SAVOIE MAISON DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un grand État médiéval

Ce n'est qu'en 380 qu'apparaît, dans l'œuvre de l'historien latin Ammien Marcellin, le nom de Sapaudia, ou Sabaudia, terme appliqué à l'ancien territoire des Allobroges gaulois à l'exclusion de la Maurienne et de la Tarentaise. On en ignore, au demeurant, la signification. Aux ve et vie siècles, les Burgondes, dont la capitale fut Saint-Maurice d'Agaune en Valais, ont laissé sur place à peine plus d'objets en terre que de documents d'archives. À cette époque se constituent aussi les circonscriptions ecclésiastiques : Tarentaise, Maurienne, abbaye de Saint-Maurice, le reste du pays revenant à Genève, Belley ou Grenoble. Maîtres du Sud-Est jusqu'à la Méditerranée, les Francs de Pépin le Bref émergent de cette période obscure en ouvrant la route, non plus de Milan, mais de Turin et de Rome par le Petit-Mont-Cenis, un millénaire après Hannibal. C'est au ixe siècle que se dessine l'une des lignes de force du futur domaine savoyard : celui-ci fait partie de la Lotharingie dont il suit le destin de la partie méridionale qui a pris le nom de royaume d'Arles ou royaume de Bourgogne-Provence, bientôt vassal de l'empereur d'Allemagne.

L'histoire de la Savoie au Moyen Âge est celle des efforts d'une lignée de princes dont l'âpreté et la continuité de vues ne sont pas sans rappeler celles des Capétiens. On ne sait d'où est originaire le premier, Humbert Blanches-Mains (1027-1048). Son fils, Odon Ier, s'étant allié à la famille de Suse, possède, dès 1040, les deux versants du col du Mont-Cenis, et Amédée Ier, avant le xiie siècle, franchit le Rhône et gouverne le Bugey.

Le génie de ces princes a été jusqu'au xve siècle de louvoyer au milieu de puissants seigneurs (dauphins de Viennois, comtes de Genevois, ducs de Bourgogne, rois de France...) pour se rendre maîtres d'un solide pré-carré en moyenne Lotharingie. Cette politique est appuyée sur la reconnaissance explicite du pouvoir nominal de l'empereur d'Allemagne. Amédée VI est le « vicaire » perpétuel et héréditaire de celui-ci [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  SAVOIE MAISON DE  » est également traité dans :

AMÉDÉE V LE GRAND (1249-1323) comte de Savoie (1285-1323)

  • Écrit par 
  • Gérard RIPPE
  •  • 257 mots

Second fils de Thomas II, Amédée doit, à la mort de son père (1259), laisser gouverner ses oncles. Arrivé au pouvoir en 1285, il cède ses domaines piémontais en apanage à son neveu Philippe d'Achaïe, fils de son frère aîné Thomas III, mort en 1282. En 1272, sa femme, Sibylle de Bage, lui avait apporté la Bresse en dot. Continuant la politique prudente de ses aïeux, il cherche, comme eux, à agrandi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amedee-v-le-grand/#i_17526

AMÉDÉE VI, dit LE COMTE VERT (1334-1383) comte de Savoie (1343-1383)

  • Écrit par 
  • Gérard RIPPE
  •  • 451 mots

Fils du comte Aimon, Amédée VI succède à son père à l'âge de neuf ans. Pendant la régence, les Visconti menacent le Piémont, tandis que la France absorbe le Dauphiné. À partir de 1350, Amédée VI gouverne personnellement, et l'expansion reprend. À l'ouest, il renforce l'alliance avec la France de Jean le Bon. Vainqueur des Dauphinois aux Abrets (1354), il règle la question des frontières au traité […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amedee-vi/#i_17526

AMÉDÉE VIII (1383-1451) comte (1391-1416) puis duc de Savoie (1416-1440)

  • Écrit par 
  • Gérard RIPPE
  •  • 430 mots

Fils aîné d'Amédée VII, Amédée VIII comte de Savoie succède à son père en 1391. Durant sa minorité, le comté tombe sous la tutelle du duc de Bourgogne, Philippe le Hardi, à la faveur des querelles de factions nobiliaires. À partir de 1400, la première tâche d'Amédée VIII est donc de se libérer progressivement de cette sujétion, sans s'aliéner ce puissant voisin. La même politique prudente est appl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amedee-viii/#i_17526

EMMANUEL-PHILIBERT (1528-1580) duc de Savoie (1553-1580)

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 697 mots

Fils de Charles III (1504-1553), le malchanceux, et de Béatrix de Portugal, Emmanuel-Philibert de Savoie est à peine âgé de huit ans quand les troupes françaises et suisses occupent, pour une durée de vingt-trois ans, la quasi-totalité de l'État savoyard à l'exception de Nice, de Vercelli et de la vallée d'Aoste. Occupation qui est, en réalité, une annexion pure et simple. Aussi le jeune homme est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emmanuel-philibert/#i_17526

EMPIRE SECOND (1852-1870)

