MAṆḌALA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Méditation et offrande cosmique

Si le passage du microcosme au macrocosme peut être exécuté symboliquement par divers déplacements, il peut également s'effectuer par un acte mental : soit en présence d'un maṇḍala établi telle une sorte de maquette architecturale, soit devant un maṇḍala peint sur toile. Dans chacun de ces deux cas, les maṇḍala sont utilisés comme support de méditation par l'officiant qui, par l'effet de l'intense concentration de sa pensée, parvient à évoquer le cosmos donné et à l'animer. Ici encore, c'est à la divinité centrale que le fidèle tend à s'intégrer. Les maṇḍala peints sur toile sont connus grâce aux belles peintures exécutées par les Népalais, et surtout par les Tibétains passés maîtres en ce genre. Chefs-d'œuvre d'art « abstrait » (aux harmonies souvent éclatantes) pour les amateurs occidentaux, ils sont pourtant objets rituels et sacrés dont les moindres détails sont dictés à l'artiste par les textes canoniques. Il existe une grande variété de maṇḍala peints, dont l'ordonnance diffère selon les catégories, les sectes religieuses ou la divinité principale. Au Tibet, des éléments communs prédominent, ayant chacun une valeur symbolique déterminée. Le maṇḍala proprement dit est limité par trois ou quatre cercles concentriques : le cercle du feu (ou de la connaissance), le cercle des cimetières (ou du monde des sensations), le cercle des vajra (ou de la stabilité) et celui du lotus (ou du monde spirituel). À l'intérieur de ce dernier, plusieurs carrés concentriques figurent des enceintes successives. Chacune de leurs faces est percée en son milieu par un passage surmonté d'un portique en T. Au centre de ce diagramme, enfin, un lotus à huit pétales abrite en son cœur la divinité suprême.

En général, les divinités sont représentées par leur image. Cependant, pour certaines catégories de maṇḍala qu'utilisent surtout les sectes du bouddhisme ésotérique japonais, la présence des divinités est suggérée par des symboles conventionnels : par un attribut de la divinité pour le Samaya maṇḍala ; par une syllabe magique notée par un caractère ou un gro [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  MANDALA  » est également traité dans :

ALCHIMIE

  • Écrit par 
  • René ALLEAU, 
  • Universalis
  •  • 13 656 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'univers symbolique du Grand Œuvre »  : […] La littérature alchimique et son langage, tels que le corpus traditionnel occidental en présente les témoignages, ont eu pour but principal de transmettre, sous le voile de leurs structures particulières et grâce à elles, une révélation et une illumination qui dépendaient d'un seuil d'éveil intérieur. En le franchissant, le néophyte pénétrait dans cet « autre monde » qu'est l'univers du Grand Œuv […] Lire la suite

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme indien

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT, 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 10 626 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Mahāyāna tardif et tantra »  : […] Le « Mahāyāna » montrait le caractère illusoire du monde, mais il minimisait, par là même, la gravité de l'attachement au monde. Ce qu'abhorrait le fidèle du bouddhisme primitif devait apparaître de plus en plus inoffensif à ceux qui en reconnaissaient l'inanité et pouvaient même s'en servir symboliquement, pour confirmer, dès ce monde, au cours d'une action qui ne leur répugnait plus, la conscien […] Lire la suite

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme japonais

  • Écrit par 
  • Jean-Noël ROBERT
  •  • 13 527 mots

Dans le chapitre « Clandestins et rebelles »  : […] Nombreux étaient les courants bouddhiques où à la fois l'État et les écoles constituées pouvaient voir une source d'excès mettant en danger l'ordre social comme la saine doctrine bouddhique ; et les exemples ne sont pas rares au Japon où de véritables persécutions ont pu être imputées conjointement au bras séculier et au bras régulier. On sait que le tantrisme tel qu'il s'était développé en Inde […] Lire la suite

