Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

SAVOIE MAISON DE

Quelques données de l'histoire de la province de Savoie se rattachent à celle de l'Europe. Ce n'est point un hasard si l'activité des princes s'est manifestée dans la partie médiane de l'ancienne Lotharingie, à la naissance du fugitif royaume de Bourgogne. À l'échec des Rodolphiens succéda la tentative poursuivie pendant plusieurs siècles par les Blanches-Mains, ces princes des Alpes dont l'influence qui s'exerçait sur les deux versants dès la fin du xie siècle s'étendit rapidement aux plaines du Rhône et du Pô. Au xiie et au xiiie siècle, la Bresse et le Bugey amènent les comtes de Savoie à la Saône ; ils passent des bords du lac Léman au pays vaudois jusqu'en vue de Berne. En même temps s'affermit un contrôle sur les cols du Grand-Saint-Bernard et du Simplon par le Valais et la région valdotaine. Une ouverture sur la mer se fait à Nice par le col de Tende, entre la république de Gênes et le royaume de France.

Cette expansion, commandée depuis la Savoie, se heurte bientôt à plusieurs obstacles tenant aux Capétiens, aux Bernois, aux Habsbourg d'Autriche et d'Espagne. Les Français s'installent en Provence, à Lyon, puis en Dauphiné, les Bernois contrôlent jusqu'au Chablais, et l'Italie du Nord devient le terrain de rencontre des influences autrichienne et espagnole. Que la France s'intéresse à l'Italie, et la Savoie est submergée. Cela est le cas au temps de François Ier, de Henri II, de Louis XIV, de la Révolution et de Napoléon. Ayant perdu la Bresse, le Bugey et leurs positions helvétiques, n'ayant d'espoir ni à l'ouest ni au nord, les princes louvoient et se déplacent vers Turin d'où ils reprennent les chemins de l'aventure. Et cette fois ils réussissent. Il faut dire que, tout au long, ils ont été autant soutenus que contrariés par les dynastes voisins : dix-sept mariages avec les Capétiens en témoignent comme les titres de duc et de roi dus à l'influence impériale. À la fois craints, recherchés, surveillés, ils ont eu un destin remarquable. Ces obstinés, échouant en Lotharingie centrale comme Charles le Téméraire dans celle du Nord, ont été les hommes de la lumineuse péninsule qui en est le Sud.

Une terre romaine

La préhistoire n'est certes pas absente des Alpes du Nord. Les pierres à cupules de Maurienne, de Tarentaise ou de l'avant-pays, les vestiges funéraires, les témoins fournis par des cités lacustres, le type humain même donnent à entendre que l'occupation du sol y a été fort ancienne, la présence allobroge (gauloise) respectant largement les communautés de montagne. L'influence romaine (ier s. av. J.-C.) s'est manifestée de quatre manières : mise en valeur agricole des parties basses ; établissement de routes véritables avec deux grands axes : Cularo (Grenoble) à Genabum (Genève) et Vienna (Vienne) à Mediolanum (Milan) ; naissance de villes, modestes mais bien agencées, centres administratifs comme Axima (Aime), de plaisance comme Aquae (Aix), ou de commerce comme Boutae (Annecy) ; enfin introduction de la civilisation et de la langue latines et du christianisme.

La partie la plus active est alors le long de la route de Romanieu sur le Guiers au Petit-Saint-Bernard, avec les relais de Lemencum (Lémenc à Chambéry) et du poste de douane dénommé à tort Ad Publicanos, peut-être situé à Conflans. D'Axima, le procurateur administre le pays des Ceutrons (Tarentaise) et le Valais. La Maurienne reste relativement à l'écart et le Mont-Cenis (le petit, et non l'actuel) est encore peu fréquenté.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • AMÉDÉE V LE GRAND (1249-1323) comte de Savoie (1285-1323)

    • Écrit par Gérard RIPPE
    • 258 mots

    Second fils de Thomas II, Amédée doit, à la mort de son père (1259), laisser gouverner ses oncles. Arrivé au pouvoir en 1285, il cède ses domaines piémontais en apanage à son neveu Philippe d'Achaïe, fils de son frère aîné Thomas III, mort en 1282. En 1272, sa femme, Sibylle de Bage, lui avait apporté...

  • AMÉDÉE VI, dit LE COMTE VERT (1334-1383) comte de Savoie (1343-1383)

    • Écrit par Gérard RIPPE
    • 453 mots

    Fils du comte Aimon, Amédée VI succède à son père à l'âge de neuf ans. Pendant la régence, les Visconti menacent le Piémont, tandis que la France absorbe le Dauphiné. À partir de 1350, Amédée VI gouverne personnellement, et l'expansion reprend. À l'ouest, il renforce l'alliance avec...

  • AMÉDÉE VIII (1383-1451) comte (1391-1416) puis duc de Savoie (1416-1440)

    • Écrit par Gérard RIPPE
    • 432 mots

    Fils aîné d'Amédée VII, Amédée VIII comte de Savoie succède à son père en 1391. Durant sa minorité, le comté tombe sous la tutelle du duc de Bourgogne, Philippe le Hardi, à la faveur des querelles de factions nobiliaires. À partir de 1400, la première tâche d'Amédée VIII est donc de se libérer progressivement...

  • EMMANUEL-PHILIBERT (1528-1580) duc de Savoie (1553-1580)

    • Écrit par Jean MEYER
    • 699 mots

    Fils de Charles III (1504-1553), le malchanceux, et de Béatrix de Portugal, Emmanuel-Philibert de Savoie est à peine âgé de huit ans quand les troupes françaises et suisses occupent, pour une durée de vingt-trois ans, la quasi-totalité de l'État savoyard à l'exception de Nice, de Vercelli et de...

  • Afficher les 13 références

Voir aussi