Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MANA

Le terme polynésien mana désigne une force surnaturelle dont l'Anglais R. R. Marett (1866-1943) et le Français Marcel Mauss (1872-1950) ont tenté, dans le contexte de l'ethnologie religieuse, d'évaluer les propriétés : « Ce mot, précise le second, subsume une foule d'idées que nous désignerions par les mots de : pouvoir de sorcier, qualité magique d'une chose, chose magique, être magique, avoir du pouvoir magique, être incanté, agir magiquement ; il nous présente, réunies sous un vocable unique, une série de notions [...] et réalise cette confusion de l'agent, du rite et des choses qui nous a paru être fondamentale en magie » (Théorie générale de la magie).

Le mana polynésien est loin d'être une catégorie isolée : le wakan, l'orenda, dans d'autres contrées, témoignent de la présence dans la pensée magique en général de la notion de force active. Claude Lévi-Strauss, dans son introduction au livre de Mauss, Sociologie et anthropologie, a ajouté aux conceptions de Marcel Mauss des formulations inspirées par la notion linguistique de signifiant : pour lui, le mana, comme d'autres notions, est inhérent à la structure même du langage et n'est pas le propre d'une pensée magique qui, sauvage, serait différente de la pensée logique (il cite à ce propos, pour la langue française, la notion de truc ou de machin). Selon Lévi-Strauss, « l'homme dispose à son origine d'une intégralité de signifiant » qui n'a pas immédiatement trouvé un signifié avec lequel former un signe : c'est de ce décalage que vient le renouvellement des signes du langage, lequel, sans cela, serait fixé dès le départ. Il y a donc toujours, dans un langage, du signifiant en trop, que Lévi-Strauss appelle « signifiant flottant » et qui est le mana : signifiant contradictoire qui marque une « valeur symbolique zéro », pouvant se poser sur n'importe quel signifié pour former alors un nouveau mot. Ainsi apparaît la structure logique de la pensée magique, injustement conçue par beaucoup d'ethnologues comme incohérente, alors que ces apparentes confusions relèvent de l'inégalité, constitutive du langage, entre signifiant et signifié.

— Catherine CLÉMENT

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : ancienne élève de l'École normale supérieure, agrégée de l'Université

Classification

Pour citer cet article

Catherine CLÉMENT. MANA [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références

  • AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Religions

    • Écrit par
    • 9 619 mots
    • 1 média
    ...dieu unique est et agit depuis les origines du monde », note Griaule, c'est d'elle dont parlent certains ethnologues en utilisant le terme océanien de mana pour traduire une notion de force vitale, une animation générale de l'univers qui serait le fondement des religions traditionnelles souvent qualifiées...
  • ANIMISME

    • Écrit par et
    • 4 102 mots
    ...première forme d'expérience religieuse aurait été provoquée par la rencontre avec une force mystérieuse et impersonnelle, que les Mélanésiens appellent mana. De son côté, J. G. Frazer estimait que la magie avait précédé l'apparition de la religion. Enfin, Émile Durkheim voyait dans le totémisme...
  • ARCHAÏQUE MENTALITÉ

    • Écrit par
    • 7 048 mots
    ...connaissance intellectuelle et lui donne une coloration particulière. C'est pour la même raison que l'univers des primitifs se présente à eux comme un continuum, une substance unique douée d'une force indifférenciée qui est le mana. De même aussi, le primitif ne se pense pas comme individu en dehors du...
  • CHEFFERIE

    • Écrit par et
    • 2 929 mots
    ...Descendant des dieux en ligne directe, le chef, plus que tout autre homme, est en communication directe avec les forces cosmiques et possède le maximum de mana, cette efficacité qui fait de lui le garant de la prospérité et du succès du groupe. Ses origines divines fondent sa sacralité, marquée par de...
  • Afficher les 11 références