MALTE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Malte : carte physique

Malte : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Malte : drapeau

Malte : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Temple mégalithique, Malte

Temple mégalithique, Malte
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Temple de Ggantija, Malte

Temple de Ggantija, Malte
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Tous les médias


Nom officielRépublique de Malte (MT)
Chef de l'ÉtatGeorge Vella (depuis le 4 avril 2019)
Chef du gouvernementJoseph Muscat (depuis le 11 mars 2013)
CapitaleLa Valette
Langues officiellesanglais, maltais
Unité monétaireeuro (EUR)
Population473 900 (estim. 2018)
Superficie (km2)315,2

Vicissitudes historiques

Antiquité et Moyen Âge

Appartenant à Carthage (au ve siècle), Malte devint ensuite enjeu de la lutte entre Carthaginois et Romains. Ceux-ci la prirent en 218, et Rome disposa ainsi d'une base rapprochée de Carthage. Les Romains récompensèrent les Maltais de leur aide dans les opérations contre la grande ville punique en les reconnaissant pour alliés (socii). Malte profita alors de la « paix romaine ». La christianisation se répandit après le naufrage de saint Paul (58 ou 60), qui, d'après les Actes des Apôtres, vécut trois mois sur l'île. Il semble que Malte ait pu échapper aux premières invasions barbares, celles des Goths et des Vandales, et qu'elle ait vécu paisible jusqu'à l'arrivée des Arabes en 870.

L'invasion arabe marque pour l'archipel maltais le début du Moyen Âge. C'est une expédition partie de Tunis qui s'empara de l'île. La majorité des habitants semblent être demeurés sur place. Pour éviter l'esclavage, les Maltais se convertirent à l'islam. Les Arabes firent de Malte un nid de corsaires, d'où ils rayonnaient vers les pays chrétiens et ramenaient de nombreux captifs qui étaient ensuite vendus. Malte commença ainsi à jouer le rôle qui resta le sien pendant près de mille ans : base de course et centre d'esclavage. La domination arabe, toutefois, ne dura que deux cents ans. En 1090, le comte normand Roger s'empara de Malte : son père, Tancrède de Hauteville, en revenant d'un pèlerinage en Palestine, avait conquis l'Italie du Sud, et lui-même était, depuis cinq ans déjà, maître de la Sicile.

La conquête normande porta un coup très grave à la domination arabe en Méditerranée en coupant les communications entre les États arabes de l'Est (Égypte, Syrie) et ceux de l'Ouest (Espagne, Maroc), mais elle n'entraîna pas le départ des populations arabo-berbères fixées dans l'archipel. Un recensement de 1240 [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages


Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales, professeur au Collège de France
  • : professeur émérite d'histoire à l'université de Provence
  • : maître assistant à l'université de Toulouse-Le-Mirail, expert de l'Organisation des Nations unies à Chypre
  • : doyen de la faculté des lettres et sciences humaines de Toulouse

Classification


Autres références

«  MALTE  » est également traité dans :

MALTE, chronologie contemporaine

  • Écrit par 
  • Universalis

Tous les événements politiques (élections, conflits, accords, …) et les faits économiques et sociaux qui ont marqué l’histoire contemporaine du pays jusqu’à aujourd’hui. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/chronologie/malte/#i_29940

MINTOFF DOMINIC, dit DOM MINTOFF (1916-2012)

  • Écrit par 
  • Martine MEUSY
  •  • 520 mots

Homme politique maltais, deux fois Premier ministre (1955-1958 et 1971-1984). Entré au Parti travailliste maltais en 1944, Dominique Mintoff devient député, puis ministre du Travail en 1947. Il démissionne du cabinet pour diriger le parti (1949) et devient une première fois Premier ministre en 1955. Il prône l'intégration au Royaume-Uni. C'est son successeur, à partir de 1958, et concurrent du Par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dominic-mintoff/#i_29940

NAPOLÉON Ier BONAPARTE (1769-1821) empereur des Français (1804-1814 et 1815)

  • Écrit par 
  • Jacques GODECHOT
  • , Universalis
  •  • 8 302 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Les campagnes militaires et la paix difficile »  : […] Le Premier consul passa l'hiver 1799-1800 à réorganiser son armée et à préparer une attaque contre l'Autriche. Conscient de l'importance stratégique de la Confédération helvétique, à partir de laquelle il pouvait attaquer les Autrichiens soit en Allemagne, soit en Italie, il traversa le col du Grand-Saint-Bernard avant même la fonte des neiges et surprit l'armée autrichienne en train d'assiéger G […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/napoleon-ier-bonaparte/#i_29940

VALETTE LA

  • Écrit par 
  • Pierre-Yves PÉCHOUX
  •  • 384 mots
  •  • 1 média

L'agglomération, qui s'étend autour des ports naturels de la côte nord de Malte choisis en 1530 par les Hospitaliers de Saint-Jean pour abriter leur force navale, inclut depuis lors la capitale de l'île et regroupe, au début du xxi e  siècle, la moitié de sa population, soit près de 200 000 habitants. Ce centre fut d'abord installé sur deux presq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-valette/#i_29940

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean GUILAINE, Jean-Louis MIÈGE, Pierre-Yves PÉCHOUX, Jacques GODECHOT, « MALTE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/malte/