LUCIEN DE SAMOSATE (120 env.-apr. 180)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Incarnation, résumé ou déclin de l'hellénisme, l'œuvre de Lucien n'en demeure pas moins, sous le règne des Antonins, une démarche créatrice. On a de quoi s'étonner : cette œuvre, en effet, si solidement enracinée dans le passé, conserve encore vivace, depuis dix-huit siècles, sa grâce, sa verve satirique et sa finesse.

D'une certaine façon, Lucien lie ses maîtres (Aristophane, Platon, Ménippe) à ses disciples (de Rabelais à Paul-Louis Courier), comme il lie la sophistique au dialogue et la satire au pamphlet. Sceptique, anticonformiste, l'esprit railleur, faisant parler les morts pour les humilier, eux et les vivants, cet « outsider » domine son siècle en le persiflant, et, malgré ses enfers artificiels, il ne perd rien de son sens du réel.

Un Barbare devenu grec

On ne connaît la vie de Lucien que par un petit nombre de renseignements contenu çà et là, dans ses écrits. D'humble famille, né à Samosate en Syrie, ce grand styliste de la langue attique parla d'abord syrien. Destiné tout jeune à un travail manuel chez son oncle, fabricant de statuettes, il s'enfuit de l'atelier, dès le premier jour de son apprentissage, châtié rudement pour une maladresse. La même nuit, nous dit-il, la Culture, apparue en rêve, le persuada de la suivre (Le Songe, Περὶ του̃ ἐνυπνίου). Il apprit le grec et acheva son éducation dans les écoles de rhétorique d'Ionie ; vers sa vingtième année, le jeune Barbare était devenu un Grec cultivé (Double Accusation, Δὶς κατηγορούμενος).

À en croire la Souda, il fut avocat à Antioche. Mais sa nature de fantaisiste, d'artiste, voire d'aventurier, s'accommodait mal, apparemment, de la vie du barreau. C'est vers l'an 150 qu'il se mit à voyager. En sophiste itinérant, il parcourut le monde romain, de l'Asie Mineure à la Gaule. Dans ce dernier pays, il obtint un poste de professeur de rhétorique très bien rémunéré (Apologie, Ἀπολογία). « Mais ces avantages ne le retinrent pas fort longtemps : il était trop grec désormais pour viv [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur de littérature néo-hellénique à l'université de Salonique

Classification


Autres références

«  LUCIEN DE SAMOSATE (120 env.-apr. 180)  » est également traité dans :

APELLE (IVe s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ
  •  • 2 448 mots

Dans le chapitre « Retrouver la « grâce » d'Apelle »  : […] Ces passages constants du champ rhétorique à celui des arts ne pouvaient que donner envie aux artistes de se mesurer à Apelle, c'est-à-dire peindre en concurrence avec des textes. Dans cette perspective, la série des œuvres d'Apelle mentionnée par Pline a pu servir de réserve de sujets. Apelle excellait dans tous les genres. Le premier des portraitistes officiels, il était le seul autorisé à repr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/apelle/#i_32754

OGMIOS, irl. OGME

  • Écrit par 
  • Christian-Joseph GUYONVARC'H
  •  • 694 mots

La divinité gauloise Ogmios est décrite, par une rare exception et avec une précision remarquable, par un auteur grec du ii e siècle, Lucien de Samosate : « Dans leur langue maternelle, les Celtes appellent Héraklès Ogmios et ils le représentent sous une forme singulière. C'est un vieillard très avancé dont le devant de la tête est chauve ; les c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ogmios-ogme/#i_32754

SOPHISTIQUE

  • Écrit par 
  • Jacques BRUNSCHWIG, 
  • Barbara CASSIN
  •  • 6 775 mots

Dans le chapitre « De la philosophie à la littérature »  : […] La première sophistique a perdu la guerre philosophique : Platon et Aristote l'ont réduite au pseudos (non-être, faux, falsification) et reléguée au statut de mauvaise rhétorique, vide de sens. Expulsion réussie : la seconde sophistique appartiendra donc non pas au corpus des philosophes, mais à celui des orateurs ; si on ne lui marchande plus guère une existence réelle, iso […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sophistique/#i_32754

ROME ET EMPIRE ROMAIN - Le Haut-Empire

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC, 
  • Paul PETIT
  •  • 35 194 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Les sensibilités : lettres, arts et religions »  : […] Que le Haut-Empire ait été une grande époque dans l'histoire de l'humanité, nous en avons des preuves : en est une la mesure manifestée par les hommes de ce temps pour exprimer leurs sensibilités ; mais il y a aussi la puissance : dans tous les domaines de la vie intellectuelle et artistique, la production se caractérisa par son abondance. Il ne saurait être question d'aborder ici la littérature i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-et-empire-romain-le-haut-empire/#i_32754

ROME ET EMPIRE ROMAIN - L'artisanat sous l'Empire

  • Écrit par 
  • Roger HANOUNE
  •  • 3 846 mots

Dans le chapitre « Un discrédit généralisé »  : […] Dans la conception dominante de la société antique, la classe des producteurs est peu considérée : le mépris aristocratique est général pour les travailleurs manuels même libres, ces « artisans [...] qui n'ont d'autre avoir et d'autre crédit que dans leurs bras » (Salluste, Jugurtha , 73) et dont on peut se demander s'ils méritent d'être citoyens (Aristote, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-et-empire-romain-l-artisanat-sous-l-empire/#i_32754

Pour citer l’article

Panayotis MOULLAS, « LUCIEN DE SAMOSATE (120 env.-apr. 180) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/lucien-de-samosate/