62 médias

Dans le chapitre « Principaux Bodhisattva »  : […] Pour Avalokiteśvara, cf. avalokiteçvara . Maitreya (Bienveillant) est originellement le Buddha futur, représenté sur les frises à la suite des sept Buddha du passé ; figuré seul, il a une ou trois faces, deux ou quatre mains ; son geste est celui de l'enseignement ; ses attributs, la roue de la Loi, le vase à eau, la branche fleurie d'un arbre appelé tantôt campaka , tantôt nāgakeśara . Sa couleur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-arts-et-culture-l-art/#i_7891

Pour citer l’article

Jean-Christian COPPIETERS, « MAÑJUŚRĪ ou MAÑJUGHOṢA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/manjusri-manjughosa/