BROGLIE LOUIS DE (1892-1987)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Recherches ultérieures

En 1928, Louis de Broglie devient titulaire d'une maîtrise de conférence créée pour lui à la faculté des sciences de Paris. Grâce aux donations du baron de Rothschild, un institut de recherches théoriques est créé : l'institut Henri-Poincaré. Louis de Broglie y enseignera pendant trente-quatre ans, succédant en 1932 à Léon Brillouin à la chaire de physique théorique.

Dès 1933, Louis de Broglie est élu à l'Académie des sciences et, en 1942, remplace Émile Picard comme secrétaire perpétuel de cette assemblée. Il lui succède aussi en 1944 à l'Académie française, cumulant, comme son frère Maurice, une double appartenance à l'Académie. Enfin, la première médaille d'or du Centre national de la recherche scientifique (C.N.R.S.) devait, en 1955, être attribuée à Louis de Broglie.

Malgré de multiples obligations d'enseignement et d'administration, Louis de Broglie poursuivit constamment une intense activité de recherches : les moindres instants de loisir, la totalité de ses vacances lui sont consacrés.

En 1934, Louis de Broglie édifie une théorie de la lumière, généralisant au photon, particule de spin 1, les équations relativistes proposées par Dirac dans le cas de l'électron. Cette conception suppose que le photon, possédant une masse propre, est constitué par une sorte de « fusion » à partir de deux particules de spin 1/2. La théorie de la « fusion » pouvait alors se généraliser à toutes les particules de spin entier (bosons) ou demi-entier (fermions). Cette synthèse, réalisée par Louis de Broglie et par ses collaborateurs, constitue une « théorie générale des particules à spin ».

Des recherches sur la propagation des ondes guidées, sur les interactions entre matière et rayonnement devaient suivre. Néanmoins, les préoccupations de Louis de Broglie restaient axées sur l'interprétation de la mécanique ondulatoire, interprétation, qui, semble-t-il, ne l'avait jamais pleinement satisfait.

En 1935, Einstein prend explicitement part [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  BROGLIE LOUIS DE (1892-1987)  » est également traité dans :

ATOME

  • Écrit par 
  • José LEITE LOPES
  •  • 9 238 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Atome et mécanique quantique »  : […] La période comprise entre 1913 et 1925 est caractérisée par des efforts que déployèrent les théoriciens pour perfectionner le modèle de Bohr. C'est ainsi qu'en 1916 Sommerfeld a pu quantifier le mouvement de Kepler de l'électron dans l'atome d'hydrogène, les orbites de l'électron étant des ellipses dont le noyau atomique est un des foyers. Ces travaux de Sommerfeld furent les premiers à introduir […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/atome/#i_20474

BROGLIE LES

  • Écrit par 
  • Hervé PINOTEAU
  •  • 375 mots
  •  • 1 média

La famille Gribaldi, d'origine piémontaise, est connue depuis 1254, et même avant, et sa filiation est établie depuis Simon Broglia, vivant à Chieri en 1342. François Broglia (mort en 1656), investi du comté de Revel (province de Coni) par le duc de Savoie, passa au service de la France, où il obtint des lettres de naturalisation en 1654. Son fils Victor-Maurice (mort en 1727) fut maréchal de Fran […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-broglie/#i_20474

ÉLECTRICITÉ - Histoire

  • Écrit par 
  • Jacques NICOLLE
  •  • 6 199 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Les nouvelles théories »  : […] C'est à partir des travaux de Niels Bohr (1885-1962) sur la structure interne de l'atome que se développe la théorie quantique du magnétisme. La quantification des orbites électroniques entraîne l'existence d'un moment magnétique élémentaire dont la valeur est déterminée par la constante  h de Max Planck (1858-1947), la charge élémentaire  e , la masse  m de l'électron, et que l'on nomme le magné […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/electricite-histoire/#i_20474

LANGEVIN PAUL (1872-1946)

  • Écrit par 
  • Françoise BALIBAR
  •  • 1 354 mots

Physicien français né et mort à Paris. « J'ai grandi au lendemain de la guerre de 1870 entre un père républicain jusqu'au fond de l'âme et une mère dévouée jusqu'au sacrifice, au milieu de cet admirable peuple de Paris, dont je me suis toujours senti si profondément solidaire. Mon père qui avait dû, malgré lui, interrompre ses études à l'âge de dix-huit ans, m'a inspiré le désir de savoir ; lui et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-langevin/#i_20474

LUMIÈRE

  • Écrit par 
  • Séverine MARTRENCHARD-BARRA
  •  • 6 171 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Optique corpusculaire, le photon »  : […] Le xix e  siècle vit le triomphe de l'optique ondulatoire, qui permettait d'analyser bien des phénomènes liés à la lumière (diffraction, polarisation, etc.), mais certains opposaient encore une résistance. Le premier d'entre eux est l'effet photoélectrique observé par Hertz en 1887 (l'explication en 1905 vaudra à Einstein son prix Nobel de 1921). Lorsqu'on éclaire un métal, on peut lui arracher d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lumiere/#i_20474

ONDES, physique

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 3 574 mots

Dans le chapitre « Physique quantique »  : […] En proposant en 1924 d’associer à toute particule une onde, Louis de Broglie élargit la notion d’onde à la description de la matière. Cette mécanique ondulatoire, qui deviendra la physique quantique, abolit la frontière entre le monde des particules et celui des phénomènes ondulatoires. La réalisation de l’expérience des fentes d’Young avec des faisceaux d’électrons ou de neutrons démontre la per […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ondes-physique/#i_20474

PARTICULES ÉLÉMENTAIRES - Fermions

  • Écrit par 
  • Jean-Eudes AUGUSTIN, 
  • Michel PATY, 
  • Bernard PIRE
  •  • 16 242 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « L'électron quantique »  : […] La théorie quantique de l'électron a commencé par l'hypothèse de Louis de Broglie en 1923, qui suggère que l'association onde-corpuscule observée pour le photon est universelle : il associe à l'électron en mouvement une longueur d'onde λ =  h / p , où p est l'impulsion et h la constante de Planck et il prédit qu'un électron doit donc être capable de diffraction. En 1927, les physiciens américains […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/particules-elementaires-fermions/#i_20474

QUANTIQUE PHYSIQUE

  • Écrit par 
  • Claude de CALAN
  •  • 5 277 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La mécanique ondulatoire et la mécanique des matrices »  : […] L'expérience a imposé l'idée que la lumière se présente tantôt comme une onde, tantôt comme un faisceau de corpuscules (les photons). Louis de Broglie (cf.  broglie ) rêve d'une théorie unifiée de la matière et du rayonnement. En 1924, il fait une proposition révolutionnaire : associer aussi une onde aux particules de matière. La fréquence de l'onde associée à chaque particule sera proportionnell […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/physique-quantique/#i_20474

Voir aussi

Pour citer l’article

Marie-Antoinette TONNELAT, « BROGLIE LOUIS DE - (1892-1987) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-de-broglie/