SWANSON GLORIA (1899-1983)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Josephine Mae Swanson était née à Chicago dans les dernières années du siècle. D'ascendance mi-italienne mi-suédoise, elle débute au cinéma comme « extra » parce qu'elle était venue voir le tournage d'un film Essanay, par simple curiosité (1913) : trois ans plus tard, elle épouse Wallace Beery et ils partent ensemble à Hollywood, où le célèbre acteur a accepté d'être engagé par Mack Sennett à condition que sa femme le soit aussi. Elle ne sera jamais une « Bathing Beauty », contrairement à une légende longtemps répandue, mais paraîtra dans diverses comédies, puis dans des mélodrames, restant finalement à la Triangle après le départ de Sennett. Après la débâcle de la Triangle, elle a la chance de rencontrer Cecil B. De Mille. Celui-ci découvre en elle une actrice-née, capable des changements de registre les plus étendus. Tout d'abord, il l'impose comme interprète de comédies érotiques, audacieuses pour l'époque (ainsi Dont Change Your Husband, 1919, où elle se baigne « nue ») et dont elle sait tirer parti pour sa publicité personnelle. En outre, De Mille a le goût de la photogénie et met en valeur l'expressivité de sa vedette. Celle-ci sait choisir, au sein de la Paramount, les metteurs en scène qui lui conviennent : de 1919 à 1929, elle tourne seulement quatre films (sur près de trente) avec d'autres réalisateurs que De Mille, Allan Dwan et Sam Wood, ce dernier étant à l'évidence le plus conformiste et le moins « complice » des trois. On aurait tort, du reste, de voir dans ses films d'alors de simples redites ou répétitions, même si son talent comique et son charme pimpant culminent dans Affairs of Anatol (1921), chef-d'œuvre de Cecil B. De Mille. Elle pourra dire plus tard avec quelque fierté : « J'ai tout joué, et je n'ai jamais joué deux fois la même chose. » Des films comme Manhandled (A. Dwan, 1924), Zaza (du même) ou The Humming Bird (S. Olcott, 1925) témoignent de cette variété. Sa célébrité de [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  SWANSON GLORIA (1899-1983)  » est également traité dans :

DWAN ALLAN (1885-1981)

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 1 477 mots

Né à Toronto (Canada), Allan Dwan fait ses études d'ingénieur à l'université de Notre-Dame (Indiana) et y débute au théâtre, en amateur. Diplômé de physique et de mathématiques, il devient représentant d'une firme qui diffuse la lampe à vapeur de mercure, lointaine ancêtre des « néons ». L'un des premiers clients de la firme est le studio Essanay à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allan-dwan/#i_97672

Pour citer l’article

Gérard LEGRAND, « SWANSON GLORIA - (1899-1983) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gloria-swanson/