SAINT-JUST LOUIS (1767-1794)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le théoricien politique

Le théoricien politique n'a pas été à la hauteur de l'homme d'action. La lecture des Institutions républicaines est affligeante. Il s'agit de fragments publiés après sa mort et où il définit, dans un style ridiculement emphatique, la cité idéale. Que dire d'une œuvre où l'auteur s'attendrit sur le sort des vieillards astreints au port d'une écharpe blanche, réclame l'institution d'un régime végétarien pour les enfants et explique, en des préceptes bien éloignés de ceux de Sade ou de Laclos, ses contemporains, l'art de conquérir les femmes ? Sa définition de l'homme révolutionnaire ? « Il est sensé, frugal, simple, policé sans fadeur. » Sa morale ? « Celui qui ne croit pas à l'amitié ou qui n'a point d'ami doit être banni. » Nouvelles extravagances sur le mariage : « Ceux qui s'aiment ne s'unissent point par un contrat, mais par tendresse ; l'acte de leur union constate que leurs biens sont mis en commun sans aucune clause. » Mais « les époux qui n'ont point eu d'enfants pendant les sept premières années de leur union, et qui n'en ont point adopté, sont séparés par la loi ». Les filles ne pourront paraître en public sans leurs parents « tant qu'elles seront adolescentes et vierges ». Quelles sont les occupations des citoyens ? « La main de l'homme n'est faite que pour la terre et pour les armes. » Tout autre métier est répudié. Cet univers fondé sur la vertu, peuplé de vieillards, de guerriers et de laboureurs, qui refuse d'admettre les réalités d'un monde moderne en train de naître, n'est qu'une bien pâle copie des républiques idéales de Platon, de Morus ou de Rousseau. Saint-Just a-t-il eu conscience de son irréalisme ? Il note : « Le jour où je me serai convaincu qu'il est impossible de donner au peuple français des mœurs douces, énergiques, sensibles et inexorables pour la tyrannie et l'injustice, je me poignarderai. »


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  SAINT-JUST LOUIS (1767-1794)  » est également traité dans :

ABENSOUR MIGUEL (1939-2017)

  • Écrit par 
  • Anne KUPIEC
  •  • 907 mots
  •  • 1 média

Utopie, émancipation, critique, politique – tels sont les termes qui peuvent qualifier le travail conduit par Miguel Abensour, professeur de philosophie politique, éditeur et penseur . Miguel Abensour est né à Paris le 13 février 1939. Agrégé de sciences politiques, auteur d’une thèse d’État ( Les Formes de l'utopie socialiste-communiste : essai sur le communisme critique et l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/miguel-abensour/#i_4921

ARMÉE - Doctrines et tactiques

  • Écrit par 
  • Jean DELMAS
  •  • 7 992 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Masse, manœuvre et idéologie »  : […] La royauté française expirante léguait à la Révolution une armée dotée d'un règlement de manœuvre (1791), de l'amorce de l'organisation divisionnaire (1788) et d'un armement qui restera en service pendant toutes les guerres de la Révolution et de l'Empire (fusil 1777 et artillerie Gribeauval). La Révolution remplit ces structures de la masse des citoyens, les anima d'une idéologie dynamique et co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/armee-doctrines-et-tactiques/#i_4921

GIRONDINS ET MONTAGNARDS

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 2 553 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'idéologie »  : […] L'idéologie girondine concevait le mouvement inauguré en 1789 comme une donnée close, où il n'y avait rien d'autre à se proposer que la réalisation des objectifs du départ ; elle ne différait au fond de celle des Feuillants que dans la définition de ces objectifs ; elle estimait surtout que ces objectifs avaient été trahis par la réaction feuillante après Varennes. Mais, dès la fin de 1791, les br […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/girondins-et-montagnards/#i_4921

RÉVOLUTION FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN, 
  • Marc THIVOLET
  •  • 29 477 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'impossible arrêt de la Révolution (avril-juillet 1794) »  : […] La partie n'est pas gagnée pour autant. Les robespierristes, soucieux de conjuguer Terreur et vertu, doivent encore continuer la centralisation de la Révolution. Ils rappellent les représentants les plus radicaux comme Dartigoeyte ou Javogues, et suppriment progressivement toutes les commissions militaires et autres tribunaux d'exception qui échappent au contrôle parisien (la commission d'Orange, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-francaise/#i_4921

THERMIDOR AN II JOURNÉE DU 9 (27 juill. 1794)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 801 mots

À l'inverse des journées révolutionnaires du 10 août 1792 ou du 2 juin 1793, le peuple n'eut aucune part dans la journée du 9 thermidor qui vit la chute de Robespierre. On a pu dire que le 9-Thermidor correspondait à un simple changement de majorité parlementaire. Robespierre a succombé en effet devant une coalition hétéroclite qui comprenait d'anciens représentants en mission rappelés en raison d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/journee-du-thermidor-an-ii/#i_4921

VENTÔSE DÉCRETS DE

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 353 mots

Le problème des décrets de Ventôse (an II — févr.-mars 1794) est lié à celui de la politique sociale des Montagnards pendant la Révolution française. Le 8 ventôse (26 févr. 1794), Saint-Just monte à la tribune : « L'opulence est dans les mains d'un assez grand nombre d'ennemis de la Révolution [...] Les biens des conspirateurs sont là pour les malheureux. Les malheureux sont les puissants de la te […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/decrets-de-ventose/#i_4921

Pour citer l’article

Jean TULARD, « SAINT-JUST LOUIS - (1767-1794) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-saint-just/