BOUDDHISME (Arts et architecture) - Le stupa

  • Écrit par 
  • Gérard FUSSMAN
  •  • 2 590 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Valeurs symboliques »  : […] Les grammairiens indiens, pour expliquer le mot stūpa, ont inventé une racine : stu , « agglomérer ». Car même dans ses formes les plus élaborées, le stūpa est d'abord un tumulus, un entassement de matériaux. D'éminents savants (P. Mus, J. Irwin) ont soutenu que le stūpa dérivait de tumulus bâtis de façon à symboliser par leur paroi extérieure hémisphérique (aṇḍa) la voûte céleste, et par le pote […] Lire la suite

ÉSOTÉRISME

  • Écrit par 
  • Serge HUTIN
  •  • 7 492 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La tradition et les traditions »  : […] Luc Benoist donne une définition précise de la tradition, telle du moins que l'entend l'ésotérisme : « La tradition est la transmission d'un ensemble de moyens consacrés qui facilitent la prise de conscience de principes immanents d'ordre universel, puisque l'homme ne s'est pas donné à lui-même ses raisons de vivre. L'idée la plus proche, la plus capable d'évoquer ce que le mot signifie, serait c […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - L'art

  • Écrit par 
  • Raïssa BRÉGEAT, 
  • Marie-Thérèse de MALLMANN, 
  • Rita RÉGNIER
  •  • 49 163 mots
  •  • 62 médias

Dans le chapitre « Maṇḍala »  : […] La signification religieuse du maṇḍala est étudiée à l'article bouddhisme - Bouddhisme indien. On appelle maṇḍala un diagramme ou schéma où – autour d'une divinité ou d'un couple de divinités, d'un édifice, d'un livre ou même d'une syllabe sacrée – s'ordonnent des enceintes concentriques, circulaires ou carrées, occupées par des personnages ou par des symboles. Le personnage ou l'élément central […] Lire la suite

INDONÉSIE - Les arts

  • Écrit par 
  • Albert LE BONHEUR
  •  • 8 142 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les arts de l'époque de Java centrale (750 env.-950 env.) »  : […] L'art indo-javanais, ainsi appelé parce qu'à cette période les modèles indiens sont encore très proches, ou dit « de Java centrale », parce que c'est là que se trouvent la plupart des monuments qui s'y rattachent, correspond aux sanctuaires édifiés sous les règnes de Śailendra, des souverains de la lignée de Sañjaya et des rois de Matarām. La chronologie des monuments de Java centrale demeure inc […] Lire la suite

TANTRISME

  • Écrit par 
  • André PADOUX
  •  • 9 466 mots

Dans le chapitre « Rites et pratiques ; la « kuṇḍalinī » »  : […] Le tantrisme hindou ou bouddhique a ajouté à ces deux religions une dimension supplémentaire par l'extrême développement d'un rituel lié à des pratiques corporelles, mentales et de yoga particulières. La pratique tantrique « opérante et efficace » ( sādhana , de la racine sanskrite sādh , accomplir, effectuer) implique l'homme entier, corps et esprit, dans l'acte qu'il accomplit ou, plus exactemen […] Lire la suite

TIBET (XIZIANG)

  • Écrit par 
  • Chantal MASSONAUD, 
  • Luciano PETECH, 
  • David SNELLGROVE, 
  • Pierre TROLLIET
  • , Universalis
  •  • 26 829 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Les tantra »  : […] En troisième lieu, il existe une grande section d'ouvrages canoniques connus sous le nom de tantra , mot qui signifie littéralement « fils », une fois encore dans l'acception de « fil du discours ». Ces textes étranges, qui représentent la dernière phase du bouddhisme indien, se constituèrent à partir des enseignements oraux de yogin bouddhiques supposés inspirés, que l'on désigne du nom général d […] Lire la suite

VAJRAYĀNA

  • Écrit par 
  • Corrado PENSA
  •  • 2 569 mots

Dans le chapitre « Les moyens et la fin »  : […] Toutes ces considérations peuvent aider à comprendre et l'interdépendance des différents moyens et leur fonction par rapport à la fin. Au sujet des pratiques associées à la sphère des émotions, on peut remarquer, tout d'abord, qu'elles ne représentent pas une innovation radicale qu'aurait opérée le tantrisme. En témoigne, par exemple, le commentaire par Vyāsa des Yogasūtra , III, 23, où il est dit […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Odette J. MONOD, « MAṆḌALA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mandala/