MALTE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Malte : carte physique

Malte : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Malte : drapeau

Malte : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Temple mégalithique, Malte

Temple mégalithique, Malte
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Temple de Ggantija, Malte

Temple de Ggantija, Malte
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Tous les médias


Nom officielRépublique de Malte (MT)
Chef de l'ÉtatGeorge Vella (depuis le 4 avril 2019)
Chef du gouvernementJoseph Muscat (depuis le 11 mars 2013)
CapitaleLa Valette
Langues officiellesanglais, maltais
Unité monétaireeuro (EUR)
Population473 900 (estim. 2018)
Superficie (km2)315,2

La république de Malte

Après la victoire du Parti travailliste aux élections de 1971, Malte devint une république en 1974, tout en demeurant dans le Commonwealth ; le gouverneur, qui représentait jusque-là le souverain britannique, fut remplacé par un président élu et les dernières troupes britanniques évacuées des bases aériennes et navales de l'archipel en 1979 ; cependant, la diplomatie maltaise cherchait un rapprochement avec le Mouvement des pays non alignés et avec les Soviétiques. L'aide économique occidentale, réduite à la suite de ces orientations qui paraissaient inquiétantes, fut mal remplacée par celle de la Libye, qui avait besoin d'utiliser les facilités portuaires et aéroportuaires maltaises pour conserver une fenêtre ouverte sur le monde, mais prétendait aussi étendre ses droits sur le plateau continental proche de l'archipel ; il reste de cet épisode une mosquée bâtie au début des années 1980. La crise de la réparation navale, alors la seule industrie dans la rade de La Valette à avoir succédé aux activités des arsenaux britanniques, facilita, en 1987, le succès électoral des conservateurs du Parti nationaliste : ils continuèrent à promouvoir Malte comme relais entre les deux blocs mondiaux et les deux rives de la Méditerranée, ce qui répondait bien aux ambitions des négociants et des transitaires locaux ; ils contribuèrent aux activités d'une université itinérante euro-arabe qui élargissaient l'influence de l'université de Malte et de ses centres de recherche ; ils accueillirent, en 1989, en rade de Marsaxlokk, la première entrevue de George Bush et Mikhaïl Gorbatchev et, en 1990, une visite officielle du pape ; mais ils demandèrent, en juillet 1990, à rejoindre la Communauté puis, en 1999, l'Union européenne. Les travaillistes, quant à eux, refusaient toujours de voir dans l'association ou l'adhésion à l'Europe communautaire un objectif prioritaire. L'opinion pro-européenne l'emporta au référendum sur l'adhésion, en mars 2003, avec 53,65 p. 100 des voix et les conservateurs furent confirmés aux législatives d [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages


Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales, professeur au Collège de France
  • : professeur émérite d'histoire à l'université de Provence
  • : maître assistant à l'université de Toulouse-Le-Mirail, expert de l'Organisation des Nations unies à Chypre
  • : doyen de la faculté des lettres et sciences humaines de Toulouse

Classification


Autres références

«  MALTE  » est également traité dans :

MALTE, chronologie contemporaine

  • Écrit par 
  • Universalis

Tous les événements politiques (élections, conflits, accords, …) et les faits économiques et sociaux qui ont marqué l’histoire contemporaine du pays jusqu’à aujourd’hui. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/chronologie/malte/#i_29940

MINTOFF DOMINIC, dit DOM MINTOFF (1916-2012)

  • Écrit par 
  • Martine MEUSY
  •  • 520 mots

Homme politique maltais, deux fois Premier ministre (1955-1958 et 1971-1984). Entré au Parti travailliste maltais en 1944, Dominique Mintoff devient député, puis ministre du Travail en 1947. Il démissionne du cabinet pour diriger le parti (1949) et devient une première fois Premier ministre en 1955. Il prône l'intégration au Royaume-Uni. C'est son successeur, à partir de 1958, et concurrent du Par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dominic-mintoff/#i_29940

NAPOLÉON Ier BONAPARTE (1769-1821) empereur des Français (1804-1814 et 1815)

  • Écrit par 
  • Jacques GODECHOT
  • , Universalis
  •  • 8 302 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Les campagnes militaires et la paix difficile »  : […] Le Premier consul passa l'hiver 1799-1800 à réorganiser son armée et à préparer une attaque contre l'Autriche. Conscient de l'importance stratégique de la Confédération helvétique, à partir de laquelle il pouvait attaquer les Autrichiens soit en Allemagne, soit en Italie, il traversa le col du Grand-Saint-Bernard avant même la fonte des neiges et surprit l'armée autrichienne en train d'assiéger G […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/napoleon-ier-bonaparte/#i_29940

VALETTE LA

  • Écrit par 
  • Pierre-Yves PÉCHOUX
  •  • 384 mots
  •  • 1 média

L'agglomération, qui s'étend autour des ports naturels de la côte nord de Malte choisis en 1530 par les Hospitaliers de Saint-Jean pour abriter leur force navale, inclut depuis lors la capitale de l'île et regroupe, au début du xxi e  siècle, la moitié de sa population, soit près de 200 000 habitants. Ce centre fut d'abord installé sur deux presq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-valette/#i_29940

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean GUILAINE, Jean-Louis MIÈGE, Pierre-Yves PÉCHOUX, Jacques GODECHOT, « MALTE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/malte/