  • Écrit par 
  • Marc BASCOU, 
  • Adrien DANSETTE, 
  • Universalis
  •  • 21 002 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « La politique italienne »  : […] C'est encore la politique des nationalités que Napoléon III voudrait faire triompher en Italie. Mais, conduite jusqu'au bout, elle aboutirait à la création d'une grande puissance aux portes de la France. Il se contentera donc pour les Italiens de l'indépendance dans le cadre d'une confédération analogue à la Confédération germanique, projet conforme aux idées de l'époque, car la plupart des Itali […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/second-empire/#i_17526

GENÈVE

  • Écrit par 
  • Bernard DEBARBIEUX, 
  • Paul GUICHONNET, 
  • Patrick PIGEON
  • , Universalis
  •  • 4 564 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La cité épiscopale (1032-1533) »  : […] Un conflit de souveraineté naît entre les comtes de Genevois, qui possèdent le diocèse, étendu sur la plus grande partie de la Savoie septentrionale et sur les marches du Bugey et du Valromey, et l'évêque, chef spirituel, mais aussi souverain temporel et prince d'Empire. Par l'accord de Seyssel (1124), le prélat se fait reconnaître une prépondérance qui lui est bientôt contestée par la communauté […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/geneve/#i_17526

ITALIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Michel BALARD, 
  • Paul GUICHONNET, 
  • Jean-Marie MARTIN, 
  • Jean-Louis MIÈGE, 
  • Paul PETIT
  •  • 27 438 mots
  •  • 42 médias

Dans le chapitre « La victoire espagnole »  : […] Les guerres d'Italie rebondissent avec l'élection impériale de 1519, où Charles de Habsbourg triomphe de François I er . Charles I er , devenu Charles Quint, qui a joint aux possessions espagnoles les terres des Habsbourg d'Autriche, encercle dangereusement la France et attaque le Milanais. François I er est battu à Pavie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/italie-histoire/#i_17526

MANDRIN LOUIS (1724-1755)

  • Écrit par 
  • Louis TRENARD
  •  • 325 mots

Fils d'un maréchal-ferrant qui le laisse, à sa mort en 1742, chef d'une famille de neuf enfants, Louis Mandrin est compromis dans une rixe en 1753 et condamné à être roué vif ; un de ses frères est pendu comme faux-monnayeur. Louis se réfugie dans l'illégalité, s'enrôle dans une bande dont il devient bientôt le chef en 1754. La contrebande connaît alors son maximum d'extension. Mandrin groupe jusq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-mandrin/#i_17526

RISORGIMENTO

  • Écrit par 
  • Paul GUICHONNET
  •  • 4 791 mots
  •  • 5 médias

Après avoir connu la gloire de l'Empire romain, puis la primauté de l'Italie pontificale du Moyen Âge, l'élite de la péninsule aspire, au xix e  siècle, à la réalisation de la « troisième Italie ». Le Risorgimento (de risorgere  : resurgir) répond, dans le domaine national, au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/risorgimento/#i_17526

SAINT-BERNARD COL DU GRAND-

  • Écrit par 
  • Paul GUICHONNET
  •  • 808 mots
  •  • 1 média

Entre le Valais et le val d'Aoste, le Grand-Saint-Bernard est l'un des plus anciens passages de l'arc alpin. Il s'ouvre, à 2 472 mètres, entre les massifs du Mont-Blanc et du Grand-Combin, unissant les vallées du Buthier, tributaire de la Doire Baltée et du Pô, et d'Entremont, affluent du Rhône. L'impératif de franchissement a dû triompher de conditions physiques difficiles. De Bourg-Saint-Pierre, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/col-du-grand-saint-bernard/#i_17526

SARDAIGNE

  • Écrit par 
  • André PALLUEL-GUILLARD, 
  • Pierre-Yves PÉCHOUX
  • , Universalis
  •  • 3 144 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La mise en place du royaume (1713-1792) »  : […] Le traité d'Utrecht attribuait au duc de Savoie, Victor-Amédée II, le « royaume de Sicile », en récompense pour sa participation active à la guerre de Succession d'Espagne contre la France, dont le Piémont-Savoie avait été le fidèle vassal de 1631 à 1690. Il recouvrait aussi la Savoie, mais devait abandonner ses prétentions sur les pays à l'ouest des Alpes et du Rhône ; par contre, le caractère « […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sardaigne/#i_17526

SICILE

  • Écrit par 
  • Maurice AYMARD, 
  • Michel GRAS, 
  • Claude LEPELLEY, 
  • Jean-Marie MARTIN, 
  • Pierre-Yves PÉCHOUX
  •  • 17 946 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Lumières et révolutions »  : […] La guerre de la Succession d'Espagne transforme la situation politique de l'Italie : les Autrichiens s'emparent en 1707 de Naples, dont le traité d'Utrecht (1713) leur reconnaît la possession, en donnant la Sicile à la Savoie. Pendant une vingtaine d'années, le sort des deux régions reste incertain : en 1718, la Sicile revient à l'empereur ; en 1734, Charles, fils de Philippe V d'Espagne et d'Éli […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sicile/#i_17526

Voir aussi

ALLOBROGES    LES BLANCHES-MAINS    BRESSE    BUGEY    CHABLAIS    FAUCIGNY

Pour citer l’article

Jacques LOVIE, « SAVOIE MAISON DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/maison-de-savoie/